SOCIÉTÉ  |     EDUCATION  |     ENVIRONNEMENT  |     DIASPORA  |     MÉDIAS  |     FAITS DIVERS  |     SCIENCES ET TECHNOLOGIES  |    

Code de la famille : le projet définitivement enterré à l'Assemblée ?

Par Modibo FOFANA - 30/06/2011

Face à la pression des musulmans radicaux du Mali, les députés ont une fois de plus renvoyé le projet de loi.

A titre de rappel, le projet de réforme du code des personnes et de la famille, adopté le 03 août 2009, a été renvoyé à l'Assemblée Nationale pour une seconde lecture face à la pression des musulmans. On se souvient de ce meeting de 50 000 personnes au Stade du 26 Mars, organisé par le Haut Conseil islamique du Mali et diverses organisations religieuses pour protester contre la réforme du code, jugée contre les valeurs culturelles et spirituelles du Mali. ATT face à la colère de la rue, n'avait alors eu d'autre choix que de renvoyer le texte pour calmer les esprits en plein mois de ramadan. Ce jeudi 23 juin, les élus devaient à nouveau examiner le texte mais le projet a une fois de plus été rangé aux oubliettes. La commission ad hoc comprenant l’Assemblée Nationale et les membres du Haut conseil islamique avait elle été mise en place le 22 juin 2010 pour revenir sur les dispositions ayant fait l’objet d’incompréhensions et de conflits, cela afin de parvenir à un texte véritablement consensuel, tout comme la Commission Lois de l'Assemblée Nationale, conformément à une méthodologie de travail, devait se concerter avec les associations religieuses, les membres de la société civile et le gouvernement. N’ayant pas eu le temps de tenir toutes ces consultations et fortement préoccupée par l’obtention d’un compromis autour du projet de code des personnes et de la famille, la Commission Lois a renvoyé l’examen du projet de loi à une prochaine session de l’Assemblée Nationale avec l'aval de la présidente de la Commission Mme Camara Saoudatou Dembélé. Face à un sujet aussi sensible, nos honorables élus de la nation se veulent ainsi très prudents.

    © jeune afrique
    Mahmoud Dicko, président du Haut Conseil islamique farouchement opposé à la réforme du code de la famille

Les députés boycottent la plénière par des représailles

Le 23 juin dernier, la salle Modibo Keïta de l’hémicycle était quasi- déserte. De nombreux élus avaient tenu à boycotter la plénière par peur de représailles. Seulement voilà : le compromis intelligent que les députés ont négocié avec les représentants du Haut conseil islamique du Mali dérangent également les organisations féminines et autres associations de défense de droits de l’homme qui estiment que le projet a été vidé de toute sa substance.

Dans le contexte actuel marqué par l’absence de tout consensus sur le projet, est-il préférable, voire sage pour notre pays, de laisser ce projet en sursis ? De donner le temps au temps pour préparer des esprits surchauffés à accepter la réforme. A quoi sert d’adopter un texte mal compris ? Le président Alpha Oumar Konaré avait sagement gardé le document dans son tiroir lors de son mandat sachant la sensibilité du sujet. En août 2009, lors de l’adoption du texte par les locataires de Bagadadji, les services spéciaux, ont failli à l’une de leurs missions essentielles, c'est-à-dire proposer des mesures d’anticipation pour prévenir la fronde sociale. La sagesse du président ATT, que certains estiment être une faiblesse, a alors permis à notre pays d’éviter une crise sociale sans précédent.

Politisation religieuse
A l’époque, si le pouvoir et ses services spéciaux avaient sous-estimé la capacité de mobilisation des organisations et associations islamiques, ils ne doivent pas perdre de vue que notre pays entre dans une période extrêmement délicate pour notre jeune démocratie au moment ou les élections pointent à l’horizon . De plus, on assiste à une politisation excessive de la religion dans notre pays. Des associations religieuses sont devenues des mouvements politiques de contestation. Dans ce contexte, des éléments subversifs peuvent chercher à établir une connexion dangereuse entre le code et les réformes constitutionnelles en cours, avec, en ligne de mire, une révision de la Constitution du 25 février 1992.

Il ne faudrait plus donner à quelques furieux manipulés par des aventuriers politiques, l’occasion d'échauffer la conscience de nos compatriotes sur cette affaire de code. Car, à défaut de leur tenir un langage de fermeté, les députés devraient garder le silence qui, seul est "grand" tout le reste étant faiblesse. C'est sans doute pourquoi le premier ministre, Mme Cissé Mariam Kaidama Sidibé, a soigneusement évité de répondre aux questions des députés relatives au code de la famille, lors de sa déclaration de la politique générale le lundi 27 juin à l’hémicycle.




 
MOTS CLES :  Kaidama   Dpg   Assemblée   Familles   Code 

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Sagesse oblige

Par Sabou

04/07/2011 23:53

Je crois que pour un tel document qui touche la personne et la famille, il faut amoindrir les jugements subjectifs.Le Mali peut avoir un bon code des personnes et de la famille si tous les fils du pays y adhèrent avec plus de conviction et d'objectivité.Il ne s'agit pas de crier sur les "islamistes" mais de défendre nos valeurs ancestrales chèrement acquises.Je ne suis pas d'accord avec Tante Assanatou si elle comprend le problème ainsi.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

Agenda - événements

Expo "Les Djeman" par Sénou Fofana
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUMALI.COM

DOSSIERS

L'INTERVIEW

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Sondages
Forums
Rencontres
Petites annonces
Guide du JDM

COMMUNIQUES OFFICIELS

2009

DOSSIERS

AGENDA/EVENEMENTS

OFFRES D'EMPLOI

2009

APPELS D'OFFRES

2009

GALERIE PHOTOS

2009

GALERIE VIDEOS

2009

Journal Télévisé