DÉBATS & OPINIONS  |     BILLET  |     HUMEUR  |     TRIBUNE  |    

Quand IBK tente de sortir la tête hors de l’eau...

Par Kadiatou Abgrall Kanté - 06/11/2012

" IBK, dans son interview, a défendu la même thèse que les auteurs du coup d’Etat du 22 mars 2012, à savoir, que le président ATT est la cause de tous les malheurs du peuple malien". Analyse.

La presse malienne s’est intéressée à l’interview d’Ibrahim Boubacar Keita (IBK ) a sur un média français. Et dans son ensemble, elle a largement diffusé l’intégralité de ce discours. Il y a donc eu très peu voir aucune analyse de ce discours. C’est la raison pour laquelle et dans le souci d’éclairer mieux l’opinion nationale malienne, j’ai décidé de publier ce que j’ai compris et retenu de cette interview d’Ibrahim Boubacar Keita.

Je tiens à souligner que mon analyse se base sur des faits concrets, et doit en aucune manière être considérée comme un règlement de compte vis-à-vis de la personne d’IBK. C’est simplement par souci d’intégrité, de neutralité, mais surtout la volonté de guider, éclairer et avertir les maliens sur les questions relatives à leur société et à son développement.

Pour commencer, intéressons-nous à la forme du discours d’IBK :
Au moment où la communauté internationale s’active à voler au secours du Mali, afin que celui-ci se libère du joug de l’oppression des islamistes et des narcotrafiquants et recouvre l’intégrité de son territoire, cette personnalité publique, non moins importante du paysage politique malien, qui, à l’instar d’autres personnalités politiques a fait le choix de se refugier dans un silence presque agaçant, tente enfin de sortir la tête hors de l’eau pour donner sa version des faits. Et pour se faire entendre, IBK a choisi, non pas à un média malien, mais RFI, ce 31 octobre 2012.

Dans cette interview, Monsieur Ibrahim Boubacar Keita (IBK) a désigné le président Amadou Toumani Touré (ATT) comme l’unique coupable du malheur qui s’acharne sur le Mali depuis le 22 mars dernier, date à laquelle, celui-ci a été évincé du pouvoir par un coup d’Etat militaire, seulement un mois de la fin de son mandat. Selon lui, ATT ne saurait partager cette lourde responsabilité avec quiconque, puisque c’est lui et lui seul qui a donné à l’armée malienne, l’ordre d’évacuer la ville de Tessalit en février dernier.
Pour mieux mesurer le poids des propos tenus par Ibrahim Boubacar Keita, il est utile de se rappeler qu’il est le président du Parti pour le Rassemblement du Mali (RPM) et candidat aux élections présidentielles pour la troisième fois. En outre, IBK a été le président de l’Assemblée Nationale du Mali de 2002 à 2007, pendant les cinq premières années du mandat du Président Amadou Toumani Touré.

On se souvient encore de cette déclaration qu’il a faite à la presse au lendemain de son écrasante victoire aux élections législatives de 2002 : « désormais, je travaillerai avec mon frère ATT, non pas en face à face, mais en côte à côte » Et 10 ans plus tard, ATT est devenu persona non grata aux yeux d’IBK.

Et pendant 10 ans, les responsables politiques maliens, se sont attribués les postes, ont joué à fond au copinage dans la gestion des affaires publiques et l’accès à l’emploi, laissant pour compte le peuple malien et ses souffrances quotidiennes.

IBK, dans son interview, a défendu la même thèse que les auteurs du coup d’Etat du 22 mars 2012, à savoir, que le président ATT est la cause de tous les malheurs du peuple malien. Loin de moi l’idée de défendre le président déchu, celui là même qui a ouvert la porte à la corruption et au copinage au sommet de l’Etat. Mais il convient néanmoins de souligner que M. Keita a été l’une des rares personnalités politiques maliennes à n’avoir pas été touchée par la junte, depuis le début de cette crise. Allez savoir pourquoi.
Et ma préoccupation principale, en tant que citoyenne malienne, c’est de savoir, comment a-t-on pu laisser une seule personne la gestion de toute une nation ? En outre, dans cette interview, qu’ IBK a bien voulu accorder à RFI, il affirme avoir pleuré, lorsqu’il a appris la chute de la ville de Tessalit par les rebelles touaregs et leurs alliés islamistes et narcotrafiquants. Je pense que nous attendons plus d’un responsable politique, que des larmes, considérés comme un signe de faiblesse ou d’incapacité, surtout face à des personnes qui n’ont de cœur que de tuer, violer , lapider ou flageller. Nous avons besoin de leaders, capables d’agir avec fermeté et constance et qui savent anticiper les crises. Hors, en décidant de « travailler en cote à cote avec ATT » Devrait-il s’étonner des agissements de fin de mandat de ce denier ? Et dès cet instant précis, n’a-t-il pas décidé de se dédouaner de sa responsabilité vis-à-vis du peuple malien ? De surcroit, peut-on parler de cohérence entre le discours d’IBK de 2002 et celui annoncé sur les antennes de RFI ? Enfin, est-il possible d’être autrefois en phase avec le président déchu et aujourd’hui avec les auteurs du coup d’Etat de mars 2012 ?

Arrêt sur le discours d’IBK : Ce qu’il a dit et ce qu’il a tu 
Le discours de Monsieur Keita s’est articulé autour de trois points principaux à savoir:

1. La responsabilité du président ATT dans le basculement du pays dans les heures les plus sombres de son histoire ;
2. Les querelles intestines qui empêchent la classe politique malienne de s’unir et de présenter un plan crédible l’union nationale, la gestion et la sortie de crise ;
3. Son soutien aux actions du président Traoré et à celles de la communauté internationale en faveur du Mali.
Mais nous constatons qu’IBK, le républicain et fervent défenseur de la démocratie, des droits de l’Homme et de la bonne gouvernance a omis de dire…

J’aurais apprécié entendre IBK :

dénoncer le coup d’Etat qui a réduit au néant les efforts énormes faits par le Mali au cours de ces 20 dernières années en matière de démocratie et de développement social et ouvert la porte de l’impunité dans le pays ;
prôner la mise en place d’un Etat de droit ;
insister sur la nécessité de favoriser la création d’un environnement propice à la démocratie, au respect des droits individuels, à la liberté d’exprimer ses opinions sans en être inquiété de quelque manière que ce soit ;
prôner l’émergence d’une société civile forte et autonome au Mali ;
proposer des mesures concrètes au peuple du Mali, pour une meilleure sortie de crise, ainsi qu’une meilleure reconstruction du pays et des régions maliennes du Nord en particulier ;
dénoncer les nombreuses violations des droits humains particulièrement à Bamako, depuis le coup de mars dernier, une pratique qui reste toujours très courante, notamment dans la capitale.

Et par ailleurs, aussi étonnant que cela puise paraître, aucun de ces fondements d’un Etat de droit, démocratique et républicain n’a été mentionné par Monsieur Keita.
Cependant, comment devrions-nous comprendre cette omission de la part d’une personnalité politique et publique au moment où le Mali se voit dépossédé de tous ces précieux acquis ?

Les maliens ont fait preuve d’une très grande naïveté au cours de ces 20 dernières années. Aucun compte n’a été demandé à l’Etat et à ses dirigeants. Ce manque de vigilance ou ce laisser- aller a laissé la place à la construction d’un Etat corrompu, faible et bafoué, en témoigne la crise sans précédent qui sévit dans le pays depuis huit mois.

Etant donné cette grave crise que traverse le Mali et les souffrances vécues par ses populations, n’est-il pas nécessaire, voir obligatoire que nos responsables politiques réfléchissent des bases saines et transparentes à un Etat solide et démocratique ? Je pense que cette exigence ne sera pas possible tant qu’ils continuent à se dénigrer et à se rejeter les responsabilités. Ils doivent tous reconnaitre leurs parts de responsabilités dans la crise actuelle et prouver leurs crédibilités à la nation malienne en proposant de nouvelles stratégies de gestions des affaires publiques, pour favoriser le développement du pays, le partage des richesses, l’accès au marché du travail à tous les jeunes du Mali, sans considérations sociales, politiques ou culturelles.
En clair, comment chaque citoyen malien, qu’il soit du Nord, du Sud, d’Ouest ou d’Est puisse retrouver sa place dans la République, en ne laissant personne au bord de la route ? Telle doit être dorénavant la seule préoccupation de chaque responsable politique qui souhaite s’investir pour la cause du peuple malien.



 
MOTS CLES :  Mali   Ibk   Interview   Coup   D'état 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

A savoir

  • Source : http://democratiemali.blogspot.fr/2012/11/quand-ibk-tente-de-sortir-la-tete-hors.html
  • Auteur : Kadiatou Abgrall KANTE,
  • Journaliste politique, spécialiste de l’Afrique,
  • Paris, France

Agenda - événements

Expo "Les Djeman" par Sénou Fofana
Tous les événements
    Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/jdm/www/article.php on line 354

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUMALI.COM

DOSSIERS

L'INTERVIEW

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Sondages
Forums
Rencontres
Petites annonces
Guide du JDM

COMMUNIQUES OFFICIELS

2009

DOSSIERS

AGENDA/EVENEMENTS

OFFRES D'EMPLOI

2009

APPELS D'OFFRES

2009

GALERIE PHOTOS

2009

GALERIE VIDEOS

2009

Journal Télévisé