Culture › Cinéma, Théâtre & Livres

Star Wars : engouement intergénérationnel pour une saga mythique

La série, vieille de plusieurs décennies, séduit toujours autant.

La saga aux milliards de dollars de recettes et aux millions de fans dans le monde fait son retour sur les écrans ce samedi pour un huitième épisode. Les Maliens vont pouvoir découvrir la suite de l’opposition entre les deux côtés de la Force.

À 26 ans, Sékou Traoré est un aficionado de la saga intergalactique. Tous les épisodes de la « Guerre des Étoiles », imaginée par le réalisateur George Lucas et dont le premier opus est sorti en 1977 sont sur son disque dur. « Chaque fois que j’en ai le temps, je fais un bing watching [tout regarder sans discontinuité : NDLR]. Ce sont des jours où je deviens asocial, mais je ne me lasse pas ».  Cela ne fait « que » cinq ans que Traoré à découvert Star Wars. Dans un grin qu’il fréquente, un ainé, la quarantaine, le surnommait « Jeune Padawan » [Dans l’univers Star Wars, apprenti qui souhaite devenir Jedi : NDLR] Intrigué, le néophyte demande à être édifié. « Pour moi, c’était juste une question, c’est devenu un crime de lèse-majesté », se souvient-il en souriant. « Comment peux-tu te prétendre cinéphile si tu ne connais même pas Star Wars ? », lui rétorquera l’ainé, avant de s’adonner à une longue péroraison pro univers de Lucas, qu’il finira par convaincre Traoré de « tester ». Il aura l’occasion ce samedi, comme les autres fans maliens de la saga, de voir le huitième épisode au Magic Cinéma Babemba. Dix ans après « La revanche des Sith », en 2005, Star Wars faisait son retour avec « Le réveil de la Force », en 2015. « Cela a très bien marché. Il y avait de l’engouement et de la curiosité », explique Mete Siriki, gérant du cinéma. Il espère que les 791 places trouveront toutes preneur. Cinéphile aguerri, il regrette qu’il n’y ait plus de « vraie génération Star Wars ». « Le Babemba a projeté tous les épisodes, de 1977 à maintenant. Ces films sont très bien faits ».  

La der ?

Cet épisode pourrait bien signer la fin de l’épopée. La soixantaine révolue, Mamadou Cissé a découvert le riche univers de la guerre aux sabres laser et aux vaisseaux aux États-Unis. Étudiant au milieu des années 80, il est tombé sous le charme. Cet épisode, sera son « last ». « Plusieurs acteurs qui ont fait la beauté de ce film ne sont plus là. Cet épisode sera pour moi l’occasion d’honorer la mémoire de Carrie Fischer décédée, en 2016 ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut