Culture › Cinéma, Théâtre & Livres

Lancement de la quinzaine touristique et culturelle de Tombouctou : Un enjeu majeur

Le jeu en vaut la chandelle La cité mystérieuse abrite durant une quinzaine de jours la saison touristique et la saison culturelle. Le lancement a eu lieu au stade municipal de Tombouctou avec des milliers de spectateurs. Le gouverneur de la ville, le colonel Mamadou Mangara rappelle que l’université de Sankoré abritait déjà  au 13e siècle, plus de 25000 étudiants repartis entre les différentes écoles coraniques de la cité. Il explique que Tombouctou est une vaste région disposant d’une réelle capacité touristique et d’un riche patrimoine culturel. Le ministre El Moctar garantit la sécurité Le ministre de la culture, Mr Mohamed El Moctar s’est dit très heureux et fier de cette saison qui débute bien. «Â Elle s’annonce prometteuse parce que chez nous au Mali, il n’y a pas d’étrangers, il n’y a que des visiteurs. Invités du Mali, sachez que vous êtes chez vous et que nous avons le souci de votre santé et de tranquilité. » Avant d’ajouter : « le développement de notre pays, constitue à  nos yeux, la seule bataille qui mérite d’être menée. » Et signalons que jusqu’à  présent, un bon nombre d’entre eux, après avoir vécu le lancement en direct sur la télévision nationale du Mali, ont appelé leurs ambassades afin d’obtenir des autorisations pour venir au festival Au désert. Et d’ajouter encore : «Â Ces évènements se déroulent dans un contexte particulier de désinformation. Qui tend à  stigmatiser Tombouctou et en particulier les régions du nord. La réponse que nous devons apporter en tant que vielle nation, C’’est notre présence ici. Une présence qui constitue le démenti le plus éloquent face à  toutes ces allégations ». Il estime cette saison contribuera au renforcement de la cohésion sociale, de l’unité nationale. Elle influera d’un point de vue économique et touristique, sur l’hôtellerie, la restauration, les commerces divers et pourquoi pas, l’emploi. N’diaye Bah satisfait Pour sa part, le ministre de l’artisanat et du tourisme, N’diaye Bah abonde dans le même sens que son collègue de la culture. Il estime que les nordistes vivent uniquement du tourisme. «Â Personne n’a le droit de priver une population de sa seule source de revenus. Le tourisme est la base même du développement de des régions du Nord de notre pays. Et en particulier, Tombouctou qui est d’une renommée internationale. Elle est connue et demandée de partout à  travers le monde. ». Il estime par ailleurs que les campagnes de désinformation émanant de quelques diplomaties et médias occidentaux, se sont avérées infructueuses puisque, après avoir assisté à  la retransmission en direct à  la télévision nationale, au lancement de la saison culturelle, de nombreux touristes occidentaux ont appelé leurs ambassades en vue d’obtenir des visas de séjour pour le festival Au désert. C’’est bien la preuve que les saisons touristiques et culturelles ne sont pas prêtes de s’essoufler. Folklore régional et local Au menu de la soirée, il y a eu les prestations d’artistes venus de tous les cercles de la région de Tombouctou. La chorale de la paix a également entonné une chanson pour la paix, la stabilité et la quiétude dans le Nord. Elle est composée d’imminents artistes ressortissants du Nord tels que Haà¯ra Arby, Fantani Touré, Tialé Arby, Hawa sangho (l’une des go du Kotéba) et Afel Bocoum. Signalons que la quinzaine régionale du tourisme et de la culture est une opportunité pour les autorités du pays et le peuple malien en général, de promouvoir la paix, la sécurité et un développement durable dans la région de Tombouctou. Par ailleurs, la ville sainte est envahie par des touristes occidentaux venus de partout pour le festival Au désert. Ils viennent de France, d’Italie, des Etats Unis, de Belgique, d’Australie…

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut