Économie › Industrie & Services

Saison touristique au Mali : « Les touristes peuvent venir en toute sécurité »

Depuis quelques semaines déjà , le Nord du Mali est passé en rouge sur la carte de la communauté internationale. Estimant que cette zone est désormais dangereuse à  cause du cargo de drogues calciné non loin de Gao, et deuxièmement, de l’enlèvement de l’humanitaire français de Ménaka. Informations relayées par les ambassades Le ministre N’diaye explique que depuis un certains temps, les services d’information aux voyageurs des ambassades de France, de Grande Bretagne, des Etats Unis, de Suisse et autres, déconseillent formellement à  leurs ressortissants de se déplacer au Nord, sur le tronçon Léré – Tombouctou – Bourem – Gao – Ansongo, jusqu’à  la frontière du Niger et au Sud de Gao, jusqu’à  Ouatagouna. Ceux-ci prétextent des risques d’enlèvement par des bandes armées et des terroristes islamiques sévissant dans la zone. « Cette situation a entrainé de nombreuses annulations et un manque à  gagner terrible auprès des hôtels, agences de voyages et guides locaux. », déplore le ministre. Montrer une image sécurisée du Nord Par ailleurs, le département de l’artisanat et du tourisme a mené une série d’actions, afin de minimiser ces informations et montrer une image sécurisée du nord du pays. Il s’agit entre autres de la campagne de sensibilisation et d’insertion dans les revues spécialisées en France, en Europe et au Canada ; de la participation à  des salons tels Utrecht au Pays-Bas, Fitur à  Madrid, Top Reza à  Paris ; d’une communication verbale du Conseil des ministres du 09 septembre dernier et beaucoup d’autres. Suite à  ces actions, un brin d’espoir s’était installé dans la zone Nord du Mali. En témoigne la reprise des activités économiques et les fréquentations touristiques. Et l’ONU avait même retiré le Mali des pays dits dangereux. Un kidnapping qui vient tout gâcher Depuis l’affaire du cargo de drogue, la France avait recommandé à  tous ses ressortissants de quitter le Nord Mali. Et, l’enlèvement de l’humanitaire français Pierre Camatte, vient rajouter du piment à  la sauce. Les pressions se sont accentuées. Le Ministre déplore le fait que les informations relayées par les médias occidentaux, viennent compromettre la saison touristique 2009/2010. Il explique que devant l’ampleur de ce phénomène de désinformation préjudiciable au développement économique de ces régions et par voie de conséquence, à  la sécurité même de la zone, en passant par le manque à  gagner que génère le tourisme et l’artisanat, le ministère a élaboré certaines actions. Il tiendra une rencontre avec les notabilités des 3 régions concernées, pour battre en brèche, la campagne de désinformation orchestrée. Ensuite des voyages de presse dans les zones classées dangereuses ; Puis, tous les festivals prévus au Nord de décembre à  janvier auront bien lieu aux dates prévues. Le ministre garantit la sécurité des touristes Face aux campagnes qu’il qualifie de désinformation de la part des médias internationaux, N’diaye Bah rassure : « Les touristes peuvent venir en toute sécurité. Ils n’ont rien à  craindre parce qu’il n’y a rien au Nord. Nous sommes un Etat sécurisé. Il n’y pas plus de sécurité aux Etats Unis, en France, encore moins en Afrique du Sud qu’au Mali.» La ministre chargée des relations avec les institutions et porte parole du gouvernement, Mme Fatoumata Guindo explique : « En ce qui concerne les nouvelles véhiculées, le gouvernement du Mali est là -dessus. Les investigations sont en cours et cela, au plus haut niveau. Une enquête est ouverte, elle est en cours d’exécution. Et concernant les rapports entre notre pays et ses partenaires, des voix beaucoup plus autorisées font le nécessaire. » Le débat était chaud entre d’une part, les opérateurs privés désirant avoir des garanties pour la sécurité de leurs clients, et d’autre part, le ministère s’évertuant à  rassurer non seulement la presse, mais aussi le secteur privé. En tous les cas, la saison touristique aura bel et bien lieu. Et les organisateurs des festivals se disent sereins face à  toute cette propagande autour de la zone désertique du Nord Mali.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut