Économie › Industrie & Services

Mali : Les transporteurs routiers suspendent leur grève

Les raisons de la grogne Depuis près d’une semaine, les transporteurs routiers Maliens ont décidé d’aller en grève. Les raisons de cette grève seraient issues de l’application d’une décision de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA). En effet, tous les huit pays membres de l’union ont ratifié un accord stipulant la taxation maximum de tout camion dépassant un poids fixe défini par les normes de cet accord. Hors, comme l’indique le président du syndicat des transporteurs, cet accord n’est respecté nulle part ailleurs qu’au Mali. Karim Fomba estime que « le Mali est le cobaye de l’UEMOA. Nous ne pouvons pas comprendre cela. » Il déplore l’élévation excessive des taxes. Aussi, ces transporteurs payent à  chaque voyage, entre 60.000 et 100.000 FCFA sur la route. Chaque agent régulateur voulant comme on dit « gagner sa part.» Cette décision de l’UEMOA pénalise fortement les transporteurs maliens puisqu’elle n’est appliquée par aucun autre pays membre, même si le ministère du transport pense le contraire. C’’est au regard de toutes ces tracasseries, qu’ils ont trouvé impératif d’initier cette grève pour faire entendre leur ras-le-bol. Le ministère des Transports surpris Face à  l’arrêt total de plusieurs centaines véhicules gros porteurs chargés de marchandises, le ministère de l’équipement et des transports à  rencontré le syndicat des transporteurs en fin de semaine. Le secrétaire général du ministère se dit surpris par cet arrêt de travail. « Il y a plusieurs mois, nous avons engagé des pourparlers avec les transporteurs sur cette fameuse loi de l’union. Nous sommes même tombés d’accord sur un bon nombre de points et avons convenu ensemble, d’adopter certaines mesures. Mais pour cela, il faut passer par un certain nombre de procédures qui sont d’ailleurs en cours de traitement. Je suis donc plus qu’étonné de voir que les transporteurs aient décidé d’aller en grève. » Se défend le SG au nom de son département. Mali, pays enclavé Les transporteurs se plaignent également du fait qu’ils en ont marre de se faire racketter permanemment par les policiers, les gendarmes et autres corps habillés du pays. Le Mali est un pays enclavé et n’a pas de débouché sur la mer. C’’est grâce à  ces camions que le pays arrive à  faire vivre ses enfants. Surtout que nous importons des produits comme le carburant et certaines matières premières. Egalement, l’exportation du coton et des animaux au Sénégal, en Côte d’Ivoire et en Mauritanie, font entrer énormément d’argent dans le pays. Par ailleurs, les transporteurs reprennent le travail ce mardi, en espérant que C’’est définitif et que l’Etat fera en sorte de les mettre dans les meilleurs conditions possibles.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut