Sport › Football

Coupe des confédérations : La Russie accueille les champions

La coupe des confédérations est un pré- lude à la prochaine coupe du monde.

La Coupe des confédérations débute ce week-end en Russie. Les huit équipes engagées affûtent déjà leurs armes pour cette messe du football, qui durera du 17 juin au 2 juillet.

Grande répétition générale avant la Coupe du monde en 2018, la Coupe des confédérations revêt un enjeu essentiel : faire le point sur l’avancement des travaux en vue du mondial russe. Les organisateurs pourront également jauger la motivation des supporteurs pour cette compétition entre « champions ». Hormis la Russie, pays hôte, les sept autres équipes ont toutes validé leur ticket pour la compétition après avoir brandit un trophée. La Russie évoluera dans le groupe A aux côtés du champion d’Europe, le Portugal, de celui d’Amérique, le Mexique, et du petit-poucet néo-zélandais, plus réputé pour son rugby, mais champion d’Océanie. Portugais et Mexicains seront donc favoris à la qualification dans ce groupe. Emmenée par Cristiano Ronaldo, qui sort d’une très bonne saison, la Selecao peut viser haut. « Nous assumons toujours nos responsabilités. Il y a un an, j’avais dit que le Portugal allait à l’Euro 2016 pour le remporter. J’avais dit que nous n’étions pas favoris, mais candidat à la victoire. Je garde la même confiance aujourd’hui », a confié le sélectionneur portugais Fernando Santos, lors d’une conférence de presse mardi 13 juin. Mais le Mexique avec son jeu léché devrait comme toujours poser d’énormes problèmes à ses adversaires. « C’est certainement l’une de mes dernières grandes compétitions. Nous avons une équipe joueuse qui peut faire des merveilles et nous avons nos chances », analyse le vétéran Raphael Marquez (38 ans), qui est le seul joueur de la compétition à l’avoir déjà remportée en 1999.

Lions en danger Les Lions indomptables du Cameroun, champions d’Afrique, seront dans un groupe très relevé mais un peu particulier. Pour la première fois, l’Asie sera représentée par un pays non asiatique, l’Australie qui a décidé en 2006 de passer sous la bannière asiatique pour plus d’adversité et pour élever son niveau de jeu. L’Allemagne, champion du monde et qui aurait pu faire office d’épouvantail de la compétition, a finalement décidé de se présenter avec une équipe bis. Parmi, les joueurs convoqués, seuls trois joueurs ont participé à la campagne victorieuse au Brésil en 2014, à savoir Musatfi, Ginter et Draxler. Ce dernier s’est d’ailleurs vu attribuer le brassard de capitaine. « C’est un grand honneur d’avoir pu être capitaine. Je prends la coupe des confédérations comme une occasion de me montrer aussi comme meneur de jeu », a confié Draxler. Une situation qui peut donner des idées aux Camerounais. Sauf que la préparation n’a pas été un long fleuve tranquille pour les « héros de Libreville », avec des problèmes de primes mais aussi autour de l’élection du président de la fédération, que beaucoup jugent illégitime. De quoi démarrer la compétition sous un ciel ombrageux.

 

1 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut