NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |     ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES 2013  |    

Que se passe-t-il au Burkina Faso ?

Par Dédé F. - 18/04/2011

La stabilité du pays des hommes intègres est régulièrement perturbée par des mouvements d’humeur des hommes en armes. Cette fois encore, les militaires font parler d'eux.

La nuit a été relativement calme à Ouagadougou dont les habitants reprennent leurs activités. La ville est sous couvre-feu de 19heures à 6heures du matin. Une mesure prise par les autorités après avoir tenté en vain de désamorcer les troubles qui ont éclaté le jeudi dernier dans la capitale et qui s’étendent à présent dans plusieurs autres villes. Après Ouagadougou, ce fut le tour de Pô et Tenkodogo, et aujourd’hui Kaya de suivre le mouvement. Des soldats et des gendarmes sont sortis, dimanche soir, dans les rues de Kaya, ville située à une centaine de kilomètres au nord-est de Ouagadougou, et ont tiré en l’air dans les rues jusqu’à 6 heures, ce lundi. Pour la première fois, des gendarmes participaient à la mutinerie, depuis le début du mouvement. Ils ont incendié le domicile du chef du corps du régiment de commandement d’appui et de soutien (CAS) et saccagé celui du commandant de la première région militaire, celle de Kaya.
Le mouvement de contestation était parti jeudi soir de la propre garde présidentielle du chef de l’Etat, Blaise Compaoré, puis s’est, les jours suivants, étendu à d’autres garnisons de la capitale, et des trois autres villes. Pour tenter de contenir cette révolte, Compaoré, arrivé au pouvoir par Des dizaines de soldats étaient descendus dans les rues de Ouagadougou la semaine dernière. Des magasins ont été pillés, une radio saccagée et des résidences d’officiers incendiées. Cette mutinerie a entraîné la dissolution du gouvernement burkinabé et le limogeage du chef d‘état-major des armées.

Militaires toujours fâchés

Ces agitations constituent l'une des plus graves crises qu'ait connue le régime du président Compaoré. En fait, les troubles actuels semblent être la continuité d’autres mouvements d’humeur des militaires. Dans la nuit du 22 au 23 mars, dans capitale à Ouagadougou, des militaires étaient sortis de leurs casernes, avaient tiré en l'air dans les rues et pillé des boutiques en réaction à la condamnation de cinq des leurs dans une affaire de moeurs et de viol. Le 24 mars, ils étaient libérés par les autorités.

Le 28 mars, les villes de Koupéla, Tenkodogo, et à nouveau Ouagadougou étaient touchées par la grogne des militaires. Dans la capitale, des militaires appartenant au 32e régiment d'infanterie commando (RIC) étaient allés libérer à la prison civile un autre soldat, enfermé pour le viol d'une jeune fille. Après ces incidents, le président Compaoré a rencontré, le 31 mars, toutes les composantes de l'armée, des simples soldats aux généraux. Outre la contestation du jugement de six de leurs camarades, les soldats burkinabés protestaient contre leurs mauvaises "conditions de vie", ou encore "des problèmes avec la hiérarchie". On croyait alors la page tournée jusqu’au jeudi dernier où la garde présidentielle déclenche une mutinerie.

    © fasozine.com
    Retour au calme après les pillages des derniers jours

Du mal à gérer la crise

Des discussions étaient pourtant en cours entre la hiérarchie et les mutins. Selon un officier de ce régiment présidentiel ayant requis l'anonymat, il s'agit d'un mouvement de colère de militaires pour protester désormais contre le non-versement d'une indemnité de logement et alimentaire qui leur avait été promise. Parallèlement, les professionnels de la justice ont suspendu depuis le 23 mars leurs activités, pour exiger la réincarcération de cinq militaires condamnés pour des affaires de mœurs et de viol, et libérés par les autorités. En guise de réponse à la demande des magistrats, une roquette fût tirée le 29 mars par des militaires sur le palais de justice de la ville de Fada N'Gourma, dans l'est du pays.

Les étudiants aussi sont fâchés

Des manifestations étudiantes sont aussi organisées, depuis le 22 février, pour dénoncer la mort de six personnes lors d'une marche fin février dans la région du Centre-Ouest. A l'origine, les étudiants demandaient le "respect des franchises scolaires et universitaires" et "exigeaient" le "départ" des forces de police qui stationnent sur les campus. Malgré des mesures prises par le gouvernement pour ramener le calme, les violences se sont étendues à travers le pays. Le 9 mars, le gouvernement a ordonné pour la deuxième fois en dix jours la fermeture des établissements scolaires "jusqu'à nouvel ordre". Nouvelle déclaration de Blaise Compaoré le 10 mars: "En cassant on ne peut pas faire durer le progrès dans notre pays." Rien n’y fait. Le 12 mars, des heurts ont opposé des manifestants de l'Université de Ouagadougou aux forces de l'ordre, après l'échec d'une nouvelle marche "pacifique" pour réclamer justice pour leurs camarades tués. Bilan: neuf blessés et cinq interpellations. Depuis, la contestation continue: des lycéens de Tenkodogo, ville située à près de 200 km au sud-est de Ouagadougou, ont manifesté le 31 mars, en soutien aux étudiants. Et il y a une semaine, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans la capitale et dans plusieurs villes de l'intérieur du pays contre le régime de Compaoré. Le Burkina Faso est-il en train de devenir le pays des hommes fâchés ?

 
MOTS CLES :  Burkina   Faso   Mutinerie   Ouagadougou   Troubles   Militaires   Blaise   Compaoré 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

Agenda - événements

FESCAURI 2014 à Siby
Tous les événements
    Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/jdm/www/article.php on line 354

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUMALI.COM

DOSSIERS

L'INTERVIEW

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Sondages
Forums
Rencontres
Petites annonces
Guide du JDM

COMMUNIQUES OFFICIELS

2009

DOSSIERS

AGENDA/EVENEMENTS

OFFRES D'EMPLOI

2009

APPELS D'OFFRES

2009

GALERIE PHOTOS

2009

GALERIE VIDEOS

2009

Journal Télévisé