Politique › Politique Nationale

Agence pour le Développement du Nord (ADN) : une structure pour la promotion de la paix

Le forum de Kidal En effet, force est de déplorer que depuis le forum de Kidal,le Mali n’a pu jusqu’ici, mettre à  la disposition des 3 régions du nord, (Tombouctou, Gao, Kidal) les ressources financières pour ce faire. Et, de nos jours, les promesses financières faites de part et d’autre par les partenaires techniques et financiers se font attendre. Ce qui laisse peser de sérieuses inquiétudes sur la précarité de cette zone. La table ronde des investisseurs, qui s’est tenue lundi dernier semble donner un coup de fouet à  la redynamisation du partenariat entre le Mali et plusieurs partenaires techniques et financiers. Pour ce qui concerne le développement du nord. Le Directeur général de l’ADN, Mohamed ag Mohamoud, signale que cette rencontre avait pour but de rassurer les investisseurs de la quiétude et de la paix désormais retrouvées au Nord Mali. la grandiose cérémonie qui s’est tenu du 24 au 25 octobre à  Kidal marquera le retour définitif de la paix. Ressources financières Sur tout autre plan, il faut noter que de 2006 à  nos jours, l’ADN n’a fonctionné que sur les maigres ressources du Programme décennal de développement des régions du nord (PDDRN). Déjà  nombre d’observateurs estiment que l’ADN finira par subir le même sort que celui de la défunte « Autorité pour le développement intégré du nord Mali (ADIN) » sur les cendres de laquelle elle est née. Il convient d’indiquer que si l’ADN traine les pieds dans le cadre de l’amorce d’un véritable développement intégré, il va de soit que les régions du nord Mali seront à  nouveau plongées dans une crise rétrograde, dont le Mali n’a que faire. De ce fait, les gouvernants dont les politiques de développement ont de tout temps été décriées (car jugées impertinentes et restrictives), et auront toujours maille à  partir avec lesdites populations. L’insertion des jeunes l’ADN est censée mettre en œuvre des stratégies pour dissuader les jeunes du septentrion d’emprunter les chemins des maquis, en leur facilitant l’accès au travail. Et, la pertinence des objectifs et missions de l’ADN est irréfutable. En plus, cette agence est même un compromis. Heureux du reste, puisque, elle constitue un véritable espoir à  même d’accélérer le développement du nord Mali. Quant on sait que, sur 22,6 milliards à  mobiliser, pour la réinsertion socio économique des jeunes des 3 régions, seulement 1,134 milliards F CFA est disponible, il y a véritablement lieu de s’inquiéter. Pourtant, le forum de Kidal tenu en mars dernier avait instruit à  l’ADN la réalisation d’un nombre important de projets à  Tombouctou, Gao, et Kidal. Selon le directeur général de l’ADN, le programme proprement dit de la réinsertion est prévu en deus phases, pour réinsérer 10 000 jeunes 4 000 pour Kidal, 6 000 pour Tombouctou et Gao. Toutefois, la réalisation de cet ambitieux programme devrait permettre de soustraire les jeunes au desoeuvrement et d’éviter qu’ils ne se fassent enrôler dans les activités comme le trafic de drogue, le banditisme et la criminalité.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut