Économie › Actualités Économie

Programme énergétique du Mali : plus de 60 milliards FCFA accordés par la Banque Mondiale

Ce programme a été initié par le Mali pour améliorer les conditions d’accès à  l’électricité et augmenter les capacités de production d’électricité. Il s’étend sur une période de 5 ans (septembre 2009- septembre 2014). Le PASE privilégie l’extension du réseau de transport et de distribution de la Société énergie du Mali. A cet effet, la ligne de transport de 150Kilovolt (KV) entre Ségou et Bamako sera réhabilitée afin d’assurer un acheminement fiable de l’électricité à  haute tension vers la capitale. Il est aussi prévu de construire une boucle de 150 KV autour de Bamako pour améliorer la fiabilité de l’alimentation en électricité de la zone de Bamako. Plus de 40 000 nouveaux clients seront pris en charge à  Bamako, Kayes, Sikasso, Koutiala, Ségou et Mopti. Cinq nouvelles zones sont en passe d’électrification dans l’office du Niger. Il s’agit des localités de Dougabougou, Siribala, Sansanding, Molodo et Dioro qui sont de grandes villes o๠l’absence d’électricité constitue un frein au développement. Dans sa composante dite « d’efficacité énergétique et Gestion de la demande », le PASE renferme la distribution d’environ un million de « lampes basse consommation » dans les ménages et les bâtiments publics. 15 000 lampes économes seront installées pour renforcer le réseau d’éclairage public. l’interconnexion électrique A ce programme vient en appui, le projet d’interconnexion électrique entre les différents pays de la sous région. Le Ghana et La Côte d’Ivoire ont accepté de vendre de l’électricité au Mali. Des lignes haute tension entre la Côte d’Ivoire et le Mali sont en construction. Elles permettront de transporter 80 mégawatts. l’enveloppe attribuée permet également de couvrir une partie des travaux des centrales thermiques de Sikoro et Balingué. Jamais la banque mondiale n’avait fait un tel prêt au Mali. « C’’est le plus grand financement que la Banque Mondiale accorde au Mali en une seule opération », s’est réjouit Allassane Diawara, représentant de la Banque mondiale au Mali. M. Diawara a soutenu que ce projet contribuera à  la vision du Gouvernement de faire du Mali une puissante agricole animé par un secteur privé renforcé et dynamique. Dans le même volet de financement du développement, la banque mondiale a fait un prêt au Mali pour l’application de l’ITIE (Initiative pour la transparence dans les industries extractives). Le Mali a adhéré à  cette initiative pour favoriser une gestion saine de ses ressources naturelles.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut