Culture › Art du corps

Sékou Keïta, chorégraphe : « Etre différent, être solidaire et être dans l’excellence »

Entre « Le Mali des merveilles » et le « Boubou », présentés lors du sommet Afrique France tenu à Bamako en janvier 2017, le chorégraphe malien Sékou Keïta continue d’enchaîner les succès. Il vient de confirmer récemment lors des jeux de la francophonie à Abidjan du 20 au 31 juillet dernier. Il nous confie ici sa passion pour la danse, ses perspectives et son envie de partager, ce qui le définit à savoir « la solidarité, le partage et la diversité ».

Pouvez-vous vous présenter, pour ceux qui ne vous connaissent pas encore ?

Je m’appelle Sékou Keïta chorégraphe danseur résidant à Zurich en Suisse et assez souvent à Bamako et dans d’autres pays pour pratiquer mon métier.

Parlons de votre actualité récente, c’est la participation aux jeux de la francophonie à Abidjan. Comment cela s’est-il passé ?

Cela s’est très bien passé. Il y avait une cinquantaine de pays participants dans les domaines sportifs et culturels. J’ai donc été invité sur le plan culturel pour quelques dates. C’était prévu de faire 3 spectacles. Finalement il y en eu 4 et Dieu merci cela s’est bien passé.

Quel est le spectacle que vous avez joué ?

Le spectacle s’appelle le boubou. C’est une création que j’ai faite il y a quelques années où j’aborde plusieurs thèmes, comme la guerre, le dérèglement climatique, le djiguiya et simplement la joie de la danse. C’est un spectacle d’une heure 54 mn avec 22 artistes sur scène. J’ai joué avec ma troupe. J’ai aussi eu la chance de travailler avec Toumani Diabaté et Bassékou Kouyaté. Babani Koné a aussi fait une vidéo pour moi et j’ai invité sur scène une cantatrice malienne Paye CAMARA qui a été très appréciée. Babani Koné et Oumou Sangaré ont aussi fait des vidéos pour ce spectacle.

Certains vous ont découvert à Abidjan et ils vous ont apprécié. Quelles sont les perspectives ouvertes à partir de là ?

Pour moi, le succès c’est d’abord tous ces spectateurs qui se sont déplacés pour voir le spectacle. Ce public qui applaudit ou qui reste scotché. Cette interaction cette vibration que vous transmettez et que vous recevez. C’est aussi tous les contacts que j’ai noués, cette visibilité. Je pense que d’ici la fin de l’année, il va se passer pas mal de choses, même si je ne veux pas en dire davantage. J’ai présenté « le Mali offre ses merveilles pour la première fois ici à Bamako lors du sommet Afrique France. J’ai envie de présenter le « Mali offre ses merveilles » à Abidjan.

Qu’est-ce qui vous a amené à la danse ?

Tout petit déjà, j’aimais bien danser. J’ai été assez vite attiré par le côté artistique. Mais on m’a demandé de faire d’abord des études. Je pense que c’est très important et j’invite tous les jeunes, quelque soit le domaine choisi, à étudier. Ensuite, je pense que dans toute chose il faut d’abord avoir la passion. Sans passion, on arrive à rien. Les moments où je me sens vraiment bien c’est en 1er les moments de doute, les moments de la création. En 2ème lieu, quand je suis sur scène.

Vous enseignez la danse à Zurich. Qu’en est-il au Mali ?

J’enseigne la danse à Zurich, c’est un gagne-pain, cela me permet d’avoir une certaine stabilité. Ici, je suis là avec une troupe de jeunes. Parce que moi aussi j’ai eu la chance d’être épaulé quand j’étais jeune. Avec eux, je crée des chorégraphies. Au Mali et en Afrique de l’Ouest nous avons tout. Nos contes, nos instruments, nos pas de danse. Il suffit de créer et chaque artiste selon sa vision.

Dans « le Mali offre ses merveilles », vous avez réuni plusieurs artistes de divers horizons. Comptez-vous rééditez cet exploit ?

Je suis chorégraphe, ce qui m’intéresse c’est de mettre ensemble les gens de divers horizons. Artistiquement c’est intéressant. La musique et la danse sont différents. Moi j’ai eu la chance de travailler pour des chanteurs comme Salif Keîta ou Oumou Sangaré. Ils chantent tellement bien qu’ils n’ont pas besoin de danseurs. Mais ils m’ont donné la chance de travailler avec eux. C’est l’union qui fait la force. Pour moi, c’est ce qui me définit. Etre différent, être solidaire et être dans l’excellence. J’envisage de reproduire « Le Mali offre ses merveilles » au moins une fois par an. Je souhaite aussi dans un futur proche organiser un spectacle accessible à un public plus large. Par exemple à la maison des jeunes ou au carrefour des jeunes à 500 ou 1000 francs au maximum.

 

 

 

 

 

1 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut