Santé › Conseils santé

Grippe hivernale au Mali : le traitement préventif

Avec l’installation des pluies, la grippe hivernale se répand partout au Mali. Une fois infecté, le patient ne peut qu’attendre que le virus termine son cycle, en suivant les conseils des praticiens de la santé et guidé par les diverses manifestations de la grippe, d’un patient à  l’autre. Toutefois, il est recommandé de se laver les mains, d’éviter le contact avec le malade d’être contaminé. Une forte recrudescence des cas de grippe classique Au centre hospitalier universitaire de l’hôpital Gabriel Touré de Bamako, le couloir menant au bureau du Docteur Mohamed Keita spécialise en Otorhino-laryngologie (ORL) et par ailleurs professeur à  la faculté de médecine et de pharmacie et odontostomacologie(FMPOS)dégorge de monde. A peine si lon parvient à  se frayer un passage, les narines agressées par une forte odeur d’éther qui dispute aux autres puanteurs au milieu hospitalier. Serrés les uns contre les autres, les patients attendent. Une multitude de visages qui trahissent l’urgence : rencontrer le médecin dans l’espoir d’un apaisement de la souffrance physique et morale. L’atmosphère est assez morose dans ce couloir d’ou l’inquiétude du patient. La principale source d’inquiétude est liée à  la grippe qui se distingue cette année par un fort taux d’infection. A Bamako, cette maladie épidémique est signalée par des infections respiratoires associées à  un rhume, des courbatures et des douleurs articulaires. Elle peut se compliquer par des problèmes pulmonaires en cas de négligence du traitement. Le docteur Mohamed Keita donne des explications sur les moyens de soigner la grippe hivernale : Selon le docteur, cette grippe appelée saisonnière ou banale n’est pas sévère et est traitable pendant 6 à  7 jours: « La maladie se caractérise un écoulement nasal, des maux de tête intenses, les yeux larmoiyants, des troubles digestifs et des douleurs articulaires ». Cette maladie n’épargne personne sauf certaines catégories de personnes dont le système d’autodéfense est fort. D’autres sont plus vulnérables et facilement contaminéees: il s’agit des enfants de moins de cinq ans, des vieilles personnes de plus de 65 ans, des malades du coeur et des personnes vivant avec le VIH SIDA etc.  » Un patient témoigne des symtômes : les soins à  adopter « J’ai cru que j’allais mourir dernier », renchérit un viaillard qui a du mal à  se départir des séquelles d’une souffrance physique. C’est ce qui a motivé cet homme à  aller consulter. Le Dr Mohamed Keita lance un appel pour un comportement préventif : Se laver les mains régulièrement avec du savon ou de l’alcool, éviter de rentrer en contact avec le malade, le malade doit adopter une discipline pour ne pas contaminer les autres. Des médicaments classiques et une bonne santé alimentaire Il faut parfois prendre du achetable en pharmacie, ou du pour calmer la fièvre et les courbatures. Prendre du sirop pour la toux, en cas de rhinite, ajouter du . Et si la grippe persiste, ou se transforme en Palu, consulter le médecin qui prescrira le traitement adéquat et des antibiotiques en cas d’infection pulmonaire. Mais on ne le dira jamais assez, une bonne hygiène alimentaire prévient de beaucoup maladies chroniques.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut