Politique › Politique Nationale

ATT : « Les menaces dans la bande sahélo-saharienne ne sont pas nées au Mali ! »

Une armée, héritière de celle de Soundiata Keita Si ATT invite les uns et les autres à  s’assumer, il rassure cependant l’opinion nationale. «Â Nous ne devrions, en aucune manière, ménager nos efforts… Une Armée qui est l’héritière de celles de : Soundjata, Kankou Moussa, Almamy Samy, Babemba, Tièba, ne saurait hésiter, en aucune manière, dans le cadre de la défense des intérêts capitaux et cardinaux de son pays… Nous nous donnerons les moyens de répondre et immédiatement par tous les moyens. Nous allons balayer notre case… » Quitte aux autres d’en faire autant pour que la maison soit propre, a martelé un ATT visiblement critique à  l’endroit de certains pays voisins. «Â Les menaces viennent d’ailleurs » «Â (…) Aujourd’hui, je ne pourrais ne pas parler de cette fameuse bande sahélo-saharienne. Le Mali n’est pas le seul autour de cette bande. Toutes les menaces qui sont dans la bande sahélo-saharienne ne sont pas nées au Mali ; et ne nous sont pas destinées. C’’est destiné aux autres. Je voudrais vous dire une chose et vous rassurer. Dire à  notre peuple, que l’Armée sera à  la hauteur ! Nous leur donnerons tous les moyens nécessaires, en hommes, en matériel ; tout ce qu’il faut pour la sécurité de notre pays. Aucun sacrifice ne sera épargné dans ce sens. Parce que je sais leur patriotisme ; je sais les vertus cardinales, qui sont les vertus de notre peuple. Je sais également leur professionnalisme. Je cannais leur qualité opérationnelle, en tant que soldat je peux le dire, le juger. Parce que je parle d’un domaine que je connais bien. Aujourd’hui, la bande sahélo-saharienne ne saurait être l’affaire du Mali. C’’est l’affaire de tous. Toutes les menaces de la bande sahélo-saharienne sont transfrontalières. Rien n’est né ici ! Les menaces sont venues d’ailleurs. Je voudrais que les gens le sachent et acceptent de prendre leurs responsabilités. Nous, en tout cas, pour ce qui nous concerne, nous prendrons la nôtre. « Nous allons balayer notre case » « Nous ne devrions, en aucune manière, ménager nos efforts. C’’est pour cette raison que je voulais ici, en votre nom, saluer certains pays qui nous ont compris, qui nous ont suivis, qui nous ont aidé dans le cadre de l’équipement. Et J’espère, que les autres et ceux-là  qui l’ont fait, vont continuer à  nous aider. Mais, mes chers compatriotes, comptons d’abord sur nous-mêmes. Et nous répondrons à  tous les défis qui se poseront à  nous. Une Armée qui est l’héritière de celles de : Soundjata, Kankou Moussa, Almamy Samory, Babemba, Tièba, ne saurait hésiter, en aucune manière, dans le cadre de la défense des intérêts capitaux et cardinaux de son pays. Il y a des vérités que je ne dirai pas ici, par respect pour certains, et pour notre pays. Mais je vous dis une chose et je prends l’engagement clair et net que le Mali répondra. Nous nous donnerons les moyens de répondre et immédiatement par tous les moyens. Nous allons balayer notre case, mais il faut que tout le monde balaye la sienne pour que le terrain soit propre. » A présent, chacun attend la tenue de cette conférence sur la bande sahélo-saharienne et qui concerne bien des états frontaliers du Mali.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut