NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |     ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES 2013  |    

Discours du président ATT au lancement du mois du cinquantenaire

Par Primature - 02/09/2010

A Logo Sabouciré, village situé dans la localité de Kayes, le Président Amadou Toumani Touré a procédé au lancement, le 1er septembre 2010, des cérémonies officielles de célébration du cinquantenaire.

    © primature
    Reconstitution historique de la bataille de Logo Sabouciré

Mes Chers Compatriotes ;

Maliens de l’Extérieur et de l’Intérieur ;

Hôtes et Amis des Maliens ;

Mesdames, Messieurs,


Nous lançons ce jour, 1er septembre 2010, à Logo Sabouciré, les cérémonies officielles de célébration du cinquantième anniversaire de l’accession de notre pays à l’indépendance.

Le choix de cette ville, pour abriter cette commémoration, marque un regard sur le passé.

C’est ici à Logo Sabouciré, que le premier coup de canon de la coloniale a tonné ; c’est ici aussi que le premier coup de fusil de la riposte a été tiré. Face à la supériorité du feu du colonisateur nous avons répondu par la résistance et le patriotisme.

Nous pouvons donc soutenir que c’est à partir de Logo Sabouciré que notre Peuple a entamé sa libération de la domination coloniale. Et ce n’est pas un hasard si les Pères de notre indépendance se sont inspiré de la date du 22 septembre 1878 pour proclamer l’avènement de la République du Mali, libre, souveraine et prête à assumer son destin.

Le Président Modibo KEITA et ses Compagnons, à qui je rends un vibrant hommage, affirmaient ainsi leur volonté d’établir le Lien historique entre le 22 septembre 1878 et le 22 septembre 1960.

Mesdames, Messieurs,

Au regard du parcours héroïque de notre pays, nous avons choisi de placer la commémoration du Cinquantenaire de notre Indépendance sous le signe de la Mémoire préservée et partagée.

Mémoire préservée, car nous avons décidé de rendre hommage à d’illustres Figures Historiques et à de Valeureux Combattants anonymes, qui se sont opposés à la pénétration coloniale, avec vaillance et abnégation.

Ce devoir de génération s’impose d’autant plus à nous, que les luttes de nos Héros, n’ont pas toujours reçu l’éclairage qu’elles méritent et leur bravoure a été souvent imparfaitement restituée.

Dans ce sens, l’attaque contre Logo Sabouciré, le 22 septembre 1878 est le prélude à un vaste mouvement de résistance symbolisé par des villes et des sites parmi lesquels ont peut citer :

Goumbako Ie 11 février 1881 ;
Daba le 15 janvier 1883 ;
Koundian en 1889 ;
Ouelessougou le 25 avril 1890 ;
Nioro le 1er janvier 1891 ;
Diema le 21 février 1891 ;
N’Gorfou Hondo en 1895
Nankou en 1912 ;
Belema, Yangasso en 1913 ;
Tominian, Bana, Koro en 1913 ;
Koumi Ie 18 mars 1915 ;
Anderaboucane en 1916 ;
Tabi en 1920.

Mes Chers Compatriotes ;

Mesdames, Messieurs,


Les hauts faits d’armes de nos Héros de la Résistance restent encore méconnus des Maliens eux-mêmes et surtout des Tout Jeunes, d’où la nécessité d’inscrire durablement dans notre mémoire collective, des pages à la fois glorieuses et douloureuses de notre Histoire. Elles ont été écrites par des grands hommes comme :

Niamody SISSOKO,
Mamadou Lamine DRAME,
Cheiboun Ag FONDAGOUMA,
Bandiougou DIARRA,
El Hadj Omar TALL,
Chérif Hamallah,
Firhoun Ag ALINSAR,
Almamy Samory TOURE,
Ingoma Ag MOHAMED AHMED,
Tièba TRAORE,
Babemba TRAORE.

L’énumération n’est pas exhaustive et elle ne saurait passer sous silence les insurrections à l’actif de certaines de nos communautés, pour affirmer leur soif de liberté et le refus de la soumission.

Je pense notamment aux foyers insurrectionnels du : Bélédougou, avec Koumi Diossé TRAORE ; de la Région de la Volta, avec Yoro BENGA ; du Bani, conduit par Banzani THERA, Adama DEMBELE ; du Gourma, avec Mohamed AHMED et du Hodt, dont Ould ABDOUKE fut l’un des principaux animateurs.

Mémoire partagée, parce que la résistance à la pénétration coloniale s’est exercée sur toute l’étendue de notre pays et s’est illustrée dans des batailles demeurées célèbres.

Je citerai :

la Bataille de Mayel à Nioro en 1890, conduite par Louis ARCHINARD côté français, avec un terrible bilan humain estimé à 9.000 morts.
et la bataille de Tacoubao à Tombouctou, où dans la nuit 14 janvier 1894, des Résistants touarègue ont entièrement défait la colonne d’Eugène BONNIER.

Tout Malien est héritier et dépositaire de ce héroïsme dont il doit cultiver le souvenir, perpétuer les vertus et les valeurs. Vous conviendrez aussi avec moi que Logo Sabouciré est une ville d’élection par excellence pour célébrer les Résistants maliens.

Le Tata est à la fois l’emblème du refus et le symbole de la Liberté.

Je me réjouis de relever, en ce jour solennel, que le plus bel hommage rendu à nos Résistants l’a été par ceux-là mêmes qui les ont combattus.

Ainsi, au début de l’ouvrage : Les Pionniers du Soudan, avant, avec et après Archinard, publié en 1931, Jacques MENIAUD écrit ceci, je cite : « Le Soudan a été la grande école, où s’est formée l’âme de notre Armée coloniale et où s’est élaborée, la Doctrine coloniale française…

On y verra se lever des réputations, évoluer et se former des jeunes militaires, qui seront plus tard l’orgueil de la Nation et des exemples d’honneur, pour les générations futures :

Gustave Borgnis-Desbordes,
Joseph Galliéni,
Louis Archinard,
les deux frères Bonnier,
Joseph Joffre,
Jean-Baptiste Marchand,
Charles Mangin, Baratier, Germain, Patey, Audéoud
et plus tard, Edgard De Trentinian, Henri-Eugène Gouraud et bien d’autres…. ». (fin de citation)

Mesdames, Messieurs,

La conquête coloniale a été ardue, sanglante et tragique, elle a été ponctuée d’actes de bravoure, de refus de toute forme de domination. Deux générations d’hommes et de femmes ont conduit cette opposition héroïque :

Celle de nos grand-aînés qui, par le feu et le fer, a défendu la liberté et la dignité de nos Peuples, au prix du sacrifice suprême,
La génération de nos pères qui, après d’âpres batailles syndicales et politiques, ont fini par faire aboutir notre volonté de liberté et d’indépendance.

La guerre coloniale au Soudan a été l’une des plus meurtrières et certainement des plus héroïques de la pénétration coloniale en Afrique.

Mes Chers Compatriotes,

Nous devons rester fidèles aux vertus et valeurs défendues par ceux qui nous ont laissé en héritage, le sens de l’honneur, le goût de la Liberté et l’esprit de sacrifice. La célébration de la Résistance ne se fait pas dans une vision passéiste.

Pour nous, il s’agit plutôt de puiser dans ces valeurs de civilisation, les ressources morales nécessaires pour affronter le présent et nous projeter dans l’avenir, celui d’une Nation malienne forte de son Histoire, sûre de son futur africain et Universel.

C’est cette commune volonté de résister ensemble qui a permis à notre pays de vivre les dures épreuves et les défis des cinquante dernières années, mais aussi de bâtir nos succès, au cours du demi-siècle que le Mali indépendant vient de vivre.

Aussi, je forme le vœu que le Monument de la Resistance Nationale, que nous allons inaugurer à la mémoire de toutes les grandes figures de la résistance nationale à la domination coloniale, porte témoignage, pour l’éternité, du sacrifice de milliers de fils et de filles du Mali et d’Afrique, morts pour la Patrie, l’honneur, la dignité et la liberté.

Mes Chers Compatriotes,

Je ne saurais terminer sans remercier vivement : le Maire, le Chef de village, les populations de Logo Sabouciré et des contrées voisines pour leur mobilisation, l’Association pour le Développement de Logo Sabouciré, pour le remarquable travail de mémoire, les Forces Armées et de Sécurité pour leur participation à la reconstitution historique, la Commission Nationale d’Organisation du Cinquantenaire, la Commission d’Organisation Régionale de Kayes, les Maliens de l’Extérieur et de l’Intérieur, ainsi que les Amis du Mali.

Tous ensemble, inclinons nous devant la mémoire de nos martyrs et prions pour un Mali fort, prospère et solidaire.

Je vous remercie de votre aimable attention !


 
MOTS CLES :  Logo   Sabouciré   Att   Cinquantenaire   Mali 

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Memoire d'un continent

Par Mähävirä

03/09/2010 02:23

Comme le dirait le Professeur ibrahima baba kaké,la colonisation fait partie de la memoire du continent Africain. les générations présentes et futures doivent avoir en memoire ce qui s'était passé pour que nous ne l'oublions jamais.
Nos anciens étaient des héros de la colonisation à l'indépendance, ils ont fait ce qu'ils pouvaient pour sauvegarder la dignité et l'honneur de l'afrique.A nous de la preserver.
Voir aujourd'hui que nos dirigeants se comportent envers nous comme des colonisateurs, ils nous exploitent, nous volent et volent leurs peuples pour aller mettre cet argent dans les banques de ceux qui nous maltraités et souillés c'est vraiment dômmages

BRAVO LE MALI

Par ABDOUL KAREEM

24/09/2010 12:12

PARFAIT RECI MERCI/////////

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

Agenda - événements

Concertation Nationale sur l’Avenir de l’Enseignement supérieur au Mali
Tous les événements
    Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/jdm/www/article.php on line 354

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUMALI.COM

DOSSIERS

L'INTERVIEW

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Sondages
Forums
Rencontres
Petites annonces
Guide du JDM

COMMUNIQUES OFFICIELS

2009

DOSSIERS

AGENDA/EVENEMENTS

OFFRES D'EMPLOI

2009

APPELS D'OFFRES

2009

GALERIE PHOTOS

2009

GALERIE VIDEOS

2009

Journal Télévisé