Politique › Politique Nationale

Projet multisectoriel de lutte contre le sida : la loi adoptée au Mali

Il s’agit de l’accord de financement que l’association internationale de développement avait consenti à  la république du Mali, d’un montant de 4100 000 euros de droits de tirages spéciaux soit environ 3,098 milliards de FCFA. Le prêt est destiné à  contribuer au financement du projet sectoriel de lutte contre le VIH/SIDA dans le cadre du plan national. Il comprend le soutien au secteur public, privé et à  la société civile. Raison de plus pour renforcer les capacités de ces secteurs. Son financement permettra d’associer plus efficacement les employeurs à  la lutte contre le Sida et permettre un meilleur appui aux associations et personnes vivant avec le VIH/Sida. Le projet porte essentiellement sur la coordination, le suivi et l’évaluation du secrétariat exécutif du haut conseil national de lutte contre le VIH/SIDA. Expliquant les avantages de ce projet signé à  Bamako, le 30 mai dernier entre le gouvernement malien et l’association internationale de développement, le ministre de la Santé Oumar Touré a précisé qu’avec ce financement, l’association pour le développement (IDA) soutiendrait les efforts déployés par le Mali pour enrayer la propagation de la maladie. Moyens : Sensibilisation et amélioration de l’accès au traitement des personnes séropositives. Un taux de prévalence du VIH Sida en baisse Selon les données de la quatrième enquête démographique et de santé(EDSM IV), la prévalence moyenne nationale du VIH est de 1,3 % en 2006 contre 1,7 en 2001, soit une tendance à  la baisse ». Et d’ajouter que cette tendance est observée dans toutes les régions, sauf à Gao(7eme région )ou la prévalence a augmenté(1,1%) et à  Mopti(5ème région) ou elle a stagnéà  1,4%. Malgré les explications du ministre, certains élus ont exprimé leur préoccupation face à  d’autres maladies comme le paludisme et le manque de personnel de santé dans certaines communes rurales. l’honorable Timoré, élu de Koro en région de Mopti, a interpellé le ministre sur les femmes de la commune rurale de Koro et qui continuent à  mourir en donnant la vie. « Le Sida est l’affaire de tous mais il faut aussi doter les centres de santé des communes rurales en matériels adéquats et personnel qualifiés », a ajouté le député. l’honorable Sylla a lui attiré l’attention du ministre sur le paludisme qui reste la première cause de mortalité au Mali

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut