ACTU-SANTÉ  |     FOCUS & CONSEILS PRATIQUES  |    

Pour les malades atteints d'éléphantiasis, la survie au quotidien

Par Modibo FOFANA - 17/10/2012

Mis au ban de la société, ces malades sont confrontés à une double exclusion économique et sociale, dont leurs propres familles sont parfois complices.

Des malades atteints d'eléphantisme, on n'en connait pas grand chose. On connait leur vie publique, celle de la mendicité aux feux rouge, de la pitié des passants en voyant leurs membres énormes, déformés. On sait moins que leur vie privée est tout aussi difficile que leur vie publique. Selon la direction nationale de la sante, ils seraient près de 3 000 atteints par cette maladie causée par une accumulation de liquide lymphatique dans les tissus. La région de Sikasso enregistre le taux de prévalence le plus élevé de cette maladie. Ce qui valu à la région de devenir pilote en matière de prise en charge.

    © kibarou.net
    Un jeune atteint d'Elephantiasis

Mort sociale

Même si la maladie entraîne une faible mortalité, la mort sociale, elle, est bien réelle. Stigmatisation, discrimination sociale, marginalisation économique... Les témoignages sont éloquents et pathétiques. « J’étais vendeuse de bijoux avant de tomber malade, a expliqué Sata Koné lors de l'ouverture lors de l’ouverture de l’atelier de la formation sur la prise en charge des lymphœdème organidé par l'Organisation mondiale de la santé mardi 16 octobre. Je faisais le voyage entre Bougouni et Bamako. Désormais je reste assise, et ma prise en charge laisse à désirer. »

Son mari est resté auprès d'elle. Pas celui de Djeneba Sanogo, qui s'est remarié. « Cette maladie m'a fait perdre mon mari et mes amis. Seuls mes enfants ne m'ont pas abandonnée », pleure t-elle.
"Ma famille ne me donne à manger qu'une fois par jour"
Oumar Koumaré mendit pour survivre. « Dans ma famille on ne me donne à manger qu’une seule fois par jour parce que je suis devenu improductif », explique-t-il. Même situation pour Nouhoum Sidibé, qui fait la manche au carrefour de la mairie du district de Bamako.
Le gouvernement malien a mis en place un programme national d’élimination de la filariose lymphatique, pour que les regards se tournent enfin vers ceux qu'on ne regarde plus.

 
MOTS CLES :  Survie   Elephantiasis   Mali   Exclusion 

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

pitié

Par Fabius

18/10/2012 17:13

ces malades font pitiés. regardes ce beau garçon avec un pied complément enflé. Dieu est grand

solidarite

Par traore

19/10/2012 08:54

ensemble mobilisons nous pour erradiquer les maladies qui nous font expulser

ces malades oublié du mois de laaaaaa solidarité

Par Djeneb

19/10/2012 15:49

en realité ces malades doivent etre prises e compte par le mois de la solidarité que de glisser l'enveloppe à des anciens richissime mal veillis.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

Agenda - événements

SAJE 2014
Tous les événements
    Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/jdm/www/article.php on line 354

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUMALI.COM

DOSSIERS

L'INTERVIEW

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Sondages
Forums
Rencontres
Petites annonces
Guide du JDM

COMMUNIQUES OFFICIELS

2009

DOSSIERS

AGENDA/EVENEMENTS

OFFRES D'EMPLOI

2009

APPELS D'OFFRES

2009

GALERIE PHOTOS

2009

GALERIE VIDEOS

2009

Journal Télévisé