Personnalités › Parcours

Ismaïla Sidibé, une success story à la malienne

Au moment o๠la chaà®ne Africable souffle ses cinq bougies à  Bamako, son président fondateur, Ismaà¯la Sidibé, reste à  47 ans un vrai passionné. A la tête de l’une des rares chaà®nes panafricaines basée sur le continent, il foisonne d’idées de programmes, et envisage même de lancer de nouveaux concepts de chaà®nes. La télévision à  l’échelle du continent Convaincu par l’idée de créer une véritable chaà®ne panafricaine, il a tout fait pour la mettre en œuvre. Avant de fonder Africable, Ismaà¯la Sidibé, marié et père de cinq enfants, a commencé par gérer un vidéo club, poser des antennes paraboliques en Côte d’ivoire, puis par lancer le même type de services à  Bamako en 1990. Deux ans plus tard, il fait une demande d’installation d’un réseau MMDS (télévision par micro-ondes), puis créé en 1995 la société Multicanal, qui propose un bouquet satellitaire de chaà®nes francophones telles que TV5, MCM Africa, CFI ou encore Canal Horizons. Ce n’est qu’en 2000 que l’aventure Africable débute réellement. Sidibé, qui fait alors partie de l’association des opérateurs privés de télévision d’Afrique (OPTA), décide de créer avec des collègues du Togo, du Bénin et de Djibouti, une société de droit malien dénommée Africable. La nouvelle chaà®ne de télévision démarre officiellement ses émissions le 24 avril 2001. Elle propose alors depuis Paris un bouquet de chaà®nes cryptées destiné à  tous les opérateurs du réseau africain comme Excaf au Sénégal, et Mediatrix au Togo. Mais au bout d’une année, l’expérience prend fin, faute de rentabilité. 2004 : Africable renaà®t de ses cendres C’’est alors que Nayou, tel que le surnomme ses amis depuis l’expérience ivoirienne, décide de relancer le projet à  partir de Bamako, profitant de l’arrivée sur le marché d’équipements de régie et de diffusion numérique inédits, ainsi que du lancement de nouveaux satellites à  destination de l’Afrique. Après deux années de travail et grâce à  un prêt d’1 million d’euros d’Ecobank, Africable renaà®t de ses cendres en 2004 avec un nouveau concept : diffusion en clair et financement par la publicité, l’interactivité (SMS), le sponsoring, l’événementiel et les droits dérivés. La chaà®ne émet depuis «sur les réseaux C’blés et les relais hertziens de treize pays francophones. Grâce au satellite, Africable peut être regardée partout en Afrique, en Europe, au Moyen-Orient, se félicite Sidibé ». Et sur Internet depuis 2008. Quant au contenu, chaque soir des journaux télévisés de certaines chaà®nes nationales, notamment du Mali, du Sénégal, du Cameroun, de la Guinée, ou encore du Burkina Faso, sont diffusées expurgées de leurs pages d’information internationales, ce qui permet aux ressortissants de ces pays vivant à  l’étranger de suivre des événements les concernant. Résolument généraliste, Africable diffuse aussi des émissions musicales et de divertissement, du football, des débats de société, des programmes économiques (Ecomag), politiques (grandes interviews de personnalités politiques, couverture de campagnes électorales), et aussi des films. Mais son succès, elle le doit avant tout aux séries africaines telles que Ma Famille, ou plus récemment Marc et Malika, ainsi qu’à  la téléréalité et son émission phare « Case Sanga », la Star Academy à  l’Africaine. A ceux qui lui reprochent le manque de diversité des programmes, Sidibé rétorque que « le monde ne s’est pas construit en quelques années, et qu’Africable n’a finalement que 5 ans ! » Un développement sur les chapeaux de roue Volontiers taquin, audacieux, et redoutable homme d’affaire, ce natif de Bamako délègue difficilement et aime avoir un œil sur tout : programmes, publicité, diffusion. Constamment sous pression, les équipes d’Africable, environ 55 salariés, n’ont pas d’autre choix que de donner le meilleur d’elles mêmes. « Le boss », qui tente d’insuffler une culture du résultat et de la performance, se heurte parfois aux limites de collaborateurs formés sur le tas. Sa solution ? Créer une école des métiers de l’audiovisuel, dont une partie de la promotion serait recrutée au sein d’Africable, et envoyés dans les différents bureaux régionaux, Dakar, Ouagadougou, Abidjan, Libreville, qui ont fleuri ces dernières années. En effet, Africable a grandi. Avec une croissance annuelle de plus de 15 % depuis 2004, le chiffre d’affaires devrait atteindre 2,5 milliards de F CFA à  la fin 2009. Et Sidibé ne craint pas la nouvelle concurrence d’Africa 24 (fondée par le camerounais Constant Nemale, ancien de 3A Télésud), ni d’Africa Vox (détenue par le banquier camerounais Paul Fokam), car selon lui, « le vrai combat se joue dans les réglementations nationales – notamment pour les autorisations d’émission – et dans la production de contenus. Des domaines o๠nous avons plusieurs années d’avance ». Une étude d’audience menée par la société française Médiamétrie sera bientôt disponible, et « confortera, toujours selon le PDG, la position de leader d’Africable », également visible depuis quelques mois sur les bouquets français. Beau succès pour Sidibé, véritable autodidacte, qui voit déjà  plus loin. La libéralisation du secteur audiovisuel au Mali devrait en effet lui permettre de détenir une nouvelle fréquence. En parallèle, il créée des chaà®nes clef en main pour des opérateurs au Sénégal, au Bénin, ou au Congo, et travaille sur d’autres concepts de chaà®nes panafricaines. Nul doute que le paysage audiovisuel africain se trouvera bouleversé d’ici 2010, année du cinquantenaire des indépendances… La Caravane de l’Intégration lancée à  Dakar Nouveau défi pour Ismaila Sidibé, conduire à  bien la Caravane de l’Intégration Africaine, lancée à  Dakar et qui du 8 Mai 2010 au 31 Juillet 2010, traversera 11 pays, un évènement qui commémore le cinquantenaire. Et SIDIBE, Président directeur général de la chaà®ne panafricaine Africable, a été fait Officier de l’Ordre national du Lion, l’une des plus hautes distinctions sénégalaises. La cérémonie qui s’est déroulée au Palais présidentiel à  Dakar, a réuni le Président de la République, Maà®tre Abdoulaye Wade, le Ministre de la communication Moustapha Guirassy, ainsi que l’équipe d’Africable. C’est la veille, lors de la cérémonie de lancement officiel de la Caravane de l’intégration, sur l’esplanade du Monument de la Renaissance africaine, que le Président Wade, avait annoncé cette décoration. A l’occasion du cinquantenaire de l’Indépendance, la Caravane de l’Intégration, premier Road TV africain, traversera 11 pays d’Afrique de l’Ouest et diffusera des émissions en direct, en donnant la parole aux citoyens africains.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut