Économie › Actualités Économie

FIDIMA 2009 : Les rideaux sont tombés sur la 1ère édition

Faciliter la tâche aux maliens de l’extérieur Les assises ont recommandé l’apport d’un appui institutionnel aux maliens de l’extérieur et leur accorder des facilités, afin qu’ils puissent investir dans leur pays. Avec ce forum, nos compatriotes de la diaspora ont démontré une fois de plus, leur savoir faire en matière d’entreprenariat et leur savoir en tant que citoyens soucieux du devenir de leur patrie. Un investissement de part et d’autre Par ailleurs, le forum a été marqué par déclarations qui ont fustigé certaines mauvaises pratiques. Le président de la république, S.E Amadou Toumani Touré a émis certaines mises en garde envers les potentiels investisseurs et, les administrations du pays o๠le laisser-aller est monnaie courante. Cependant certaines recommandations qui encouragent et valorisent les efforts des maliens de l’extérieur ont été prises. Les recommandations du forum Ces recommandations du forum, soulignent le renforcement des structures et les capacités des maliens de l’extérieur ; La création d’un fond de garantie ; Le respect des institutions telles que l’UEMOA et la CEDEAO… Le ministre des Maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine, le Dr Badra Alou Macalou déclare : « Les conclusions du FIDIMA, permettront à  mon ministère et à  celui des investissements et du commerce, d’élaborer et d’adopter une stratégie de développement pour l’entreprenariat des Maliens de la diaspora, en direction du Mali. Egalement, émettre un véritable programme d’investissement des Maliens de l’extérieur. Mon département prendra des dispositions pour, d’une part, mettre en place, un comité de suivi des recommandations de ce 1er forum. Et d’autre part, d’élaborer un plan d’action et de suivi du forum. » Une participation massive Au cours de cette première édition du FIDIMA, il a été identifié 436 participants, 14 projets de développement et une quarantaine de stands. Le FIDIMA est un espace de dialogue, d’échanges et de rencontres qui se fera tous les ans au Mali. La première édition a permis à  de nombreux Maliens venus d’Europe, d’Asie, d’Amérique et d’Afrique d’émettre des idées nouvelles pour un meilleur développement du pays et un épanouissement certain, des maliens d’ici et d’ailleurs. Des plaintes désormais inscrites dans le passé Signalons qu’un bon nombre de Maliens de l’extérieur se sont toujours plaints du déroulement et de l’aboutissement de leurs projets d’investissement. De la lenteur de l’administration que le chef de l’Etat lui-même, n’a pas omis de souligner. Certains aussi se sont vu mettre des battons dans les roux ou voler leur projets de développement, une fois ceux-ci déposés dans des administrations publiques. Ce sont tous ces facteurs qui ont contribué au découragement au désintérêt des Maliens de l’extérieur à  investir au pays. Sur un total de 300 milliards de FCFA injectés chaque année au Mali, seul 5% sont utilisés pour des projets de développement économique. Les 95% sont quant à  eux, utilisés pour les familles, les projets de sociétés qui ne sont pas mauvais en eux mêmes, mais ne contribuent pas au développement économique du pays. Tout compte fait, il reste à  espérer que ces recommandations ne termineront pas leur chemin au fond des tiroirs des bureaucrates. Il va falloir un suivi permanent et régulier des dossiers et projets de développement. Que les uns et les autres cessent de toujours miser tout sur l’argent, les dessous de tables sans lesquels, les dossiers n’aboutissent jamais. Rendez-vous est pris pour 2010, avec la deuxième édition du FIDIMA.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut