Société › Actualités Société

Assainissement à Kati : Que fait la mairie ?

De nombreuses villes du Mali sont confrontées au problème d’assainissement: des rues étroites, à  l’angle aigu souvent sinueuse, des caniveaux qui ne sont pas régulièrement curés et dont les eaux usées constituent les principales sources de maladies: paludisme,diarrhées, etc.. Le rôle des collectivités Avec l’avènement de la décentralisation, l’autorité de l’état semble s’être effritée au profit des collectivités. Pour cela, intéressons-nous à  la mairie de Kati ou les voix s’élèvent pour une approche participative, et les jeunes de certains quartiers n’hésitent pas à  mettre la main à  la poche, pour ne pas tout attendre de la mairie. Pour l’heure, la question qui tarraude les esprits est : O๠est le transfert de compétences ? Que fait la mairie précisement dans ce domaine ? La ville de Kati, située à  18 km au Nord-Ouest de bamako ,compte environ 100 000 âmes sur les 14 gros quartiers qui la composent; Elle est composée en majeure partie de bambaras, de malinkés, de bwa, de peulhs et de dogons etc… Kati connait un problème important d’assanissement, qui au vu des autorités locales, demeure le défi du siècle au centre des préoccupations. La mairie de Kati a mis en place une commission d’assainissement, de santé et d’affaies sociales, chargée du balayage des grandes rues et du ramassage ponctuel des ordures à  partir de moyens qu’elle possède (camions bennnes, pèles mécaniques etc…). Malgré cet effort consenti, le problème de décharge finale reste un casse-tête . Curages et assainissement Dans le cadre d’études stratégiques de la ville, la mairie a passé un contrat avec un groupement d’intéret économique (ECAD) qui était chargé du curage des caniveaux pour que les eaux usées puissent s’écouler librement dans un cadre hygiénique. Mais hélas! Aujourd’hui, avec une brigade de protection de l’environnement, la mairie arrive difficilement à  sensibiliser la population. En somme pour un investissement de 65 millions de francs par an, la mairie entend maintenir le cap, mais Kati ne dispose même pas d’un collecteur pour la maitrise durable des eaux usées. L’aménagement du marché pourrait être un pari gagné car le site est vieillissant et demeure une source importante d’ordures. Mais dans les mois à  venir, il sera rénové par la construction de hangars métalliques et le pavage des sites. L’assainissement ne demeure pas le problème central, l’eau reste une denrée rare surtout en période de chaleur; Selon les techniciens en charge de la question, la mairie a réalisé en 2009 une adduction d’eau d’un coût de 200 millions de francs. En attendant, les jeunes de Kati font la sensibilisation autour d’eux !

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut