Société › Actualités Société

Vol informatique au CSA :  » les masques vont tomber ! « 

l’affaire du matériel informatique volé au niveau du commissariat à  la sécurité alimentaire (CSA) n’a toujours pas connu son épilogue. Depuis la saisine, le 17 juillet dernier, la section Police Judiciaire du 14ème arrondissement travaille d’arrache-pied pour faire la lumière sur cette affaire. Rappel des faits Dans le cadre de la bonne conduite de son programme, le Commissariat à  la sécurité alimentaire (CSA) avait émis des besoins en matériel informatique. Et C’’est sur la base clairement identifiée que la Direction de l’ USAID a répondu favorablement à  cette demande. Ainsi, l’appui technique mis à  disposition par l’Université de Michigan par le biais de l’USAID, était destiné à  améliorer les capacités techniques du CSA. Disparition mystérieuse de matériel au CSA Remis officiellement le 18 juin dernier au CSA par la représentante du Directeur général de l’USAID au Mali, Mme Jean Herman, le matériel était essentiellement composé de 22 ordinateurs de bureau, 37 ordinateurs portables, 5 imprimantes (couleur), 5 ordinateurs multiple fonctions etc… Mais 22 jours après la réception du matériel, 18 ordinateurs portables et une imprimante multiples fonctions ont disparu. Le triste constat du vol a ensuite été établi. Immédiatement, le chef du service, Mme Lansry Nana Haidara, a formulé une plainte au niveau du 14ème arrondissement pour démasquer le voleur. Ainsi, elle n’avait levé aucun doute sur certains de ses collaborateurs après les avoir convié pour audition. La société de gardiennage SOGESBA (qui est civilement responsable des actions du gardien de jour du CSA) a également été interpellée à  travers une lettre du CSA, en vue de la réparation du dommage causé. Un suspect en interne ? En tout cas la logique dans cette affaire est que le voleur ne saurait venir de l’extérieur. Car, Curieusement, le vol s’est produit sans que la porte de la salle qui contenait le matériel, ne soit défoncée. Ce qui a fait peser de lourds soupçons sur tout le personnel de la structure. Dans ses propos, le chef du bureau Approvisionnement du CSA a reconnu sa responsabilité vis-à -vis du matériel. Mais il a affirmé que la salle qui logeait le précieux matériel relevait du service communication. « C’’est ce service qui détenait la clé de la salle » a-t-il rouspété. A en croire, le chef du bureau Approvisionnement, depuis le jour ou le matériel a été hébergé dans la salle de documentation, il n’a accédé à  la salle qu’une seule fois. L’affaire entre les mains du commissaire Djiré Interrogé par Journal du Mali, le commissaire Abdoulaye Djiré, a confié que l’enquête suit son cour et que le voleur passera très bientôt devant le juge. Tout en taisant sa stratégie policière, il n’a pas dévoilé les potentiels suspects dans cette affaire. Car, dit-il, lorsque la culpabilité de quelqu’un n’est pas établie, la personne jouit d’une présomption d’innocence. Le personnel du CSA a été en parti entendu. De même, des perquisitions ont été opérées au domicile de certains hauts responsables du service et du gardien de la SOGESBA. Force est de reconnaà®tre que dans cette structure, il y’a eu de la légèreté et de la négligence dans la garde du précieux matériel. Il est grave qu’un tel vol ait pu avoir lieu dans une structure aussi spécifique que le CSA. Affaire à  suivre donc !

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut