Société › Éducation

Semaine de l’éducation : la scolarisation au féminin

Elle cite : « Un monde exempte de toute disparité de genre, et dans lequel toutes les filles d’Afrique ont accès à  une éducation de qualité, elles obtiennent de bons résultats et achèvent leurs études. » La mission du FAWE La mission du FAWE selon Mme Samassékou, C’’est de promouvoir l’équité et l’égalité de genre dans l’éducation en Afrique. Il s’avère donc nécessaire d’encourager l’adoption de mesures politiques, de pratiques et d’attitudes positives en faveur de l’éducation des filles. Il est important pour elle, que le FAWE atteigne les objectifs visés pour atteindre l’Education Pour Tous (EPT). En 2007, le gouvernement du Mali a élaboré une politique nationale de scolarisation des filles. Le document fait l’état du taux de scolarisation des filles et retrace les stratégies à  développer pour une scolarisation massive de la gente féminine. Il est examiné durant deux jours à  Bamako, par les membres du FAWE et les acteurs intervenant dans le domaine de l’éducation. Il s’agira pour eux, de dégager les voies pour l’accélération du taux de scolarisation des filles. Ce taux était estimé à  52,1% entre 2005 et 2006. Depuis sa création en 1997, FAWE/MALI s’est investit dans la promotion de l’éducation des filles à  travers de nombreuses activités. Celles-ci tenues, en partenariat avec les ministères de tutelle et les différents acteurs du domaine de l’éducation féminine. Mme Samassékou trouve donc naturel et normal, que l’antenne du Mali consacre cette journée du 29 novembre, à  l’examen du document de politique nationale de scolarisation des filles adoptée par notre pays. Le FAWE s’en félicite d’ailleurs, car, il représente un cadre de référence de l’ensemble des acteurs gouvernementaux ou non, intervenant dans le domaine. La coordinatrice nationale du forum des éducatrices africaines Mme Maiga Kadiatou Baby, explique : « Lorsque FAWE a été créee et que nous avons vu sa problématique, nous avons pensé que notre pays était également concerné. Tout comme, tous les pays de l’Afrique subsaharienne de l’époque. C’’est ainsi que nous avons adhéré au forum.» A sa création, ce sont uniquement les femmes ministres de l’éducation et les recteurs des universités, qui pouvaient faire adhérer leurs pays au FAWE. C’’est Ainsi que, pendant la transition des années 90, la ministre en charge de l’éducation et actuelle présidente d’honneur de cette 9e édition, Mme Diallo Fatoumata Camara, a demandé à  ce que FAWE soit représenté au niveau du Mali. l’antenne malienne de FAWE verra ainsi le jour en 1997. But et objectifs visés Mme Maiga explique que le FAWE a pour objectif principal, d’influencer les politiques éducatives, afin que de bonnes décisions soient prises pour la promotion de l’éducation de la fille. Cela concerne non seulement la scolarisation, mais aussi et surtout l’alphabétisation. Il s’agit aussi de développer des innovations pédagogiques, qui donneront l’envie et le goût des études aux filles, à  continuer jusqu’au cycle supérieur. « FAWE juge important de sensibiliser les communautés à  comprendre les enjeux liés à  l’éducation de la fille. Il est important qu’ils adhèrent à  la problématique et en fassent une priorité. »Déclare-t-elle. Favoriser les filières scientifiques FAWE incitent les filles à  aller vers les filières scientifiques. Parce qu’il a été constaté qu’à  l’école, elles ont souvent tendance à  opter pour les filières littéraires. Or, estime Mme Maiga, « Nous savons que les filles sont capables de faire les filières scientifiques et de percer, aussi bien que les garçons.» On sait surtout que les filières scientifiques offrent plus de débouchés que celles littéraires. Après 12 ans d’existence, FAWE /MALI a fait du chemin. Il a beaucoup fait en faveur de la promotion des filles. Un nombre important d’entre elles ont été scolarisées. FAWE a aidé des communautés à  accepter la problématique d’équité genre à  l’école. Il octroi des bourses d’études aux filles de familles démunies, ou déscolarisées. Vive la scolarisation des filles et l’équité genre. Bon vent à  FAWE !

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut