Culture › Musique

L’ensemble Instrumental National du Mali a illuminé le BlonBa

Le palais de la culture, Amadou Hampate Bah, les Editions Cauris et Blonba présentent l’ensemble instrumental national du Mali. Dans un spectacle inédit, pour revivre les moments de grandeur de cet ensemble, qui a formé plusieurs artistes musiciens de notre pays. Ecole de l’excellence, symbole de l’unité artistique et culturelle du Mali, l’Ensemble instrumental national est un monument de la musique malienne. Le groupe a longtemps été le passage obligé vers une carrière artistique. A part Salif Kéita, Kar-Kar et Ali Farka Touré, presque toutes les stars maliennes y sont passées (Sidiki Diabaté et Batourou Sékou Kouyaté, Fanta Damba Koroba, Waldé Damba, Nantenindiè Kamissoko, Saranfing Kouyaté, Mogontafé Sacko, Orakya Kouyaté, Djelimadi Diabaté, Hawa Dramé, Fanta Damba, Kandia Kouyaté, Amy Koà¯ta, Tata Bambo Kouyaté, Dogomani Dagno, Bako Dagnon…). L’histoire d’un ensemble qui ne cesse de faire honneur à  ce pays depuis sa création. En plus du spectacle, le public aura droit au film, la génération 60, c’est la première génération de l’ensemble instrumental. Ce film est une réalisation d’Alioune Ifra N’Diaye. L’ensemble Instrumental National du Mali, une formation historique Créé au lendemain de l’Indépendance, l’Ensemble Instrumental National est un groupe de musique traditionnelle et chorale. Il a pour mission de prospecter, répertorier et mettre en valeur l’héritage prodigieux du Mali dans le domaine de la musique et de la chanson. Encadré par le Maestro Massamou Welle DIALLO, Professeur de musique au Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia Balla Fasseké KOUYATE et ancien chef de cette formation artistique, l’Ensemble Instrumental National du Mali dispose d’un riche répertoire dont les titres ont partout émerveillé les mélomanes des cinq continents du monde. L’histoire de l’EINM a commencé avec des virtiosités comme Sidiki Diabaté, Batourou Sékou Kouyaté, Bréhima Kouyaté, Loutigui Diabaté, Solo Diabaté, Saran Kanouté, Fanta Damba Koroba, Waldé Damba, Nanténindiè Kamissoko, Saranfing Kouyaté, Mogontafé Sacko, Orakya Kouyaté, Djelimadi Diabaté. Beaucoup de ces pionniers se sont aujourd’hui éclipsés de la scène de la musique ou même de la vie. Heureusement, à  partir des années 70, ils ont eu le temps de passer le flambeau et surtout leur ferveur pour cette noble et exaltante mission à  la toute nouvelle vague non moins talentueuse et composée des Tata Bambo Kouyaté, Hawa Dramé, Wandé Kouyaté, Ami Koà¯ta, Kandia Kouyaté, Coumba Sidibé, Maà¯mouna Damba, Djéli Mady Sissoko… Des stars bien connues de la musique malienne managées à  l’époque par Harouna Barry venu de la troupe de Kayes pour assumer la direction technique. En 1987, Harouna Barry passe le sceptre du management artistique au maestro Massambou Wélé Diallo. Le diplômé du master en musique poursuit la saga avec les Babili Kanouté et Mamadou Kouyaté (Kora), Modibo Diabaté (Balafon), Binèfou Koà¯ta (N’goni), Mamadou Diallo (flûte), Mahamane Cissé (soku = violon), Siriman Sissoko (dundunba), Mohamed Tounkara (dundunba et djembé) et Abdoulaye Koné (n’tamani). La section vocale est animée par Nafissatou Maà¯ga « Fissa », Souadou Soumano, Saranfing Kouyaté, Mbamakan Doumbia, Djénéba Doumbia, Bintou Sidibé, Adama Sacko, Amy Diabaté, Bintou Kouyaté et Diawoye Soumano. Distinction et récompenses pour 50 ans d’existence La technique est assurée par Youssouf Sissoko. Ce qui lui a valu plusieurs distinctions honorifiques au nombre desquelles : La Médaille du Folklore au Théâtre des Nations à  Paris ; La Médaille d’or au premier Festival des Arts Nègres à  Dakar au Sénégal; La Médaille d’or au premier Festival Panafricain des Arts à  Alger (Algérie) ; La Médaille d’or de la Mélodie à  Johannesburg à  l’occasion de la Foire Afro-Arabe, pour ne citer que ceux-ci. Ajourd’hui encore, l’Ensemble Instrumental National constitue la pierre angulaire et la marque de l’authenticité de la musique malienne avec son chœur et ses instruments de musique purement traditionnels comme la kora, le ngoni, le violon, la flûte, le Ntamani ou encore le Ndunun. Un évènement en partenariat avec le Palais de la Culture et Cauris Editions.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut