Société › Actualités Société

Solidarité : Opération « dons » pour la Fondation Orange Mali

Fondation Orange Mali ou le mécénat public Pour Alioune Ndiaye, Président de la Fondation Orange :  » la lutte contre l’exclusion et la pauvreté est une priorité et un devoir pour le développement social du Mali », propos tenus devant le Ministre du Développement social, de la solidarité et des personnes âgées Mr Sékou Diakité. A ses côtés, la ministre des Nouvelles Technologies, Mariam Flantiè Diallo et le non moins sympathique ministre de la culture Mohamed el Moctar. Il faut dire qu’ils font la tournée de divers évènements liés à  la solidarité en compagnie du parrain Mohamed Ag Hamani, ex minitre et Président de l’association ARENA ( pour l’expertise des doyens) en ce moment.  » La démarche d’Orange se veut humaniste dans les domaines de la Santé, de l’éducation, le développement. C’est ainsi que récemment un nouveau scanner a été offert à  l’hôpital Gabriel Touré de Bamako, et la construction de 114 salles de classe, ou l’amélioration de conditions d’accès à  l’éducation pour certains Maliens démunis », a rappelé Alioune Ndiaye. En retour, le parrain a loué ses efforts, encouragé la culture de la solidarité de même que le ministre du développement social, qui pour sa part a reçu 15 millions de francs pour son ministère de la part d’Orange. Citons aussi les sacs de riz, de matériels scolaires, les 80 moustiquaires imprégnées données aux associations comme l’ASDAP, la FSEG ( faculté de Sciences et de gestion ) etc… Et le très célèbre Moctar Bâ, président courageux de l’association des Handicapés moteurs du Mali, a tout simplement dit : « Merci » ! La solidarité n’est pas un mot mais un comportement! », voilà  qui est bien dit ! Solidarité publique ou discrète ? Ces opérations d’Orange Mali plaisent, surtout à  Mme Bibi Sangho, présidente de l’orphelinat de Niaber, et qui s’est montrée heureuse de ces soutiens. C’est elle qui avait lancé un appel la semaine dernière pour la jeune Allamaco, une adolescente sourde, muette et aveugle et qui a besoin d’assistance. Le mois de la solidarité est un moment indiqué pour cela, juge t-elle, et l’apport des Médias capital. SOS pour ALLAMACO ! donc. Nous y reviendrons. On l’aura compris, le mois de la solidarité ne peut se faire sans médiatisation. Espérons que les dons distribués serviront à  aider ceux qui en ont vraiment besoin et que cette solidarité ne soit pas que de façade.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut