Économie › Actualités Économie

Canicule à Bamako : A qui profite la chaleur ?

Bamako, ville des trois caà¯mans, à  l’instar des autres villes de l’intérieur et même de la sous région, connaà®t actuellement une grosse vague de chaleur. Et ce, depuis déjà  quelques semaines. Les températures montent souvent jusqu’à  45°C. Face à  cette situation, l’on peut facilement imaginer que les populations adoptent de nouveaux comportements pour atténuer, du moins mieux supporter les effets de cette chaleur. Boire à  tout prix Ces changements de comportement concernent les modes vestimentaires, une plus grande consommation d’eau et de boisson fraà®che. A cela s’ajoutent l’utilisation de climatiseurs et autres ventilateurs et la fréquentation de piscines et plages … Comme on peut le constater, si la chaleur peut être pénible pour nombre de personnes, elle peut être une opportunité pour d’autres pour faire des affaires et donc d’en tirer profit. Nous nous sommes intéressés aux vendeurs de climatiseur, ventilateur, d’eau et de boisson fraà®che. De même qu’à  la société Energie Du Mali (EDM SA). A fond la clim ! Interrogé, le commerçant et vendeur de climatiseur Ismaà¯la Sylla des Etablissements Sylla Distribution, nous a révélé que la demande des clims a triplé en cette période comparativement aux autres saisons (saison froide, hivernage). Pour lui, le climatiseur ne doit pas être considéré comme un luxe, mais une nécessité. Pour qu’un plus grand nombre de maliens puissent s’en procurer, Ismaà¯la Sylla demande à  l’EDM de baisser le coût de l’électricité. Le plus difficile, a-t-il estimé, n’est pas d’acheter un clim mais de pouvoir payer ses factures d’électricités. D’après notre interlocuteur, il y a même actuellement une rupture de stock des congélateurs sur le marché, tant la demande est forte. A noter que le prix d’un climatiseur varie selon la puissance, la marque et la qualité. Le prix des clims simple oscille entre 175 000 FCFA et 450 000 FCFA. Tandis que celui des clims armoires va de 900 000 FCFA à  5 000 000 FCFA. Cette même tendance de demande forte concerne les ventilateurs, les boissons, qui ont vu leur vente booster, face aux besoins accrus des consommateurs. Les factures d’eau et électricité s’envolent Si les populations trouvent du confort et du réconfort en utilisant ces commodités, elles doivent s’attendre à  être impactées au niveau de leur facture d’eau et d’électricité. A priori, on pourrait penser que la société EDM SA tire profit de cette situation. « Non, la chaleur ne profite pas à  l’EDM, au contraire chaque abonné nous coûte plus cher depuis bientôt cinq ans » nous a répondu le Directeur à  la Communisation de l’entreprise, Tiona Mathieu Koné. Et d’expliquer que la capacité des barrages de Manantali et Sélingué est saturée. Ce qui oblige la société à  marcher sur le thermique en faisant fonctionner des groupes électrogènes avec du gazoil. Toute chose qui coûte encore plus cher. Consommer intelligent Toujours selon Koné, le 5 mars 2010 sur le réseau interconnecté qui aliment 19 villes, la consommation de pointe était de 172 mégawatts, la société a constaté une augmentation de 14% par rapport à  2009. Cela s’explique par le fait que la chaleur est venue un peu plus tôt que prévu et le nombre de consommateur a aussi augmenté. Concernant l’eau, a-t-il poursuivi, notre ville a un besoin de 200 000 m3 c’est-à -dire 200 millions de litres d’eau par jour. Mais on ne peut dépasser 170 000 m3 soit 170 millions de litres d’eau par jour, a reconnu Tiona. La solution réside dans la sensibilisation pour l’économie d’eau et d’électricité. Seul le comportement de chacun pourra faire en sorte que le maximum de maliens ait accès à  l’eau et à  l’électricité, a-t-il laissé entendre.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut