Économie › Finance & Business

Daouda Coulibaly, initiateur du Forum PPP Afrique : « Notre continent est une terre d’opportunités »

Les 24 et 25 octobre 2017 se tient à Paris, aux Salons Hoche, le 1er Forum sur le Partenariat Public – Privé (PPP) en Afrique, sur le thème : « Relever le défi de l’énergie et des infrastructures en Afrique ». La rencontre, qui réunira plus de 300 cadres et décideurs africains et européens, est une initiative de Trainis, leader africain de la formation professionnelle continue. Son PDG, Daouda Coulibaly, explique le contexte et les objectifs de ce rendez-vous inédit.

Pourquoi organiser une telle rencontre ?

Les PPP sont à la mode en Afrique, mais les gens ne savent pas concrètement en quoi consiste le concept. Cela fait quatre ans maintenant que nous faisons de la formation sur le PPP. Elle sert à donner des bases, des outils, des clés aux acteurs concernés. Mais, une fois que cela est fait, nous avons constaté qu’ils ont des difficultés pour entrer en contact avec les autres acteurs qui pourraient les accompagner dans le processus. Ce sont, entre autres, les cabinets d’avocats spécialisés, les sociétés d’investissement, qui peuvent éventuellement leur apporter du financement, ou encore les cabinets d’analyses financières. Nous avons donc voulu créer un cadre de rencontre.

Qu’y aura-t-il au programme de ce Forum?

Les participants doivent s’attendre à faire un maximum de rencontre B2B, qui vont leur ouvrir des perspectives. Il y aura aussi quatre modules de formation. Les gens vont être formés sur des cas concrets, comme par exemple comment monter un  contrat PPP ou encore comment rechercher des financements… Il y aura également des conférences animées par des acteurs de success stories sur le continent africain. Ils viendront faire un partage d’expérience avec les participants. Il y a ensuite les panels de discussion. Il y en aura un sur l’énergie et un sur le financement des projets PPP, entre autres. Ce seront donc deux jours intenses et très riches en formation et en information, mais aussi en réseautage.

Le concept est à la mode, mais il y a-t-il des résultats concrets ?

Effectivement, l’appétit est nouveau sur le concept, mais, il faut dire, le concept lui-même n’est pas nouveau en Afrique. Au Mali, il y a des exemples de PPP. On peut citer l’un des plus récents, la centrale hybride de Ségou, qui va être faite en PPP. Les passeports maliens sont aujourd’hui fabriqués grâce à un PPP avec une entreprise française. Ce sont des milliards de francs CFA qui sont mobilisés pour mettre en œuvre ces projets. On appelle cela chez nous la délégation de services publics, c’est l’une des formes de PPP. Il y a aussi la concession et le contrat de marchés, où c’est l’État qui paie directement l’opérateur privé.

Le fait que la dynamique soit relativement récente en Afrique s’explique par plusieurs raisons. Les premiers projets n’avaient pas eu  le succès escompté, parce que non portés réellement par les bailleurs de fonds. Maintenant, la donne a changé, parce que le besoin s’est accru, les États n’ayant plus les ressources nécessaires pour faire face à des investissements de grande envergure. Ils se sont tournés vers le développement des infrastructures et les financements désormais disponibles auprès des bailleurs de fonds sont insuffisants. D’où la nécessité de se tourner vers des financements privés. Ce forum aidera les États à s’informer, à s’imprégner de tous les contours de ce que peut leur apporter ce genre d’opportunités.

Pourquoi ne pas avoir organisé cette rencontre en  Afrique ?

Nous sommes une entreprise africaine, basée en Afrique, même si nous intervenons en France pour des formations mais aussi pour ce forum. Paris, parce que les PPP sont un mécanisme que nous pensons être utile au développement des États. Mais, encore aujourd’hui, les investisseurs privés ne s’intéressent pas énormément à l’Afrique. Nous voulons donc faire se rencontrer les investisseurs et les Africains, pour qu’ils voient que le continent est désormais ouvert, que c’est une terre d’opportunités. Le cadre règlementaire est en train d’être amélioré en fonction du mécanisme PPP et donc les choses vont dans le bon sens. La prochaine édition aura lieu certainement en  Afrique, soit à Abidjan, soit à Kigali, pour permettre aux participants de voir ce qui se fait sur le continent et les opportunités qui leur sont offertes.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut