Société › Actualités Société

Dépigmentation : quant les hommes s’éclaircissent la peau…

Beaucoup affirment que le phénomène a connu une ampleur avec le retour des expatriés maliens en provenance des pays d’Afrique centrale. Ces pays sont réputés pour avoir un fort taux d’hommes qui se dépigmentent. Pourtant, des maliens le font de plus en plus. Surtout dans le milieu artistique. Un danseur malien se confie : « J’ai commencé à  me dépigmenter depuis environs 5 ans. Je suis naturellement noir de teint. J’ai voulu donner un peu plus d’éclat à  mon teint lorsque J’ai commencé à  utiliser des produits éclaircissants. Je le fais par pur plaisir. Une amie m’a conseillé les meilleurs produits du marché. C’’est rapide et efficace. Je suis devenu clair en moins d’un mois d’application. Au départ, J’étais un peu gêné parce que les gens me regardaient bizarrement. Mais au fur et à  mesure, on a commencé à  apprécier mon nouveau teint. Cela m’a mis en confiance et J’ai continué. J’ai aussi commencé des injections qui coutent cher, mais elles sont efficaces. Et l’effet dure 3 à  6 mois. Les filles aiment bien ça. Ma petite amie même m’encourage. Elle aussi le fait. On se sent bien dans notre peau. Je sais que cela peut donner des maladies mais je n’en ai jamais eu donc ça va ! » Un phénomène venu d’Afrique Centrale ? Toujours dans le milieu artistique, un musicien s’explique : « Vous savez, je suis né et J’ai grandi au Congo avant de venir m’installer dans mon pays natal il y a deux ans. J’habitais dans un quartier populaire de Brazzaville. Là -bas, toutes les jeunes filles et les garçons s’éclaircissent. C’’était tout à  fait naturel et normal. C’’est comme la cigarette que tous les jeunes fument ici au Mali. Et dans le milieu artistique malien, la concurrence est rude. On fait ce que peut pour se maintenir coûte que coûte dans la course vers le succès. Je sais qu’il y a des conséquences sur la santé mais J’ai ça dans la peau. Il est difficile d’arrêter. Les nombreuses publicités sur les produits éclaircissants qui passent tous les jours à  la télé ne sont pas faites pour nous décourager, au contraire ! » Ceux qui trouvent la chose déplorable Fatou, 17 ans, est élève en terminale dans un lycée de la capitale. Elle trouve désolant, la dépigmentation. Encore plus celle des hommes qui sont censés donner le bon exemple. « En essayant de parvenir à  un certain idéal, ils oublient les méfaits que cet acte peut entraà®ner, même si l’effet recherché n’est pas toujours à  la hauteur des attentes. Il faut qu’ils comprennent qu’on peut être bien sans pour autant recourir aux artifices. Je trouve dommage de se gâcher la peau juste parce qu’on veut ressembler à  quelqu’un. Rien ne vaut le naturel! », déclare-t-elle. La dépigmentation, un phénomène qui gagne du terrain au Mali Le gérant du cyber Pathfinder Alphonse Erado Tera, préfère le naturel. Il estime que personne n’a le droit de se renier en essayant de s’éclaircir la peau. « C’’est un phénomène qui ronge notre société. Aussi bien physiquement que financièrement. En plus, ce sont des produits importés. » « La dépigmentation serait-elle synonyme de beauté ? » La dépigmentation gagne du terrain au Mali. Beaucoup affirment le faire sous l’impulsion d’amis. Personne n’ose dire clairement ce qu’il penset réellement de la pratique. Et les publicités quotidiennes qui passent à  la télé démontrent que le phénomène n’est pas prêt de s’estomper.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut