Société › Actualités Société

Insécurité grandissante à Bamako : la police se mobilise

Vols de motos par ci, braquages par là , pillage de boutiques, attaques à  mains armées, les paisibles citoyens de Bamako et commerçants vivent dans l’insécurité. Des groupuscules de bandits spécialisés dans le vol de motos sévissent dans presque toutes les communes de Bamako. Pas un seul jour ne passe sans que des cas d’agressions, de dépossession ou même d’assassinats ne soient signalés dans les différents commissariats de police. Un étudiant dépossédé de sa moto sous la menace d’un pistolet En moins d’un mois, un étudiant de l’université de Bamako et un commerçant détaillant du District de Bamako ont été dépossédés de leur moto Jakarta sous la menace d’un pistolet artisanal en commune I. Des boutiques d’alimentations attaquées à  Fadjiguila et Doumazana et des tentatives de vol dans les pharmacies et des stations d’essences à  Sangarébougou et Boulkassoubougou. Les quartiers Doumanzana Sangarébougou Nafadji et Djélibougou en commune I deviennent des zones hautement criminogènes du District de Bamako. Là  sont planifiés les actes de banditisme à  travers la ville. Ces quartiers riment aujourd’hui avec drogue, alcool et prostitution. Une zone de non droit en plein C’œur de la capitale malienne o๠les animaux domestiques volés (bœufs, moutons entre autres) sont donnés en festin au vu et au su de tout le monde. Le paradoxe est que ces zones sont près de deux commissariats de polices notamment celui du 6ème arrondissement et du 12è arrondissement. Le vol à  main armé perpétué sur Ibrahim Coulibaly étudiant à  la Flash et Samba Traoré, commerçant détaillant au grand marché illustre aujourd’hui toute la difficulté de cohabitation qui existe entre les populations des ces quartiers et les bandits armés qui se croient en territoire conquis. Le cas de l’étudiant est le plus pathétique. Braqué devant les gens en pleine journée à  Djelibougou, il a été dépossédé de sa moto Jakarta et molesté par les bandits. Attention aux téléphones portables ! Nouvelle stratégie: les bandits se cachent et jettent leurs portables parterre et cela, souvent la nuit. Puis, ils font sonner le portable ; Malheur à  ceux qui s’arrêtent pour ramasser l’appareil.. Face à  cette insécurité, le ministre de la sécurité intérieure et de la protection civile a rencontré les forces de police, de gendarmerie ce jour afin de débattre de la question : objectif : renforcer les effectifs, le matériel, mieux former les agents pour faire baisse cette insécurité qui a battu des records en 2009

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut