SOCIéTé  |     EDUCATION  |     ENVIRONNEMENT  |     DIASPORA  |     MéDIAS  |     FAITS DIVERS  |     SCIENCES ET TECHNOLOGIES  |    

A la découverte du Mali

Par Jounaldumali.com - 06/07/2009

    © Bourse-des-voyages.com

GEOGRAPHIE : Un grand pays soudano-sahélien au cœur de l’Afrique de l’ouest

Situé au cœur du Sahel, le Mali est un immense pays - le plus vaste d'Afrique de l'Ouest - qui s'étend sur 1 240 000 km2 entre 10° et 25° de latitude nord. La partie septentrionale du territoire s’enfonce dans le désert du Sahara tandis que le sud plonge dans la zone soudanienne, plus verte et pluvieuse. Pays continental, il ne dispose d’aucune ouverture sur la mer.

Un immense pays centré sur la cuvette du fleuve Niger
Le Mali est centré sur la cuvette du fleuve Niger, autour de laquelle s'organise un relief de plateaux, peu élevés, et de plaines qui occupent près de 90% du territoire. Seuls émergent quelques massifs montagneux : au sud, les Monts Manding qui forment la ligne de partage des eaux des fleuves Niger et Sénégal et la célèbre "falaise" de Bandiagara au-dessus du plateau Dogon, qui se prolonge au nord-est par le mont Hombori, point culminant du pays (1155 m). A l’extrême nord-est, le massif cristallin de l'Adrar des Ifoghas, qui rejoint par-delà la frontière algérienne le massif du Hoggar, ne dépasse pas 890 m d’altitude.

Trois milieux naturels
L’immensité du Mali et sa situation géographique expliquent la présence de trois grandes zones climatiques. En remontant du sud vers le nord, l'amplitude thermique s'accroît, les précipitations perdent de leur importance et de leur régularité, et la saison sèche s'allonge. On passe ainsi du domaine tropical humide au sud, une région de savane parsemée d’arbres, où il pleut le plus, au domaine tropical sec où dominent les steppes sahéliennes et où les pluies atteignent entre 300 à 500 mm par an, pour arriver au nord, dans le domaine tropical aride, caractérisé par une végétation rare et des précipitations irrégulières, qui n’excèdent pas 200 mm/an.
Le pays ne connaît qu’une seule saison des pluies par an : l’hivernage dont la durée varie selon les régions (de juillet à septembre au Nord et d’avril à octobre au Sud).

Le fleuve des fleuves
Globalement, le Mali est au 2/3 désertique ou semi-désertique et soumis à des sécheresses récurrentes en raison des caprices des précipitations sur une grande partie de son territoire. Toutefois, cette situation est modérée par l’existence d’un réseau hydrographique unique, constitué des fleuves Sénégal (9 00 km au Mali) et Niger.

Surnommé la « Bosse du chameau » par les Anciens, en raison de sa forme arquée, le Niger, le « fleuve des fleuves » pour les Berbères, dessine à travers le territoire malien une large boucle sur 1 700 km, qui remonte jusqu'en lisière du Sahara. C’est toutefois entre Ségou et Tombouctou, où il s'étale en de multiples bras, formant un vaste delta intérieur, que le Niger irrigue une vaste région qui constitue le réservoir des richesses agropastorales du pays. Le volume des eaux de cette immense plaine alluviale, inondée de septembre à décembre sur environ 20 000 km2, exerce un effet modérateur sur la température qui atteint une moyenne annuelle de 28°, favorisant ainsi de multiples activités.

Ces deux grands fleuves font des zones qu'ils traversent, des régions hospitalières où se concentrent plus des trois-quarts de la population.
OGRAE : Un grand pays soudano-sahélien au cœur de l’Afrique de l’ouest

Situé au cœur du Sahel, le Mali est un immense pays - le plus vaste d'Afrique de l'Ouest - qui s'étend sur 1 240 000 km2 entre 10° et 25° de latitude nord. La partie septentrionale du territoire s’enfonce dans le désert du Sahara tandis que le sud plonge dans la zone soudanienne, plus verte et pluvieuse. Pays continental, il ne dispose d’aucune ouverture sur la mer.

Un immense pays centré sur la cuvette du fleuve Niger
Le Mali est centré sur la cuvette du fleuve Niger, autour de laquelle s'organise un relief de plateaux, peu élevés, et de plaines qui occupent près de 90% du territoire. Seuls émergent quelques massifs montagneux : au sud, les Monts Manding qui forment la ligne de partage des eaux des fleuves Niger et Sénégal et la célèbre "falaise" de Bandiagara au-dessus du plateau Dogon, qui se prolonge au nord-est par le mont Hombori, point culminant du pays (1155 m). A l’extrême nord-est, le massif cristallin de l'Adrar des Ifoghas, qui rejoint par-delà la frontière algérienne le massif du Hoggar, ne dépasse pas 890 m d’altitude.

Trois milieux naturels
L’immensité du Mali et sa situation géographique expliquent la présence de trois grandes zones climatiques. En remontant du sud vers le nord, l'amplitude thermique s'accroît, les précipitations perdent de leur importance et de leur régularité, et la saison sèche s'allonge. On passe ainsi du domaine tropical humide au sud, une région de savane parsemée d’arbres, où il pleut le plus, au domaine tropical sec où dominent les steppes sahéliennes et où les pluies atteignent entre 300 à 500 mm par an, pour arriver au nord, dans le domaine tropical aride, caractérisé par une végétation rare et des précipitations irrégulières, qui n’excèdent pas 200 mm/an.
Le pays ne connaît qu’une seule saison des pluies par an : l’hivernage dont la durée varie selon les régions (de juillet à septembre au Nord et d’avril à octobre au Sud).

Le fleuve des fleuves
Globalement, le Mali est au 2/3 désertique ou semi-désertique et soumis à des sécheresses récurrentes en raison des caprices des précipitations sur une grande partie de son territoire. Toutefois, cette situation est modérée par l’existence d’un réseau hydrographique unique, constitué des fleuves Sénégal (9 00 km au Mali) et Niger.

Surnommé la « Bosse du chameau » par les Anciens, en raison de sa forme arquée, le Niger, le « fleuve des fleuves » pour les Berbères, dessine à travers le territoire malien une large boucle sur 1 700 km, qui remonte jusqu'en lisière du Sahara. C’est toutefois entre Ségou et Tombouctou, où il s'étale en de multiples bras, formant un vaste delta intérieur, que le Niger irrigue une vaste région qui constitue le réservoir des richesses agropastorales du pays. Le volume des eaux de cette immense plaine alluviale, inondée de septembre à décembre sur environ 20 000 km2, exerce un effet modérateur sur la température qui atteint une moyenne annuelle de 28°, favorisant ainsi de multiples activités.

Ces deux grands fleuves font des zones qu'ils traversent, des régions hospitalières où se concentrent plus des trois-quarts de la population.

LES MALIENS


13 millions d’habitants dont la moitié a moins de 15 ans
Au regard de son immense superficie, le Mali reste un pays peu peuplé. La population y est estimée à quelque 13 millions d'habitants. Soit une densité de l'ordre de 11 hab/km2. Les prévisions tablent sur 20 millions d'habitants à l’horizon 2025, et 46 millions en 2050. Le taux de natalité (50 ‰) et la fécondité (7 enfants par femme) sont encore très élevés au Mali, l'urbanisation ne s'étant pas accompagnée d'emblée et partout d'une chute de la fécondité. Du coup, l'accroissement naturel de la population est maximal, avec un taux de + 3,1 % par an. Les taux de mortalité infantile (136 ‰) et global (20 ‰) expliquent la jeunesse de la population. Près de la moitié des Maliens ont, en effet, moins de 15 ans. Résultat d’une espérance de vie inférieure à 50 ans, la part des personnes âgées de plus de 65 ans n’est que de 3 %.

Une grande diversité culturelle et ethnique
Point de rencontre entre plusieurs cultures - saharienne au nord, soudano-guinéen au sud et sahélienne au centre -le Mali abrite une population très diversifiée sur le plan humain et socio-culturel.

Le groupe dominant est celui des Mandingues (40 % de la population totale), qui comprend deux branches différentes : les Bambara - dont la langue tend à devenir la langue véhiculaire du Mali, à côté du Français, langue officielle - et les Malinké. Le groupe soudanien (20 % de la population) est composé de Songhay, de Dogon, de Sarakolé et de Bozo. Les Sénoufo, les Bobo, les Minianka et les Mossi se rattachent aux familles Voltaïques (12 % de la population). Les Peuls sont estimés à environ 630 000 personnes. Les populations maures (environ 75 000 personnes) et touaregs (270 000) peuplent la partie saharienne du pays.

Plus de 90 % des Maliens sont musulmans. L’islam est modéré, et parfois teinté d’un certain animisme. Les chrétiens constituent une petite minorité, essentiellement catholique, et sont présents surtout chez les Bobo et les Dogon.

Les trois-quarts de la population concentrés dans le tiers sud du pays
Depuis l'indépendance, la répartition de la population n'a pas fondamentalement évolué. Le nord et le centre, soit 60 % de la superficie du pays, regroupent moins de 10 % de la population, essentiellement le long du fleuve Niger. Les Maliens se concentrent donc dans le tiers sud du pays, où les densités rurales sont particulièrement fortes.

La majorité de la population est aujourd’hui sédentaire. De 6,7 % de la population totale en 1976, les nomades ne représentaient plus que 4,1 % des habitants en 1987 et 1 % en 2004. Ils vivent essentiellement dans le désert nord malien, dans les régions de Tombouctou, de Gao et surtout de Kidal.

La population est à 70 % rurale, l'urbanisation progressant au Mali plus lentement que dans les pays côtiers d'Afrique de l'Ouest. Il n'existe donc pas vraiment de phénomène d'explosion urbaine comme on peut le constater dans d’autres pays.

La primatie de Bamako
L'armature urbaine est macrocéphale. En tête du réseau figure Bamako, qui compte environ 1,3 million d'habitants (2003), soit environ 35 à 39 % de la population urbaine du pays. La primatie de la capitale est restée remarquablement constante depuis les années 1970. Bien qu’il ait baissé, le taux d'accroissement annuel de la population bamakoise était encore de l’ordre de 5,6 % en 2000. La part du solde migratoire dans cette croissance se situe entre 15 et 30 %. La croissance de Bamako résulte moins de l'exode rural que de l'accroissement naturel.

Loin derrière la capitale, les villes secondaires de Ségou, Sikasso et Mopti ont entre 100 et 120 000 habitants. À un 3ème niveau, on trouve les villes de Gao et Kayes, qui comptent autour de 80 000 habitants. Et au 4ème niveau, avec moins de 50 000 habitants, Tombouctou. A l'exception de Sikasso et de Kayes sur le fleuve Sénégal, les autre villes sont situées le long de la vallée du fleuve Niger, confirmant ainsi la fonction d'épine dorsale du Niger.

Une importante diaspora
Le Mali connaît un double phénomène migratoire : interne et externe. Les flux intérieurs, fortement liés au processus d’urbanisation, partent généralement du nord du pays pour se diriger vers le sud. Les causes sont en grande partie dues aux conditions climatiques et aux crises alimentaires. Ainsi, les déficits de la production agricole dans la région sahélienne contraignent périodiquement une partie de la population à l’exode rural, alimentant ainsi la croissance urbaine ainsi que le départ vers l'étranger.

L’émigration internationale part essentiellement des régions de Kayes et du delta intérieur du fleuve Niger (régions de Ségou et Mopti), qui sont parmi les plus densément peuplées. Quelque 4 millions de Maliens vivent ainsi à l'étranger. Cette émigration internationale, qui minore l’accroissement naturel de population, se dirige particulièrement vers les pays côtiers d’Afrique de l’Ouest comme la Côte d’Ivoire (2 millions de Maliens avant la crise ivoirienne), ou vers l’Afrique centrale (Gabon, Congo-Brazzaville et RDC). En Europe, les Maliens sont les plus nombreux en France (120 000 déclarés auxquels s’ajoutent les immigrés illégaux). On en trouve de plus en plus aux Etats-Unis, au Canada, en Espagne et en Italie, nouvelles destinations européennes des migrants maliens.

L’HISTOIRE :

1- L’émergence d’une nation

Des Empires médiévaux
Dès le 4ème siècle, la région du Soudan Occidental, le Bilad es-Soudan (« le pays des Noirs ») des chroniqueurs arabes, qui deviendra le Mali, voit se succéder plusieurs empires. L’un des plus prestigieux fut celui du Mali (hippopotame, en langue bambara), qui succède à l’empire du Ghana (ou Ouagadou), tombé en 1076 sous les attaques des Almoravides du Maroc. Erigé au 13ème siècle sous l’impulsion d’un jeune prince du Mandé, Soundjata Keïta, il connaît son apogée au 14ème siècle, période très florissante pour le commerce avec le Maghreb. Le troisième empire est fondé à la fin du 15ème siècle par le roi Songhaï Soni Ali Ber. Il sera démantelé en 1590 par le sultan marocain Moulay Ahmed El-Mansour. Cette date marque la fin des grands Empires.

Du 17ème au 19ème siècle, le territoire malien est morcelé en plusieurs États guerriers. A partir de 1852, le chef religieux toucouleur El Hadj Oumar Tall entreprend la conquête du Soudan. Il est repoussé dans le Khasso par les troupes coloniales françaises, mais s’empare du royaume bambara de Ségou et de l’Etat théocratique peul du Macina. Après sa mort, son fils Ahmadou lui succède, mais il est vaincu par les Français.

Entamée en 1876, la conquête coloniale se termine en 1898 avec la capture du très emblématique résistant Samory Touré, originaire du pays malinké. Le grand Soudan a vécu.
Ce passé d’empires et de royaumes a laissé une empreinte positive dans la mémoire collective malienne. Les Maliens ont ainsi appris à vivre au sein de grands ensembles étatiques, dirigés, tour à tour, par des groupes ethniques différents. Du coup le sentiment qu’une ethnie serait supérieure à une autre est très atténué au Mali. En outre, les systèmes d’alliances rendus nécessaires pour défendre des territoires convoités, encore vivaces, ont favorisé les relations et la solidarité entre les groupes.

A la colonisation
En 1904, la colonie du Haut Sénégal-Niger, qui comprend le Soudan (actuel Mali), et des parties de la Mauritanie, du Burkina-Faso et du Niger, est intégrée à l'Afrique Occidentale Française. Bamako en devient la capitale en 1908. En 1920, la colonie rebaptisée Soudan français, dont la Haute-Volta (Burkina-Faso) est détachée, fait l'objet d’une mise en valeur économique, qui s’appuie sur le travail et la conscription forcés. Toute activité politique est interdite aux colonisés.

A partir de 1946, la marche vers l'Indépendance est lancée, sous l'égide de l'Union Soudanaise – Rassemblement Démocratique Africain (USRDA), créé à Bamako. L’autonomie du Soudan est acquise en 1956 et, en 1958, l'Assemblée Territoriale proclame la République Soudanaise qui devient alors membre de la Communauté Française.

Le 20 juin 1960, le Soudan et le Sénégal acquièrent leur indépendance et sont regroupés au sein de la Fédération du Mali. Mais celle-ci éclate en août. Du coup, l'ancien Soudan français devient, le 22 septembre 1960, la République du Mali. Son président Modibo Keïta, élu opte pour une voie socialiste en s’appuyant sur l’USRDA, seul parti représenté à l’Assemblée. Le Mali entre dans la sphère d'influence soviétique.

Le 19 novembre 1968, un coup d'État militaire, dirigé par le Lieutenant Moussa Traoré, renverse le régime de Modibo Keïta. Jusqu’en 1991, le pays vivra à l’heure de la dictature militaire et du parti unique, avec l’Union démocratique du peuple malien (UDPM), créé en 1979. Tout bascule début 1991, quand les partisans du multipartisme et l’armée s’affrontent au cours d’une série de manifestations. Dans la nuit du 25 au 26 mars, le Général Président Traoré est déposé par un comité militaire de « réconciliation nationale », dirigé par le Lieutenant-colonel Amadou Toumani Touré. Imposé par la rue, qui a pris des risques et s’est battu pour l’obtenir, et non par quelques politiciens, le multipartisme est instauré le 6 avril.

Après une période de transition, conduite par Amadou Toumani Touré, des élections pluralistes et démocratiques sont organisées en 1992. La présidentielle est remportée par Alpha Oumar Konaré, chef de file de l’Alliance pour la démocratie au Mali (Adema), qui gagne également la majorité des sièges des députés.

2- L’instauration de la démocratie

Démocratisation et dispositif institutionnel
Selon la Constitution de 1992, le Mali est une République indépendante, souveraine, indivisible, démocratique, laïque et sociale. Le système institutionnel comprend un pouvoir législatif, un pouvoir exécutif et un pouvoir judiciaire. Le Président de la République est le chef de l'Etat, qui veille au fonctionnement régulier des pouvoirs publics et assure la continuité de l'Etat. Dirigé par un Premier ministre nommé par le Président de la République, le gouvernement détient le pouvoir exécutif. Le Parlement est composé d'une chambre unique comprenant les députés. Les autres institutions sont la Cour Suprême, la Cour Constitutionnelle, la Haute Cour de Justice, le Haut Conseil des Collectivités Territoriales, le Conseil Economique, Social et Culturel et le Médiateur de la République.

Depuis l’entrée en démocratie, les droits civils, politiques et individuels comme la liberté de la presse se sont affirmés. Il existe plus de 70 radios, une cinquantaine de journaux et plusieurs milliers d’associations et d’ONG. A un régime de parti unique, a succédé une multiplicité d’organisations politiques (plus de 80), dont les principales sont l’ADEMA (Alliance pour la Démocratie au Mali), l’USRDA, le CNID (Comité National pour l’Initiative Démocratique), le PARENA (Parti pour le Renouveau National), le MPD (Mouvement Populaire pour la Démocratie) ou la CDS (Convention Sociale et Démocratique).

Depuis 1992, diverses élections ont été organisées. En 1997, le président Omar Konaré a été réélu à la tête du pays pour un second et dernier mandat de 5 ans. En 2002, il est remplacé par Amadou Toumani Touré, élu avec 64% des suffrages au deuxième tour, puis réélu au premier tour en 2007.

Décentralisation
Reconnue par la Constitution de 1992 et considérée comme un moyen de renforcer la démocratie et de favoriser la croissance économique, la décentralisation est entrée dans les faits, avec le vote d’une loi-cadre le 11 février 1993. Quatre types de collectivités territoriales, dotées de la personnalité morale et de l’autonomie financière, ont ainsi été créés : la commune (urbaine ou rurale), le cercle, la région et le district de Bamako. La mise en place d’un pouvoir décisionnel local a été parachevée avec la tenue d’élections municipales.

Une démocratie à conforter
Saluée à juste titre comme une performance pour la région, la démocratie malienne n’en demeure pas moins fragile. Son implantation ne s’est d’ailleurs pas faite sans difficulté. En témoignent les manifestations estudiantines et les rébellions touaregs intervenues depuis 1992. En outre, elle montre des signes d’essoufflement car si les pouvoirs maliens sont séparés, dans les faits, le législatif est soumis à l’exécutif et la majorité des institutions et des collectivités locales font face à des difficultés liées à la faiblesse de leurs capacités institutionnelles et matérielles (financières, en ressources humaines…).
D’autres obstacles, tels l’analphabétisme, la faible participation des populations aux élections et la prééminence d’un modèle de vie familiale et religieuse traditionnel, limitent également l’exercice de la démocratie. Enfin, la légitimité issue du suffrage universel doit toujours composer avec d’autres légitimités traditionnelles (chefferies ou castes). La culture démocratique reste à conforter.

    © Dicsahel.org

Des savoir-faire régionaux


Région n°1 : Kayes.
Située à l’est du pays, près de la frontière avec le Sénégal, cette région est divisée en 7 cercles regroupant 129 communes.
Populations et savoir-faire : la région est peuplée de Kassonké, de Malinké et de Sarakolé, qui sont des agriculteurs ou des commerçants. Les Sarakolé sont connus pour être de grands voyageurs, le voyage faisant partie de leurs traditions initiatiques.
Ressources et activités : agriculture, élevage, pêche, mines (or), hydro-électricité, tourisme.

Région n°2 : Koulikoro.
Située à l’ouest de la région de Kayes, elle fait frontière avec la Mauritanie. Elle est divisée en 7 cercles, regroupant 106 communes. Bien que située au cœur de la région, Bamako, n’y est pas rattachée ;
Populations et savoir-faire : la région est peuplée en majorité de Bambara. On y trouve également des Malinké et des Sarakolé. Tous sont connus pour être des agriculteurs sédentaires, des commerçants et des artisans
Ressources et activités : agriculture vivrière, coton, pêche, élevage, artisanat.

Région n° 3 : Sikasso
Située à l’extrême-sud du pays, elle fait frontière avec la Guinée, la Côte d’Ivoire et le Burkina-Faso. Divisée en 7 cercles, elle regroupe 148 communes.
Populations et savoir-faire : la région est peuplée en majorité de Bambara, de Malinké, (agriculteurs sédentaires, commerçants et artisans) et de Sénoufos (agriculteurs sédentaires)
Ressources et activités : agriculture vivrière, coton, mines (or), énergie (électricité), élevage, agro-industrie (égrenage coton), commerce, tourisme, artisanat, tourisme.

Région n°4 : Ségou.
Située au centre du Mali, elle est divisée en 7 cercles qui comptent 118 communes.
Populations et savoir-faire : la région est peuplée en majorité de Bambara, agriculteurs, commerçants et artisans. On y trouve des Bobo et des Sénoufo (agriculteurs sédentaires).
Ressources et activités : agriculture vivrière, coton, pêche, élevage, agro-industrie (égrenage coton), artisanat, commerce, tourisme.

Région n°5 : Mopti.
Limitée au nord par la région de Tombouctou, elle fait frontière au sud, avec le Burkina Faso. Elle est divisée en 8 cercles, regroupant 108 communes.
Populations et savoir-faire : la région est peuplée en majorité de Peuls (éleveurs nomades en partie sédentarisés, artisans), de Bozo (pêcheurs) et de Dogons (horticulteurs)
Ressources et activités : agriculture vivrière (riz), coton, élevage bovin, pêche, énergie (hydro-électricité), commerce, petite agro-industrie, artisanat, tourisme.

Région n°6 : Tombouctou.
Située à l’extrême nord-ouest du pays, c’est la plus septentrionale et la plus vaste région du pays en termes de superficie.
Populations et savoir-faire : la région est peuplée en majorité de Touaregs et de Maures, pasteurs nomades et commerçants.
Ressources et activités : élevage, mines (sel, pétrole ?), tourisme, artisanat, commerce.

Région n°7 : Gao.
Située au nord-est du pays, elle fait frontière avec le Niger.
Populations et savoir-faire : la région est peuplée en majorité de Songhay (agriculteurs sédentaires et éleveurs) et de Touaregs (pasteurs nomades)
Ressources et activités : agriculture, élevage, mines (kaolin), énergie, commerce, artisanat, tourisme.

Région n°8 : Kidal.
Située au nord-est du pays, Kidal fait frontière avec le Niger. Elle est divisée en 4 cercles.
Populations et savoir-faire : la région est peuplée en majorité de Touaregs (pasteurs nomades, commerçants et artisans)
Ressources et activités : élevage, commerce, artisanat.

District de Bamako
Bamako est organisée en district, avec six communes, dotées chacune d’un maire.
Populations et savoir-faire : à l’origine, la région était peuplée en majorité de Bambara. Son statut de capitale en a fait une ville multiethnique.
Ressources et activités : maraîchage, industrie, énergie, services, tourisme (d’affaires surtout), énergie, artisanat.

    © Artheos.org

Un pays ancré dans sa sous-région et son continent

Le Mali appartient à plusieurs organisations régionales et africaines dont les principales sont :
- l’Union Économique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA), composée de 8 Etats membres (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo), qui ont en commun le Franc CFA. Cette institution est basée à Ouagadougou, capitale du Burkina, où se trouve la commission, organe exécutif dirigée par le Malien Soumaïla Cissé depuis 2004.
- la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), regroupant 15 pays d’Afrique de l’Ouest.
- la Communauté des Etats Sahélo-Sahélien (CENSAD) composée de 24 pays.
- l’Union africaine (UA), dont l’organe exécutif est dirigé depuis 2003 par l’ancien président du Mali, Alpha Oumar Konaré.

L’intégration régionale
L’appartenance du Mali à ces institutions lui permet de multiplier ses sources de financement et ses coopérations en matière de développement. L’obtention de certaines aides étant conditionnée au strict respect des critères de convergence économique fixés par l’Uemoa, l’engagement du pays en faveur de l’intégration régionale représente, en effet, un signe favorable pour les principaux bailleurs de fonds.

Toutefois, sa situation de pays enclavé et tributaire de ses voisins en ce qui concerne notamment l’utilisation des ports, ne fait pas oublier au Mali ses priorités de développement strictement national. L’État s’inscrit donc dans un premier temps dans une problématique de

 
MOTS CLES :

11 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

special demand

Par nukhet demir

01/12/2009 13:07

Dear Sirs,
We kindly ask you to announse and help us to establish business relations with the serious buyers to our below sell offer related with bicycle & motorcycle in Turkey (BISAN) that is one of the most important production factory and trade mark of Turkey among its sector.
Thank You for yr help
Best Regards
Nukhet Demir
MOBIS

To whom it may concern,

Dear sirs,

We would like to explain you a prosperious offer in Turkey. BISAN is a very well known and one of the biggest bicycle & motorcycle factory in Turkey .And as it has accepted the same laws and orders with the EU Countries there is no customs duty for the products that will be produced in Turkey to be exported to the EU countries so it will also be a bridge for the owners to enter the EU market . As regards to our negotiations with the owners of BISAN we have been asked to find buyers for that place.
BISAN has stopped production of Motorcycles and Bicycles and now it is the right time to make investment in Turkey with very low costs. The owners have decided to sell the BISAN (BİCYCLE& MOTORCYCLE FACTORY including its property & name) .As they want to sell as soon as possible the value of the factory will even be lower then its land's costs. We shall be through this marketing process. I thought you may be interested to take place in such an investment.
Pls kindly and urgently let us know if you are interested in this offer or you may either find someone else that might be interested in our offer.
Hoping to hear from you soon
Best Regards
Nukhet Demir
MOBIS IC VE DIS TICARET LTD
1456 SOK.NO:309
ALSANCAK-IZMIR/TURKEY
TEL : +90 232 4632680
FAX : +90 232 4631090
MAIL : nukhet.demir@mo-bis.com
CELL : +90 535 4288148

en avant pour le mali

Par mike 06

10/06/2010 13:45

bravo pour cette manifestation que vous recommencerais prochainement merci j habite a nice

en avant pour le mali

Par mike 06

10/06/2010 13:45

bravo pour cette manifestation que vous recommencerais prochainement merci j habite a nice

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

Agenda - événements

Foire Africaine de Montréal
Tous les événements
    Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/jdm/www/article.php on line 354

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUMALI.COM

DOSSIERS

L'INTERVIEW

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Sondages
Forums
Rencontres
Petites annonces
Guide du JDM

COMMUNIQUES OFFICIELS

2009

DOSSIERS

AGENDA/EVENEMENTS

OFFRES D'EMPLOI

2009

APPELS D'OFFRES

2009

GALERIE PHOTOS

2009

GALERIE VIDEOS

2009

Journal Télévisé