Personnalités › Parcours

Sékou Dansoko, plus jeune maire du Mali

S’il semble avoir, au premier abord, un profil tout ce qu’il y a de plus classique, l’écharpe tricolore que porte Sékou Dansoko fait de lui le plus jeune maire du Mali au sortir des élections communales du 20 novembre 2016. Une jeunesse qu’il ne voit pourtant pas comme un handicap.

Marié et père d’un enfant, Sékou Dansoko, secrétaire politique de la section locale du parti Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance (SADI), a été élu à 24 ans à la tête de la commune rurale de Kroukoto dans la région de Kayes, qui compte 8 782 habitants. Sur les 11 conseillers du bureau communal, son parti a récolté la majorité des sièges avec 6 conseillers. Si son élection a comblé un électorat plus jeune, il peine à convaincre les plus âgés. « J’ai conscience de mon jeune âge. Mais le fait d’être à l’écoute de la population et d’avoir fréquenté l’université de sciences politiques et juridiques de Bamako apportent un surcroit de crédibilité et un gros bagage pour relever le défi », explique-t-il. En effet, Sékou Dansoko s’est intéressé très tôt à la politique et au développement communautaire. Oumar Mariko, président du parti SADI, le décrit comme un jeune homme « très clairvoyant, sérieux et méthodique ». « Dansoko est un jeune qui a des ambitions et qui se donne les moyens de les atteindre. Il sait où il va et comment il faut y aller », ajoute-t-il.

Défis à relever Pour le moment, le plus jeune maire du Mali pense surtout à l’avenir de sa commune. Pour elle, il a des objectifs bien définis, comme celui d’assurer la sécurité des personnes et de leurs biens, de promouvoir l’éducation de masse et de qualité, et d’élaborer un code de gestion environnementale. « Les défis sont énormes dans la commune de Kroukoto. Ici tout est prioritaire. Le plus grand défi auquel je vais m’atteler c’est la promotion de l’éducation. Notre commune ne dispose que d’un seul second cycle. Au plan sanitaire, on a seulement deux centres de santé qui malheureusement ne répondent pas aux normes exigées », déclare le maire, qui après avoir dressé le bilan de la tâche à accomplir, s’attelle déjà à unir les forces vives de sa commune. Se décrivant comme « un trait d’union », Sékou Dansoko a été successivement président de l’Association des élèves et étudiants ressortissants de la commune de Kroukoto (AEERK) et président d’honneur de l’Association des femmes de Kroukoto pour l’assainissement (AFKA). Malgré tout le bien qu’on pense de lui, le successeur de Balla Dansoko doit rapidement convaincre la veille garde qui doute encore de sa capacité de résilience face aux difficultés.

 

 

 

3 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Les articles les plus
  • Consultés
  • Commentés
Retour en haut