Société › Actualités Société

SAFEM : Artisanat féminin et Commerce équitable

Le mot de la ministre Pour Mme Sani Fatouma, ministre du tourisme et de l’artisanat du Niger, il s’agit surtout de montrer les initiatives aux petits producteurs du Sud et les débouchés possibles de leur art face aux consommateurs du Nord. Le commerce équitable étant l’opportunité d’accélérer la croissance par une autonomie des artisans d’abord. Il favorise aussi la création d’emplois durables tout en valorisant la créativité locale. Initié avec le PNUD Niger et le réseau Ouest Africain des femmes artisanes, ce colloque se veut un espace d’échanges entre partenaires au développement et artisanes, artisans locaux. Des ONG comme le CECI, le centre d’étude et de coopération internationale, qui ont pour leitmotiv de combattre la pauvreté et l’exclusion par la création et la formation se sont également associés au colloque. Un colloque o๠l’on apprend beaucoup et o๠l’écoute est indispensable. Avec à  l’appui le Mémento de la Deco Equitable comme support d’informations Des intervenants passionnés C’est le cas de Cherif Chako, économiste Nigérien. Pour lui, le commerce équitable promeut des valeurs, et l’indépendance financière des femmes. Par le travail des Mains, on accède à  l’autonomisation financière, en ce sens que le commerce équitable n’inclut pas seulement l’achat mais aussi la formation, la valeur ajoutée d’un produit mais surtout la pérennisation d’un savoir-faire et l’échange de compétences. Les chiffres de l’artisanat Nigérien Si l’homme est au centre de la création artisanale, il faut savoir que l’artisanat du Niger est estimé à  environ 23% du PIB national et parmi les artisans, il y a plus de 52% de femmes au Niger. Ce qui lui donne un aspect social et vise l’affranchissement de celles-ci face aux contraintes de la vie. Par ailleurs, ces femmes se regroupent en fédérations internationales d’artisanes et permettent l’innovation grâce aux échanges. On peut citer le travail formidable que réalise la styliste française Katherine Pradeau avec 35 artisanes nigériennes et dont le travail est exposé à  la galerie Wouro DABO, du village artisanal de Wadata en plein Niamey. Sacs, bijoux, paniers tissés, poteries, broderies d’Agadez, chevaux sculptés de Myrrhia, calebasses et tapis de Niamey, la créativité de ces femmes étonne et séduit les visiteurs du SAFEM. Aussi, il était important d’initier ce colloque afin que ces artisanes Africaines puissent comprendre les tenants et les aboutissants de leur art, en tirer tous les bénéficies possibles et ceci grâce aussi aux règles du commerce équitable, qui définit des labels de qualité, des certifications d’authenticité des produits, mais surtout la garantie d’un revenu équitable pour le producteur local, qui a passé des heures et des heures sur un objet d’art, estime Fatouma Sani Morou, la ministre du Tourisme, elle même passionnée et ex propriétaire d’une galerie d’art, à  Niamey. Elle s’intitule Soleils D’Afrique.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut