Politique › Politique Nationale

Oumar Mariko, un leader politique et opposant tenace…

Il est l’une des figures de la révolution du 26 mars 1991. Oumar Mariko, a derrière lui une longue expérience de la vie politique et du brassage des foules. Natif de Kolondièba dans le cercle de Sikasso (3è région du Mali), il a crée le parti SADI (Solidarité africaine pour la Démocratie et l’Indépendance) en 2001, après son départ du CNID-Faso Yiriwaton (Congrès National d’Initiative démocratique) En 2002, il se porte candidat aux élections présidentielles. Egalement député à  l’Assemblée Nationale, il représente la circonscription de Kolondièba. Choisissant l’opposition, Oumar Mariko s’inspire beaucoup de l’idéologie marxiste et des grands leaders panafricains comme Thomas Sankara pour doper ses militants. C’’est dans le milieu rural que son message est le mieux véhiculé. Ses bastions sont Niono, Koutiala et Kolondièba, o๠il est très écouté par les populations. A l’assemblée, le parti a deux sièges à  Niono et Kolondieba. Oumar Mariko est vu aujourd’hui comme l’opposant radical à  cause de son franc-parler et ses critiques à  l’endroit du régime. Et il ne cache pas ses ambitions pour 2012. Ancien fondateur de l’association des Elèves et Etudiants du Mali (AEEM), il garde la même énergie politique vingt ans après les évènements de Mars 1991 La leçon des communales 2009 ! A l’issue des élections communales du 26 avril, un certain nombre de formations politiques ont formé le « collectif des partis politiques ». Objectif : dénoncer les irrégularités constatées lors du déroulement du vote et créer un conseil parallèle pour paralyser le Conseil Communal. Ce fut le cas de la commune I de Bamako o๠siège le parti d’Oumar Mariko a battu campagne. Arrivé 8ème lors du scrutin du 26 avril,avec 257 conseillers contre 94 aux Municipales de 2004,ces résultats montrent une bonne implantation du parti à  l’intérieur du pays. Au total, 14 mairies ont été prises par Sadi dont 10 pour Koutiala et 4 pour Niono. La liste du parti était présente dans toutes les régions sauf Kidal, alors qu en 2004 Oumar Mariko et ses militants n’étaient présents que dans trois régions, à  Sikasso, Ségou et Kayes. Quant aux présidentielles, certains militants affirment que la création d’un parti, en l’occurrence SADI, prépare aux futures échéances électorales. Un observateur juge Mariko, comme l’homme politique le plus constant et dont la position se devine aisément… que ce soit pour la Palestine, o๠il soutient la création d’un état, o๠les questions nationales, Oumar Mariko est infatigable. La semaine dernière, il a interpellé à  l’Assemblée, trois ministres, sur leur gestion de la chose publique.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut