Culture › Musique

Ségou accueille la 6è édition du Festival sur le Niger

On attend près de 22 000 visiteurs à  Ségou et déjà  les hôtels et auberges de la cité des Balanzans sont pleins! A Ségou, l’équipe du festival est sur tous les fronts pour faire de cette 6è édition consacrée à  la Culture et à  la Gouvernance, un vrai succès, notamment à  l’orée de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance du Mali. Nul besoin de rappeler que ce festival est sans doute l’un des mieux organisés du Mali, avec à  sa tête Mammou Daffé, l’initiateur et pivot de l’évènement: « Ce festival est pour moi un rêve qui a trois dimensions : locale, nationale et internationale. Nous souhaitons à  la fois sauvegarder les expressions artistiques de la région de Ségou et faire venir des artistes du reste du Mali et d’autres pays », explique Mamou Daffé. « Nous avons des sites fabuleux. Il fallait faire quelque chose pour fixer les touristes, tant au plan des services – hôtellerie et restauration, – que dans le domaine de l’attraction. Nous voulons avoir chaque année pendant quatre jours un concentré d’Afrique de l’Ouest. » Programmation musicale D’année en année, le festival a grandi et accueilli les plus grands musiciens africains, cette année encore la programmation est de taille : Salif Keà¯ta, Nahawa Doumbia, Sékouba Bambino (Guinée Conakry ), Celso Duarte du Mexique ou Mike del Ferro des Pays Bas, Assan Kida, Habib Koité, Cheikh Tidiane Seck, Super Biton ou encore Tinariwen, pour célébrer toute la diversité et la richesse musicale du continent Africain, une richesse qui s’allie à  celles d’influences étrangères, car le public du festival est varié, européen, malien, africain. Lors de la 1ère édition, il y avait eu 1000 visiteurs, aujourd’hui, le chiffre ne se donne plus. Mais le festival sur le Niger, permet aussi la promotion du tourisme et de l’artisanat local en drainant en l’espace d’une semaine de nombreux visiteurs, ce dont se félicite Ndiaye Bah, ministre du Tourisme et de l’artisanat du Mali. Forum et réflexions Au milieu des arts, de la culture et de la musique, un forum comme à  chaque édition, posera des questions essentielles sur la culture et la gouvernance ou la démocratie et le développement. L’occasion d’échanger des idées et des solutions aux problèmes de la cité, pollution des eaux, sauvegarde du patrimoine culturel, promotion des talents artistiques etc… Foire et expositions En marge du festival se tiendra aussi la Foire Internationale de Ségou, le vernissage de l’exposition d’Art sur « l’Eau », de l’exposition photos  » Fleuves en regards ». Pour la grande cérémonie d’ouverture prévue le mercredi 3 février, sur les berges du fleuve Niger, l’Ensemble Instrumental du Mali sera de la partie avec des sommités comme Ami Koita, Tata Bambo ou Ba Tounkara. C’est dire si tout le Mali se retrouvera à  Ségou. « Ce festival contribue à  faire rayonner Ségou sur le plan international et à  raviver le passé riche et historique de la vieille cité Bambara », explique Sékou Tangara, journaliste, originaire de Ségou. Ségou fut l’un des sièges du royaume Bambaras avant sa prise en 1861 par les armées d’El Hajj Oumar Tall venues répandre l’Islam en terre bambara. Un passé que restitue merveilleusement l’écrivaine française Maryse Condé, dans son ouvrage Ségou I et II, les Murailles de la terre. Mais au delà  de la littérature, d’éminents intellectuels viendront à  Ségou pour partager leur savoir, des conteurs, des danseurs, des marionnettistes, et bien sûr les chasseurs locaux, gardiens de la tradition ségovienne émerveilleront les festivaliers par leur art. Bogolan et poteries Ségou, c’est aussi la ville du Bogolan, ce tissu traditionnel tissé à  partir du coton et dont la fabrication sera mise en valeur grâce à  des ateliers, de même que la poterie, magnifiée par le travail des potières ségoviennes du bord du fleuve. Les poteries de Ségou sont universellement connues. Du 3 au 7 février, Ségou deviendra donc , le lieu de rassemblement des artistes et cela pour une 6è édition très attendue par les amoureux de la culture, des arts, de la musique. Du partage interculturel en somme. Rendez-vous à  Ségou le 3 février 2010 !

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut