Politique › Politique Nationale

Session ordinaire de la 4ème mandature du Conseil économique, social et culturel

Le choix du thème Au plan international, régional et sous-régional, la sécurité constitue aujourd’hui, un problème majeur, avec des menaces de toute sorte. La multiplication et la persistance des foyers de tension et des zones de conflits ont, ces dernières années, fait monter l’insécurité. La sous- région figure parmi les zones les plus pauvres et les plus instables au Monde. Ainsi, à  l’instar des autres pays du monde, le Mali ne fait pas exception à  cette situation de menaces et d’insécurité rampante. Les conflits et particulièrement, la rébellion au Nord du Mali constitue un problème local qui est même global. Pour sa résolution, le Mali est tenu d’intégrer sa dimension internationale et de continuer à  toujours solliciter l’aide de plusieurs pays. D’autant plus que les frontières sont poreuses, avec l’aide des sciences et de la technique, le déplacement d’un pays à  un autre, voire d’un continent à  un autre devient aisé. La présence des combattants d’Al-Qaà¯da pour le Maghreb Islamique dans le septentrion du Mali prouve à  suffisance que la sécurité pose un problème local qui nécessite une solution globale. C’’est pourquoi d’ailleurs, au Mali, au plus haut niveau de l’Etat, la question de la sécurité fait l’objet de la plus grande attention depuis quelques années. Pour capitaliser et mettre en synergie les différentes initiatives en cours en matière de paix dans la bande sahélo saharienne, le gouvernement du Mali a , récemment proposé aux acteurs tant nationaux qu’internationaux, une conférence sous régionale. Le conseil économique et social, conformément à  ses missions et sa vocation de conseil des pouvoirs, ne saurait rester en marge de cette dynamique. C’’est pourquoi, il a décidé de consacrer cette première session ordinaire de sa 4ème mandature au thème « la sécurité au Mali ». Les objectifs de cette première session Cette session décide de focaliser les débats sur les notions de la sécurité à  savoir : la défense et la protection civile ; la sécurité alimentaire et la sécurité routière. Elle a pour objectif général d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur les enjeux et les grands défis auxquels le pays se trouve confronté en matière et proposer des stratégies pour la renforcer et anticiper les risques d’insécurité. De façon spécifiques, susciter un débat constructif et productif de tous les acteurs de la sécurité au Mali ; faciliter une meilleure compréhension du concept ; proposer des stratégies de consolidation voire de renforcement des politiques et dispositifs sécuritaires en cours ; identifier les enjeux et les grands défis en matière de sécurité ; susciter une prise de conscience nationale autour du rôle et des responsabilités des populations, de la société civile pour la mise en œuvre et la réussite des politiques sectorielles de sécurité . Et enfin proposer aux pouvoirs publics les orientations à  prendre en compte pour assurer le succès de toutes les initiatives, sur la question de la sécurité au plan national, régional et international. Pour le président de conseil économique, social et culturel, Jeamille Bittar, dans son allocution, les projecteurs de l’actualité signale l’extrême gravité de la situation qui prévaut au Mali. Et Jeamille Bittar de déclarer « notre sommeil est troublé. Plusieurs de nos concitoyens meurent sans savoir pourquoi ni comment, ils ont perdu la vie. C’’est parfois à  la suite d’actes de grand banditisme dans les centres urbains ou sur d’immenses zones incontrôlées de notre pays. Parfois, C’’est à  la suite d’accidents de circulation routière. Mais aussi des victimes d’une grande paupérisation ou des oubliés de la sécurité sociale abandonnés au bord des autoroutes de la désolation. ». Selon le président du CESC, au delà  du concept, il est utile d’aller à  la découverte d’une problématique pour mieux cerner sa transversalité. Pendant 15 jours, les participants à  cette session traiteront des sous – thèmes comme la politique nationale de sécurité et de la protection civile, la politique de lutte contre les mines anti- personnelles et la prolifération des armes légères et de petit calibre, la politique nationale de la sécurité alimentaire, la politique nationale de la sécurité routière et les conflits intercommunautaires.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut