Société › Actualités Société

Querelle de leadership à la Coordination des Associations et ONG féminines du Mali (Cafo)

Au sortir de sa récente crise, on en était arrivé à  la conclusion que la principale organisation des femmes (la Cafo) pouvait désormais poursuivre le combat qui lui est dévolu (celui dédié aux femmes). L’on assiste plutôt à  une querelle de leadership en son sein. Ah les femmes ! Mauvaise image Décidemment, les « recettes » ne manquent pas pour écorner l’image de la Cafo. « Assoiffé de postes stratégiques et de privilèges indus, le groupuscule dirigé par l’imperturbable Ouleymatou Sow voudrait, dit-on, à  nouveau entraà®ner la Cafo dans une querelle de leadership ». C’’est du moins ce qu’affirment des sources au bureau actuel de l’organisation dirigée par Mme Keita Fatoumata Sissoko. En effet, Mme Dembélé Ouleymatou Sow serait revenue à  la charge d’une organisation qui a engrangé des résultats très significatifs en matière de promotion féminine. Certaines femmes militantes à  la Cafo désapprouveraient même le comportement de Mme Dembélé Ouleymatou Sow. Voilà  une dame qui bénéficie de moins en moins de crédit aux yeux de ses consoeurs. Pourquoi ? Vieille querelle La querelle de leadership à  la Cafo ne date pas d’aujourd’hui. De nombreuses irrégularités peuvent justifier la suspension d’Ouleymatou Sow, membre de la CAFO, le 6 avril dernier, par le bureau de la coordination. Le Bureau lui reproche un certain nombre de faits qui jurent avec l’esprit du règlement intérieur de la Coordination. Selon nos informations, la présidente de la Fenacof(la fédération nationale des collectifs d’Associations féminines ) mais aussi Secrétaire Générale de la CAFO, préférerait la gestion de la Fenacof à  celle la Cafo, quand bien même cette dernière n’est qu’une composante de la Cafo. l’on se rappelle de la dernière crise (la veille du congrès de la Cafo) qu’a connu l’organisation. Ouleymatou Sow avait été pointée du doigt comme étant à  l’origine de cette dissidence. « C’’est elle qui avait été à  la base de la première crise qui a durement secoué l’organisation », affirme une membre. Mettant à  nouveau l’organisation sur une chaudière, elle crée toujours la tension avec ses ardeurs belliqueuses », affirme une militante de la Cafo. L’origine de la querelle Partie occuper un poste dans un organisme onusien à  Dakar, la présidente de la Cafo, Traoré Oumou Touré, a de plein droit, délégué son mandat à  la personne en qui elle a placé sa confiance. Hiérarchiquement ce n’est pas elle qui choisit, mais ce sont les textes mêmes de l’association qui autorisent la présidente à  nommer la personne qui assurera son intérim. C’’est pourquoi, au lieu de Mme Dembélé Ouleymatou Sow, la présidente de la Cafo a plutôt jeté son dévolu sur la 1ère secrétaire aux finances, Mme Keita Fatoumata Sissoko, pour assurer l’intérim. Toute chose qui a crée de l’indignation et de la frustration chez Oulemaytou Sow qui dit être abusivement suspendue. Toutefois ses partisans n’ont pas dit leur dernier mot dans cette histoire de suspension. En effet, elles entendent se battre pour le retour de la légalité. Quant à  Mme Dembélé, elle se dit victime d’une cabale contre sa personne.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut