Sport › Football

Mali 3 – 1 Malawi : Trois buts pour rien, les Aigles éliminés de la CAN 2010

Kanouté-Keà¯ta, duo gagnant en première période Après l’humiliation évitée de justesse face à  l’Angola et le non-match effectué contre l’Algérie, les Aigles n’avaient plus d’autre choix que de s’imposer s’ils voulaient espérer se qualifier pour les quarts de finale. Dans cette tâche, Frédéric Kanouté et Seydou Keà¯ta, ont parfaitement joué leur rôle de leaders en inscrivant rapidement les deux premiers buts de la rencontre. Profitant d’un mauvais dégagement du gardien de but malawite, l’attaquant du FC Séville a ouvert le score dès la 38ème seconde d’une frappe imparable. Deux minutes plus tard, C’’est le milieu de terrain du FC Barcelone qui, d’un coup franc magistralement tiré en pleine lucarne, a permis aux Aigles de mener 2 buts à  0. Mis en confiance d’entrée, les joueurs de Stéphane Keshi ont affiché durant cette première période un niveau de jeu bien plus séduisant que celui déployé durant 90 minutes contre l’Algérie. A la 11ème minute, C’’est d’ailleurs Mamadou Bagayoko qui, suite à  un beau mouvement malien, oblige le portier adverse à  s’employer sur une frappe croisée vicieuse. Asphyxiés durant ce premier quart d’heure, les joueurs malawites réagissent par la suite mais témoignent d’une certaine maladresse dans la conclusion de leurs actions. Juste avant le repos, le Mali a même l’occasion de plier le match par l’intermédiaire de Mamadou Bagayoko qui, seul aux six mètres, rate l’immanquable en plaçant une tête au dessus du but. Deux nouveaux buts sans réelle importance… De retour des vestiaires, l’équipe du Malawi abat ses dernières cartes en effectuant plusieurs changements. Stratégie payante puisque Mwafulirwa réduit le score à  la 58ème minute. Sur un centre parfait de Kamwendo depuis la gauche, Sidibé se troue totalement dans sa sortie. Au terme d’un énorme cafouillage, Mwafulirwa hérite du ballon et frappe à  bout portant. A plusieurs reprises, les malawites ont même faillit revenir au score, les Aigles se contentant de procéder en contres. Et à  la 85ème minute, sur une contre-attaque éclaire, Mamadou Bagayoko dévoile enfin ses talents de buteurs. l’attaquant des Aigles écarte de la tête pour Maà¯ga, rentré en cours de jeu à  la place de Kanouté. Le nouvel entrant ne se pose pas de question et remet immédiatement pour le buteur de l’OGC Nice qui, de la tête, trompe Sanudi une troisième fois. l’Angola et l’Algérie qualifiés sans véritablement jouer A 5 minutes du terme de la rencontre, il ne restait plus qu’à  espérer que l’Angola ou l’Algérie ouvre le score dans l’autre rencontre de ce groupe A. Mais ce but n’est jamais arrivé, et il semblerait même que la seconde période de la rencontre se soit résumée à  un manque flagrant de volonté de jeu de la part des deux équipes. Car sachant que le Mali menait face au Malawi, algériens et angolais n’avaient aucune raison de forcer leur talent pour se qualifier. Peu importe, le Mali n’a pas perdu sa qualification sur ce match mais sans aucun doute lors de sa très pâle prestation face à  l’Algérie. Alors inutile de chercher mille excuses, il apparait clair qu’il fallait au moins faire match nul contre les Fennecs ou battre les angolais. Digérer et reconstruire Auteurs d’une entame de match remarquable contre le Malawi, on aurait aimé que la prestation des Aigles soit de même nature dès le début de la compétition. Mais un réveil tardif contre l’Angola et une absence de jeu contre l’Algérie ont véritablement anéanti les chances de qualification.La faute à  des joueurs peu motivés ? A une défense totalement hors sujet ? A un entraà®neur sans réel schéma tactique ni organisation de jeu ? Ou à  des adversaires tout simplement supérieurs ? Les réponses sont sans doute multiples, mais il est dans tous les cas indispensable, après ce nouvel échec, que la fédération malienne se pose enfin les bonnes questions. Il est d’ailleurs quasi certain que l’une des premières mesures prise soit le licenciement de Stéphane Keshi, vivement contesté pour ses choix tactiques, incapable de qualifier ses joueurs au Mondial 2010, et surtout incapable de faire sortir son équipe d’une poule largement à  sa portée. à‰vacuer l’immense déception de cet échec ne sera pas chose simple car tout le Mali y croyait fortement. D’autant plus qu’un éternel constat amer émerge : les Aigles ont une nouvelle fois sérieusement déçu.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut