SOCIÉTÉ  |     EDUCATION  |     ENVIRONNEMENT  |     DIASPORA  |     MÉDIAS  |     FAITS DIVERS  |     SCIENCES ET TECHNOLOGIES  |    

Pharmacie : des centaines de kilos de médicaments brûlés

Par Amadou Diarra - 26/11/2009

Pas de cocaïne, ni de stupéfiants mais des centaines de kilos de médicaments périmés ont été incinérés par la Commission Nationale de destruction des Médicaments.

    © journaldumali.com
    La direction de la pharmacie et du Médicament veille à répertorier les produtis périmés

En plus des médicaments, il y avait des boites de lait pour enfants de 6 mois à 3 ans dont la date était dépassée depuis l’année 2008. Cette destruction a eu lieu ce mercredi dans l’après midi sur la route de Senou vers l’aéroport de Bamako

Les médicaments périmés sont très généralement ceux dont la date de consommation est dépassée et ceux avariés sont les plus souvent décomposés par leurs conditions de conservation ou par autres effets dus à la nature. Les produits ont été apportés par plus de 5 camions remplis. Leur valeur pourrait être estimée à plus de 2 milliards de francs CFA selon l'un des représentant de la Direction de la Pharmacie et du Médicament (DPM). Ceci est déjà une perte énorme pour les pharmaciens de la capitale et des populations.

Rôle de la Commission de destruction

La commission a pour rôle principal le suivi de ces médicaments périmés ou avariés dans les magasins de stockage, du contrôle de leur chargement dans les camions, de leur contrôle au lieu de déchargement et de destruction. Elle doit s’assurer après la mise à feu que tous les produits sont bien brûlés. Cela est normal pour éviter que les populations ne viennent s’en servir à leur absence.

Elle est constituée par des représentants de l’Etat, du privé et de la société civile. La compétence lui relève d’approuver le Procès Verbal ou de le rejeter. La DPM est l’organe mère chargé de la coordination des activités de cette commission.


Le Processus

Les pharmaciens sont les seuls responsables des médicaments périmés ou avariés à leur niveau. C’est dans ce cadre qu’ils sont tenus d’informer la DPM de leurs produits non utilisables et qui doivent être détruits, cette direction étant la seule structure habilitée à organiser leur destruction.

« Les produits prennent du temps dans nos magasins car nous devrons chercher de l’argent pour qu’ils soient détruits par la commission »explique l'un des représentants des pharmaciens. Et de renchérir « c’est une double perte pour nous ! ».








 
MOTS CLES :  Bamako   Destruction   Périmés   Faux   Médicaments 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

Agenda - événements

Foire Africaine de Montréal
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUMALI.COM

DOSSIERS

L'INTERVIEW

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Sondages
Forums
Rencontres
Petites annonces
Guide du JDM

COMMUNIQUES OFFICIELS

2009

DOSSIERS

AGENDA/EVENEMENTS

OFFRES D'EMPLOI

2009

APPELS D'OFFRES

2009

GALERIE PHOTOS

2009

GALERIE VIDEOS

2009

Journal Télévisé