Idées › Éditos

Foot : quand La CAN anime les « grins » de Bamako

13h le vendredi à  Bamako : ! C’’est bientôt l’heure de la prière mais cela n’empêche pas les bamakois de se livrer à  leur exercice favori: le « grin » ou rassemblements sous l’arbre à  palabre, voire compagnonnage actif pour refaire le monde. Ici, il s’agit de refaire le match, celui des Aigles contre l’Algérie. Après l’euphorie de la folle remontée contre l’Angola, on commente la défaite 0-1 des Aigles face à  l’Algérie elle-même battue par le Malawi 3-0. Cette fois, C’’est Bakary qui s’insurge contre l’attitude des Aigles, entre deux savonnades de voiture à  cette station de lavage Du quartier Djélibougou. Le geste énergique, il critique le manque de cohésion des Aigles sur le terrain : « Je ne comprends pas cette désunion dans l’équipe, chacun veut faire cavalier seul, ils se font même pas les passes décisives au bon moment ». « Oui mais tu sais, ces joueurs là , ils sont tous titulaires dans des clubs au Nord, alors, ils s’impressionnent un peu, j‘ai l’impression? » , fait Karamoko assis à  faire du thé. C’’est le deuxième verre, parce qu’il ne saurait y avoir de paroles de « grin » sans thé. « Oui mais Kashi ( l’entraineur des Aigles), il fait quoi, je me demande ce qu’il leur raconte sur le terrain ?, », s’interroge Salif l’essuyeur. Je le vois secouer les tapis d’une RAV 4 et revenir vers nous pour finir sa palabre: « Je vais vous dire un truc, il parait que l’un des joueurs a fait des reproches à  un autre au vestiaire en lui demandant la balle et le capitaine « Djilla » aurait dit « Ca suffit, laisse nous! », Vous voyez un peu l’ambiance? ». Information à  vérifier bien sûr. Mais ils sont chauds les paroliers du « grin »Â irrités de la défaite du Mali. Surtout, ils se demandent quelle sera l’issue de la compétition pour leur pays. Prochain adversaire : le Malawi, cette équipe qui a mis un cinglant 3-0 à  l’Algérie, fait peur. Gagner à  tout prix !  » Vous avez vu les Ivoiriens jouer, ce sont de véritables tacticiens eux, ajoute Karamoko, Drogba lui se paie de ces balles, sauf qu’il pas encore réussi à  marquer ». Ce jour là , les Ivoiriens doivent jouer contre le Ghana à  19h. On attend le spectacle que n’ont pas su offrir les Aigles face à  l’Algérie. « Moi je vous le dis, cette équipe réserve des surprises, un coup, ils nous font bondir, un coup, ils nous font pleurer, J’espère qu’ils vont battre le Malawi », fait Bakary en avalant une gorgée de thé. « Faut se méfier du Malawi, ce ne sont pas des enfants de chœur parce qu’ils ne sont pas une nation de foot! », dis-je ravie de placer un mot dans ce « grin » d’hommes. Oui il faut le savoir, les « grins » sont rarement mixtes à  Bamako, mais de plus en plus, ils le deviennent surtout chez les jeunes. « Eh, madame, tu connais quoi au foot toi ? ». C’’est Salif qui vient de me dire ça d’un air taquin. « Tu sais je suis les matchs hein ? En tout cas, le Mali va gagner, crois moi. Bon as-tu fini de laver mes tapis ? » .  » Tout secs! Le soleil les a bien séché. Un dernier thé avant de prendre la route ? » , répond le jeune homme. J’accepte volontiers et avale le breuvage au goût très sucré, sucré comme la victoires des Aigles face à  l’Angola. Mais aussi légèrement amer comme la défaite face à  l’Algérie. Comment sera-t-il donc ce troisième thé ? Le match Mali-Malawi nous le dira. Je laisse ces hommes vaquer à  leurs ablutions du vendredi. Qu’ils n’oublient pas dans leur prière d’invoquer Allah pour la victoire des Aigles et leur qualification en Quart de finale !

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut