› Culture

Collectionneurs d’art : La passion de la culture

Chaque domaine à ses professionnels et ses passionnés. L’art a les siens : les collectionneurs. Repérer des œuvres et les réunir est un travail de l’esprit et des sens. Dans les ateliers ou galeries des collectionneurs, on trouve des tableaux, sculptures et autres créations de l’imagination qui plaisent à la vue et interpellent sur le monde.

« Moi je collectionne des tableaux de deux genres, figuratif et surréaliste », annonce Me Mamadou Kanda Keita, collectionneur d’art à Bamako. Au pied  de l’escalier qui mène à son bureau, à Hamadallaye ACI, la sculpture d’un homme, légèrement incliné, main sous le menton, « troublé », interpelle les visiteurs.

Dans son étude une large collection des toiles vous accueille. Certaines accrochées, d’autres posées dans un coin ou un autre. Ce dada, Me Kanda l’a depuis une vingtaine d’années, pour son plus grand bonheur. « J’ai fait ce choix pour la beauté des tableaux et l’imaginaire qu’ils dégagent », explique-t-il. Venus d’Europe, d’Asie, d’Afrique et du Mali, ces objets, acquis chèrement, sont tous pleins d’enseignement. Chacun de ces trésors est issu d’un  courant artistique donné. « Les figuratifs, ce sont des images où l’on peut discerner des gens, des sites. Quant aux surréalistes, ce sont des tableaux où l’imagination fait voir ce qui est derrière, ce qu’ils représentent et signifient », détaille-t-il. Assouvir sa passion pour l’art, posséder de beaux objets, développer ses connaissances dans ce domaine apparait au-delà tout comme le motif principal d’un collectionneur. « Je n’ai jamais vendu d’œuvres, c’est un plaisir pour moi d’avoir ces toiles, peut être que mes enfants en vendront », affirme le sexagénaire. « Ces trois facettes de la dame que vous voyez, c’est un Coréen qui les a faites à Sidney. Chacune d’elles exprime des choses, selon qu’elle soit de dos, de face ou de côté. En les regardant, elles peuvent même être érotiques pour certains. Mais moi, c’est la mélancolie qui s’en dégage que je vois. Un tableau va au-delà de sa beauté », affirme Me Kéita. «Ça, c’est une toile naïve figurative qui vient de Hong Kong. Beaucoup de gens, quand ils viennent la voir, l’adorent », ajoute-t-il, comblé par ces trouvailles.

Pour Abdoulaye Konaté, l’un des plus grands peintres du Mali, l’art est relatif et est une passion aussi bien pour les artistes que pour les collectionneurs. « Ce sont des gens qui ont une certaine condition sociale qui collectionnent, qui achètent pour leur patrimoine. Certains revendent des œuvres pour en racheter d’autres », explique celui dont le prestige a depuis longtemps franchi les frontières du Mali.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut