Personnalités › Interview

Consulat du Mali en France : le Collectif Mains Propres « ne lève pas le siège ».

Tapa Konté du Collectif mains propres

À Paris, cela fait cinq jours que le ‘‘Collectif Mains Propres’’ occupe le consulat du Mali. Selon Abdoulaye Bâ, membre du directoire du Collectif citoyen Mali, « ils sont plus de deux cents personnes sans compter ceux qui viennent en permanence ». Les militants qui occupent le consulat sont pris en charge par les deux collectifs. Mais, parviendront-ils à tenir longtemps ? « Oui, ici les gens n’ont pas même détermination qu’à Bamako. Ils sont de plus en plus nombreux tous les jours. Mais il va bientôt y avoir des négociations », confie un malien résidant à Paris, de retour du consulat. Le porte-parole du ‘‘Collectif mains propres’’, Tapa Konté, ancien militant du Rassemblement pour le Mali (RPM, parti au pouvoir) dont il a démissionné, a accepté de répondre aux questions de Journal du Mali.

Quelle est la situation actuellement au niveau du consulat du Mali en France ?

La situation est calme. Les militants du Collectif Mains propres sont plus que jamais mobilisés, il n’y a aucun problème. Mais actuellement le service est arrêté, parce que nous occupons le consulat depuis le vendredi 23 décembre jusqu’aujourd’hui.

Avez-vous rencontré le consul du Mali  ?

Je ne sais pas où il se trouve exactement. J’ai entendu dire qu’il serait à Bamako. On ne l’a pas rencontré. Mais nous avons rencontré une délégation du consulat. Et vous n’êtes pas sans savoir que le ministre des Maliens de l’extérieur était là. Il faut dire que le mouvement n’a pas commencé avec l’occupation du consulat. Le Collectif mains propres et le Collectif Citoyen Mali ont envoyé une lettre au consulat en avril pour faire des propositions par rapport aux services consulaires. Nous n’avons ni reçu de réponse, ni constaté aucune amélioration dans les services du consulat. Après, nous avons envoyé une lettre recommandée au consul à laquelle nous n’avons pas reçu de réponse. La première fois, il a fait une note de service qui ne pouvait pas résoudre les problèmes que nous avions souligné. Avant le 10 décembre, date à laquelle il a été décidé de la liaison entre la carte Nina et le passeport, nous avons alerté le consul sur le fait que le recensement n’était pas suffisamment abouti. Mais l’opération a été finalement mise en œuvre. Le 10 décembre, nous avons manifesté avec le Collectif citoyen Mali, et avons demandé aux autorités maliennes de ne pas signer l’accord de réadmission avec l’Union européenne. Parce que la politique de l’ Union Européenne (UE), c’est le jeu du charognard qui s’acharne sur le plus faible. L’UE sait que le Mali est affaibli par la crise, et dans ces conditions le retour des migrants risque d’être un sérieux problème encore pour les autorités surtout que la diaspora malienne en France fait partie des plus nombreuses.

Que s’est-il passé avec le recensement ?

Le Recensement Administratif. Vocation d’Etat Civil (RAVEC) s’est révélé une catastrophe dans les foyers de travailleurs où l’inscription sur les listes a été monnayée. Les gens ont besoin de se faire enrôler. De plus, dans certains foyers, il n’y a pas assez de place, et des problèmes d’hygiène y existent.

Que demandez-vous concrètement au consulat ?

Ce que nous demandons, ce n’est pas la suppression ou l’arrêt mais seulement la suspension de la liaison entre la carte Nina et le passeport en attendant que le Ravec soit abouti. Nous resterons au consulat tant que nous ne sommes pas arrivés à un accord avec nos autorités diplomatiques. Les négociations se poursuivent. Le ministre Abdramane Sylla a demandé qu’on lui donne une semaine pour apporter une réponse à nos doléances. Nous n’avons pas refusé, sauf qu’il y a eu beaucoup de promesses qui n’ont pas été tenues. Nous resterons sur place jusqu’à ce nous obtenions satisfaction. Je crois qu’en se déplaçant pour venir nous rencontrer, il a décrédibilisé le consul et l’ambassadeur, son Excellence Cheick Mouctar Diarra. Hier soir, nous avons rencontré l’ambassadeur mais il n’avait aucune proposition concrète. J’ai appris que le ministre Mohamed Ali Bathily ou sa délégation serait ici à Paris pour négocier. Nous n’avons jamais fermé la porte aux négociations, mais nous ne bougerons pas tant que nos doléances ne sont pas satisfaites.

 

8 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

  1. En gise de soutien, les autorités lâches ou corrompues et incapables qu’y n’arrivaient jamais en soutiens ou en aides aà leurs resortissaresortissants et nous tenons toujours à les informées qu’on est déterminé et bien précis vis à vis de nos revendications et toujours en mesure de bien tenir le consulat jusqu’on aient des réponses et des fins plus satisfaisantes.

  2. Les maliens de France bien qu’ils soient dans leur droit constitutionnel doivent comprendre que la violence ne règle rien seul le dialogue peut nous conduire dans un règlement acceptable par tous dans cette situation. N’acceptons pas d’être la risée du monde entier pour un prétendu accord qui n’est pas signé. Soyons raisonnable et républicain. Ayons ne serait-ce qu’un tout petit peu d’estime et respect pour notre patrie mère mes chères confrères.

  3. Il est vraiment temps que les migrants rentrent légalement dans ces pays qui les refoulent à chaque fois sinon l’autorité malienne ne pourra rien faire parce que ils ont le droit de refouler les sans papier comme ils veulent. Pour les blancs l’essentielle est de quitté seulement leurs pays quelques soit la manière.

  4. C’est dans le dialogue qu’une solution pourrai être trouvé, il faudra que ces manifestants acceptent de communiquer avec les autorités afin de trouver une solution pour que le consulat reprenne les travaux pour l’intérêt des maliens d’extérieurs. Assiéger le consulat n’est pas la solution adéquate dans ces genres de situation.

  5. Le fait que le ministre des Maliens de l’extérieur ce soit déplacé pour aller rencontrer les manifestants ne montre en rien qu’il décrédibilise le consul et l’ambassadeur mais c’est pour dire que le gouvernement prends l’ampleur de la situation et ne « méprise » pas les maliens de l’extérieur comme certains le prétendent. Ce déplacement du ministre devrait permettre de lever le blocus car plus le consulat est occupé; plus les maliens de l’extérieur auront des problèmes et certains risquent de perdre leurs emplois alors soyons responsables!

  6. Comment voulez-vous que vos problèmes soient résolus si le consulat est occupé. Il serait mieux de déposer un comité de veille qui va suivre les travailleurs du consulat et assister les demandeurs de papiers afin de parer à toutes éventualités car ce blocus n’arrange pas les personnes en quête de papiers.

  7. Le problème de la carte nina n’est pas propre au Malien de la France seulement je crois que ça concerne toute la diaspora Malienne de l’étranger. Pour preuve je essayé de constituer le dossier d’un proche mais avec difficulté pour l’acquisition de la fiche individuelle descriptive car le reçu de ravec que j’ai présenté n’était pas bon selon les représentants de l’autorité stipulant que c’est un spécimen. Comment nos représentants de l’étranger osent berner nos compatriotes en les mettant en danger dans des pays ou le passeport est crucial ? Oh nos dirigeants faites attention. Toute vos oeuvres vont se retourner contre vous. Ce jour la vous serez perdants.

À LA UNE
Retour en haut