Politique › Politique Nationale

Narcotrafic à Kidal : Le patriarche des Kountas kidnappé

Une guerre de clans Les motifs de cet enlèvement restent encore flous. Néanmoins, tout porte à  croire qu’il s’agit d’un règlement de compte inter-clans entre Arabes et Touaregs. Et ceci, autour d’une histoire de drogue. Par ailleurs, certains habitants de cette localité de Kidal, affirment qu’il s’agit d’un règlement de compte. Il semblerait que le vieux Baba Ould Sidi El Moctar, âgé de 88 ans ait été kidnappé après l’indélicatesse d’un de ses fils. Ce dernier prélevait selon certaines sources, des taxes sur les marchandises (drogue) qui transitaient par leur zone. Egalement, les Kountas auraient fait une main mise sur une importante quantité de cocaà¯ne qui aurait normalement dû être partagée avec les arabes. Ceux-ci en fin de compte, ont enlevé le chef du clan Kounta en réponse à  leur exaspération. l’éditorialiste Adam Thiam estime pour sa part, que « tout porte à  croire que le vieil homme est au C’œur d’un règlement de compte sur fond de narcotrafic. Les bandes s’affrontent, s’entretuent et il faut le reconnaitre, les montants en jeu, expliquent parfois la radicalité des méthodes employées. ». C’’est effectivement le cas dans ce conflit ci. En effet, les deux clans en opposition se disputeraient pour une saisie-confiscation de cocaà¯ne d’une valeur tournant autour de 50 milliards de FCFA. Un kidnapping en plein jour l’enlèvement se serait déroulé ce vendredi 22 janvier, tôt le matin au domicile du maire. Signalons qu’Anéfis est situé à  100 km de Kidal et à  250 km de Gao. Elle fait intégralement partie de Kidal. Ainsi, arrivés au bord de deux véhicules 4×4, les bourreaux auraient fait irruption dans la famille Kounta. Le vieux chef de famille présent sur les lieux, fut très vite maitrisé devant les membres de sa famille et embarqué dans l’un des véhicules pour une destination inconnue. Personne n’a rien pu faire durant toute la durée du rapt qui n’a d’ailleurs pas pris de temps. Après propagation de la nouvelle, tous sont tombés d’accord qu’il s’agissait bien d’arabes Tilemsi de Bourem. Appel au calme Le gouvernement malien a lancé un appel au calme et à  la sérénité à  la population restée sans mot ce dimanche soir à  la télévision nationale. Il accuse avec la dernière vigueur, cet acte qu’il qualifie de crapuleux et promet de mettre tout en œuvre pour mettre la main sur les malfrats. Cependant, sera-t-il aisé de freiner ces arabes et de gérer ce conflit inter-clan ? Le nord Mali est une zone assez vaste et difficilement maitrisable pour stopper les trafics qui ne cessent d’alimenter la zone.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut