Idées › Éditos

Pierre « Karmatt » : L’espion qui venait du Nord

Identité d’un espion recherché Nous ne sommes pas en pleine guerre froide, mais l’affaire Pierre Camatte pourrait donner matière à  un chapitre de roman d’espionnage. Agé de 61 ans, humanitaire, habitant de Ménaka au Nord Mali, citoyen ordinaire d’une bourgade sablonneuse, invisible pour les uns, sous le feu des projecteurs le lendemain, après s’être fait kidnapper un soir de Novembre par des hommes armés de la branche armée d’ Al Qaeda au Maghreb Islamique. Progressivement l’intrigue se met en place. l’on réclame la libération de 4 islamistes détenus par le Mali contre la vie de cet humanitaire d’apparence innocente. Les photos de l’ex otage dispatchées sur la toile donnent à  Pierre Camatte un air de Ghandi aux mains de barbus sans pitié. Bataille de principes et d’honneur, le président Malien veut rester ferme. Pas pour longtemps. La pression s’accentue, l’otage Camatte prend une dimension internationale, devient presque un martyr, n’est plus très loin de l’Américain Daniel Pearl sauvagement assassiné dans les geôles d’un Pakistan violent. Il faut sauver le soldat Camatte ! La diplomatie française se met en branle. Paris téléphone à  Bamako. Kouchner est dépêché deux fois sur Bamako. Survient alors un simulacre de procès, un relâchement côté malien et le suspense n’y est plus. Le dénouement est survenu trop vite, il n’y aura plus qu’à  se consoler avec le scénario bien ficelé de l’espion qui venait du Nord…pardon du froid. Ensuite, le site internet Backchich.info révélait que Pierre Camatte n’est autre qu’un un espion français travaillant au compte de la DGSE, la direction générale de la sécurité extérieure. Karmatt, l’espion qui venait du Nord Camatte, Karmat, comme on le surnomme est aujourd’hui un ex otage qui n’a pas eu les mêmes conditions de libération que d’autres ex détenus d’AQMI. Libération qui a fait la une de la presse nationale et internationale, et permis de relâcher 4 islamistes de la banche Al Qaeda au Maghreb Islamique. ATT le président Malien, artisan de cette issue heureuse pour la France, est maintenant la cible de toutes les citriques. Pour Backchich.info, Pierre Camatte travaillait bien « sous couverture ». Il était présenté dans les médias comme le président d’une association, nommée Icare, impliquée dans la culture d’une plante thérapeutique contre le paludisme. Ce Vosgien de 61 ans exerçait au Mali depuis 1995 et y vivait depuis un an. Une couverture idéale pour une activité de renseignements ; renseignements qui visaient la zone sahélo- saharienne, stratégique pour la France et permettaient de récolter des informations de toutes sortes. Avec l’Algérie au Nord, les mouvements salafistes, AQMI, le pétrole, l’or, l’uranium, il y a de quoi tenir l’intérêt de la DGSE et qui mieux qu’un gentil humanitaire, pouvait jouer le jeu en trompant la vigilance des autorités locales? Accusations et démentis Les propos de l’ex otage français Pierre Camatte, libéré depuis une semaine maintenant en irritent plus d’un ou suscitent la méfiance au Mali : « Je n’ai jamais commis d’imprudence, cela fait quinze ans que j’opère dans cette région du Mali », déclarait-il à  sa descente d’avion après sa libération. Des propos pour le moins ambigus. Alors Camatte, espion de la Dgse ou ami du Mali, comme s »est plus à  le rappeler ATT : « Il est clair que C’’est un espion, regardez comment il se comporte, ce qu’il dit, voilà  un ex otage bien volubile et visiblement peu marqué par sa détention », affirme un journaliste malien. « Vous croyez que s’il s’agissait d’un simple citoyen, Sarkozy aurait fait un détour par Bamako, alors qu’il avait à  faire à  Kigali. l’homme se défend lui d’être une cible : « Je ne pensais pas être une cible, ils sont venus me chercher peut-être avec des complicités locales. » Ses geôliers, a-t-il raconté, ont « tenté à  plusieurs reprises de me convertir, car ils veulent islamiser le monde à  leur manière ». A 61 ans, Pierre Camatte, d’apparence tranquille dans son hôtel du Nord Mali pouvait-il susciter le doute dans l’esprit de quelques citoyens nordistes ; On l’imagine volontiers sillonner Tombouctou comme un bon humanitaire, venu remplir sa mission, ou parcourir le désert au volant de sa 4X4. C’’était sans compter avec le réseau d’Al Qaeda au Maghreb Islamique, informé et friand des mouvements de touristes européens dans la zone. Toujours est-il que Pierre Camatte a servi de monnaie d’échange, à  la libération de 4 terroristes, poseurs de bombes, en cela, sa valeur pour les autorités françaises, dépassait le simple argument de la rançon, sur lequel ATT brandissait une fermeté de façade. Ici, il n’y avait plus lieu de déclarations péremptoires, mais d’une affaire hautement géopolitique, qui a nécessité, deux fois la visite de Bernard Kouchner au Mali et une escale de Sarkozy à  Bamako. Une libération sous haute surveillance La vie de Pierre Camatte ou le scénario d’un Daniel Pearl bis, mais au Nord Mali cette fois ? ATT a choisi. Ce n’est pas tant la libération de Camatte qui émeut ou qui fâche mais l’aveu d ‘impuissance du président Malien, sous des propos se voulant fermes, qui irritent les Maliens. Finalement, dans cette affaire, Sarkozy apparait comme le héros, face à  un ATT mis à  mal par une gestion approximative de l’affaire. « Le Mali est clairement humilié dans cette affaire et en plus, l’on se retrouve avec une espion », fulmine un observateur politique de passage à  Bamako. « Ce déploiement de la diplomatie française, prouve bien que Camatte ou Karmatt, inconnu jusqu’il y a trois mois, et rapidement libéré est véritable un espion de la DGSE »,ajoute ce dernier. Camatte a lui décrit ses ravisseurs comme des « fanatiques », persuadés de détenir « la vérité suprême » et recrutant surtout des jeunes. On pense à  ces personnages de romans qui côtoient les méchants, et qui finissent par s’en sortir, mais quel genre d’informations ledit Karmatt a-t-il pu compiler au Nord au risque d’y perdre la vie ou se savait-il protégé: « Je ne me suis pas laissé faire » déclarait-il juste après sa libération. Propos que l’on ne peut tenir dans les geôles d’islamistes qui ont le couteau facile. Certains journalistes ont décrit Camatte bien portant, souriant, aux cotés de Nicolas Sarkozy, et de Bernard Kouchner, dans les salons feutrés de Koulouba à  quelques heures d’un départ en avion spécialement affrété pour la circonstance et en compagnie d’Alain Joyandet, Secrétaire d’état français à  la coopération . Mission accomplie pour la France ! Quoi qu’il en soit, cette affaire est loin d’être finie et peut être Pierre Camatte rédigera lui-même, dans quelques années…

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut