Politique › Politique Nationale

La CMA a décidé de prendre le train en marche

La coordination a annoncé rejoindre les travaux de la Conférence d’entente nationale, mardi 28 mars, plus conforme au « nouveau format » qu’elle souhaitait. Pour le moment, seul les partis d’opposition n’ont pas rejoint cette rencontre qui doit favoriser la réconciliation nationale.

C’est d’abord par un communiqué du haut représentant du président malien que l’on a appris qu’à compté de ce mardi 28 mars, la CMA rejoindra les travaux de la Conférence d’entente nationale. Ce revirement intervient après un appel du pied du président de la république, hier, lors de l’ouverture des travaux de la Conférence, lors de laquelle le chef de l’État regrettait l’absence de la CMA et de l’opposition en les mettant en garde contre des postures qui n’apportent rien à la démocratie et indiquant que le train qui démarre pouvait être pris en marche.

Le discours d’ouverture du chef de l’État aura porté ses fruits en tout cas en ce qui concerne certaines préoccupations de la coordination, notamment concernant la durée initial des travaux de la conférence qui ne devait pas dépasser une semaine et qui ne sera finalement qu’une première étape de travail menant à un autre round de discussions.

Plusieurs tractations, en marge du la conférence, lundi 27 mars, avec un rôle déterminant de la mission de l’ONU au Mali, la Minusma, ont permis d’obtenir plusieurs compromis permettant de favoriser le retour de la CMA, qui entendait boycotter la conférence jugée précipité, mal organisée et dans un format peu conforme à leurs attentes.

Aujourd’hui, Les ex-rebelles se disent satisfaits. Ils prendront part ce mardi, au deuxième jour de la rencontre à Bamako, ne laissant plus qu’à l’opposition le tâche de maintenir une politique de la chaise vide.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Les articles les plus
  • Consultés
  • Commentés
Retour en haut