L'INTERVIEW  |    

Oumar Keïta, « La junte tire toujours les ficelles du pouvoir »

Par L'Humanité.fr - 13/12/2012

Oumar Keïta, chercheur associé à l’École des hautes études 
en sciences sociales. Il est interviewé par le journal français l'Humanité.

Le Premier ministre de transition, Cheick Modibo Diarra, 
a été arrêté et contraint à la démission. Quelles sont 
les raisons de ce nouveau coup de force de la junte ?

Oumar Keïta. Avant que le premier ministre malien n’annonce sa démission, il devait venir à Paris pour 
des examens médicaux. Alors même que devait s’ouvrir, hier, une concertation nationale préparée par son cabinet. Tout le monde connaissait les dissensions 
entre Cheick Modibo Diarra et la junte. Il avait pourtant été nommé à ce poste avec l’appui des militaires, mais les relations, ces derniers temps, s’étaient envenimées.

Cheick Modibo Diarra paie-t-il son activisme en faveur d’une intervention militaire appuyée par les Occidentaux dans le nord du pays, occupé depuis le printemps par 
des groupes djihadistes ?

Oui, tout le problème est là. Il faut noter que le président par intérim, Dionconda Traoré, s’est, de son côté, rapproché de la junte, probablement poussé par les ambitions présidentielles affichées par le premier ministre. En laissant entendre qu’il pourrait briguer la présidence, Cheick Modibo Diarra a suscité de la méfiance chez ceux qui pensent qu’on ne peut pas être juge et partie dans un processus de transition. Comme chef de parti, il a cherché à placer ses fidèles à des postes clés. Ces derniers temps, le premier ministre 
était isolé, ne comptant plus que sur l’appui du Haut Conseil islamique et de son président, Mahmoud Dicko.

Cet épisode témoigne de la fragilité des autorités 
de transition, mais aussi du délitement des institutions maliennes… ?

Ce délitement n’est pas nouveau. 
Une grande confusion règne aujourd’hui dans le pays. Trois pôles de pouvoir sont en concurrence : le président, le premier ministre, la junte militaire.

Ce vide du pouvoir à Bamako conforte-t-il la position 
des djihadistes au nord ?

Oui, cette confusion profite vraiment 
aux groupes armés. Ils peuvent chercher à conquérir 
de nouvelles positions, alors que la menace d’intervention militaire commençait à avoir un effet dissuasif, au moins sur Ansar Eddine et sur le MNLA, 
même si ce dernier ne représente plus grand-chose 
sur le terrain.

Croyez-vous encore à la possibilité d’une sortie négociée de cette grave crise ?

Oumar Keïta. Oui. Mais je pense que la communauté internationale devrait aussi mettre la pression sur 
la junte et sur son chef, Amadou Haya Sanogo, qui 
ne s’est jamais vraiment retiré du jeu. En réalité, 
c’est bien lui qui détient le pouvoir aujourd’hui 
au Mali. Ses militaires ont perpétré des crimes. 
Il faut leur faire entendre qu’ils auront des comptes 
à rendre. C’est la seule façon de les faire reculer.

 
MOTS CLES :  Mali   Kéïta   Oumar   Junte   Politique   Crise   Mali 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

Agenda - événements

Expo "Les Djeman" par Sénou Fofana
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUMALI.COM

DOSSIERS

L'INTERVIEW

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Sondages
Forums
Rencontres
Petites annonces
Guide du JDM

COMMUNIQUES OFFICIELS

2009

DOSSIERS

AGENDA/EVENEMENTS

OFFRES D'EMPLOI

2009

APPELS D'OFFRES

2009

GALERIE PHOTOS

2009

GALERIE VIDEOS

2009

Journal Télévisé