Économie › Actualités Économie

Banques de céréales : une initiative pour enjamber la période de soudure.

A la faveur, d’une mission conduite, à  Digoni 2 (dans la commune rurale de Moribabugu), le Commissariat à  la sécurité alimentaire (CSA) a procédé à  l’ouverture officielle des banques de céréales. Ainsi, le CSA a respecté une tradition instituée (il y’a 4 ans) à  l’orée de chaque période de soudure (c’est-à -dire la période qui précède directement les récoltes). En effet, la période de soudure s’installe entre la période allant du mois d’août à  septembre. Elle se caractérise notamment par la hausse vertigineuse des prix sur le marché céréalier. Pallier à  la pénurie alimentaire Et C’’est dans le but de pallier à  cette situation que le CSA a institué dans l’ensemble des 703 communes du pays, des banques de céréales. Ainsi, la banque de céréales se définit comme étant un stock de céréales acquis à  travers une organisation mutuelle qui est mise en place par les populations d’une localité, immédiatement après les récoltes. Et ce même stock est mis à  la disposition de cette même population pendant la période de soudure pour lui permettre de gérer et de subvenir aux problèmes alimentaires. Force est de signaler que les banques de céréales ne sont pas un outil nouveau dans le système de prévention et de gestion de la crise alimentaire dans notre pays. En terme d’acquis, il faut dire que leur expérimentation a reçu l’adhésion des populations. Toute fois Mme Haidara a laissé entendre que sa structure s’attellera à  renforcer les stocks afin que dorénavant pendant les 3 mois de soudure, qu’il y’ait des stocks disponibles pouvant couvrir les besoins alimentaires de la commune. Aussi la mise en réseau des banques de céréales et le développement des infrastructures sont entre autres perspectives de développement envisagées par le CSA. Cette année, C’’est le village de Digoni 2(dans la commune rurale de Moribabugu) qui a accueilli l’évènement. Ce village a pu au titre de cette année reconstituer un stock de 20 tonnes de céréales (tous confondus). Selon le commissaire à  la sécurité alimentaire, ce stock peut croà®tre (d’année en année) en réponse à  la demande, si la geste est bonne. Une gestion à  la solde des communes concernées Par ailleurs, la mission du CSA a saisi cet évènement pour visiter les banques de céréales de la commune de Moribabougou. Toutefois elle a indiqué que les banques de céréales sont de précieux instruments (de lutte contre l’insécurité alimentaire), dont l’efficacité se révélera à  travers la bonne gestion que les communes en feront. A travers de poignants témoignages, certaines femmes de Digoni 2 ont tour à  tour reconnu les bienfaits de leur banque de céréale. Parlant de la situation des prix, Mme Maiga Sitan Diarra, présidente de la coordination des femmes de Moribabougou a indiqué que le riz qui est cédé sur le marché au prix de 425F C CFA, est disponible dans sa banque de céréale à  350F CFA. A noter qu’en plus des 703 communes du pays (qui ont, chacune bénéficiée d’une banque de céréales), plus de 59 associations, à  travers la capitale s’occupent chacune de la gestion d’une banque de céréale.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut