Économie › Actualités Économie

Baisse du prix du sucre : le gouvernement prend des mesures

Il y a une semaine, le prix du sucre prenait l’ascenseur. De 500F CFA le kg de sucre, il est passé à  600F CFA. De quoi provoquer de la frustration des consommateurs. Est-ce du à  la conjoncture actuelle ou à  une concertations entre importateurs de sucre et commerçants ? Cette hausse des prix a affecté les consommateurs. Sans parler de la rupture des stocks. En ce mois de jeune, le sucre est beaucoup plus consommé. Selon la Direction nationale du commerce et de la concurrence (DNCC), les raisons de la flambée sont multiples : Selon le ministre Amadou Abdoulaye Diallo, l’offre mondiale en sucre a fortement baissée. l’Inde au même titre que la Chine sont des grands pays exportateurs de sucre, et cette année, ils en importent. La seule production du Brésil ne permet pas de couvrir le déficit occasionné par les difficultés de production dans ces pays. De même, la grève (il y a 2 mois) au niveau du Port Autonome d’Abidjan a beaucoup joué sur l’approvisionnement régulierdu pays en sucre. Le ministre Diallo, note que l’enclavement du Mali joue dans cette difficulté d’approvisionnement. Une demande très forte en sucre La demande en sucre est très forte cette année contrairement aux années précédentes. Selon un agent de la Direction nationale du commerce et de la concurrence (DNCC), l’importation frauduleuse du sucre a fortement baissé, grâce à  l’action vigoureuse des services douaniers et de sécurité. Du coup, la demande au niveau national s’est intensifiée. Hier, une concertation, a eu lieu entre le Ministère du Commerce et les différents importateurs de sucre. De leur entretien, un consensus a été trouvé afin de ramener le prix sur le consommateur. A l’heure actuelle, les consommateurs peuvent avoir le sucre à  450 F CFA le Kg, et le sac de 50kg est cédé à  21 500F CFA. En dépit de ces mesures, certains commerçants s’évertueront à  se tailler du beurre sur le dos de consommateurs. En tout cas le Ministre Diallo a fait mise en garde : « Si dans telle ou telle boutique on constate que le prix collégialement fixé n’est pas respecté, on procédera à  des actions vigoureuses en fermant la porte de ces boutiques. Si des commerçants détaillants font de la rétention de stock, nous allons fermer leurs boutiques ! ». Enfin, tout le personnel de la DNCC est mobilisé, sur l’ensemble du territoire national pour vérifier l’effectivité des prix sur le marché national »

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut