Économie › Industrie & Services

Briques en terre cuite : faire renaitre l’activité

Nicolas Deconinck, directeur technique de la société. © Emmanuel Daou / JDM

Les briques à base des terres cuites sont de retour

Il y a peine deux mois, la société spécialisée dans la production des briques en terre cuite située à Para Djicoroni a redynamisé ses activités. Dans les années 60, l’Etat avait décidé de mettre en place une briqueterie en terre cuite. Youssouf Fomba, directeur général de la société « Les terres cuites de Bamako », travaillait déjà à l’époque pour l’usine céramique du Mali dénomée UCEMA. La société étatique sera privatisée en 2003, avant de fermer ses portes en 2012, faute d’activités suffisantes pour en maintenir l’existence. Depuis, les efforts n’ont cessé pour la ressusciter. C’est désormais chose faite.

Une production limité pour le moment 

Le processus a commencé le 05 mai 2015. A cette date, l’État malien signe un contrat de performance avec l’usine pour lui permettre de relancer les activités « Suite à des lenteurs administratives, nous n’avons recommencé la production qu’en octobre dernier », explique Youssouf Fomba qui dirige la nouvelle entité appartenant pour 25 % à l’Etat et 75 % aux actionnaires. A Para Djicoroni, on produit des briques en terre cuite pour la construction, pour l’embellissement des maisons. Alors qu’elle avait un certain rayonnement il y a quelques décennies, ce n’est plus que le District de Bamako qui est approvisionné en production de l’usine. « Nous avons des produits qui permettent de construire d’une manière durable, efficace et fraiche » dévoile le directeur technique de l’usine qui a comme matière première l’argile. Parmi ses clients, l’Office Malien de l’Habitat qui utilise les briques pour la construction des logements sociaux, mais aussi des particuliers. La production étant pour l’instant limitée, les commandes se font uniquement au niveau de l’usine. « Notre l’objectif est de créer un produit local produit par des matières locales par une main d’œuvre locale », souligne Nicolas Deconinck, le directeur technique de la société

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut