International › Monde

Enlèvement du tourisme français au Niger : Affaire Camatte bis ?

Comme l’on peut imaginer, la France activera à  nouveau sa machine diplomatique pour faire pression sur le Mali enfin d’obtenir la libération de son ressortissant comme pour l’affaire de Pierre Ca matte. Comment ? Une affaire de routine Jeudi 22 avril? un touriste français et son chauffeur d’origine algérienne ont été enlevés au Niger. Comme à  l’accoutumée, les ravisseurs auraient acheminé les otages sur le sol malien o๠ils exigeront le payment d’une rançon. Les autorités maliennes s’étant illustrées comme de véritables négociateurs et « libérateurS d’otages », l’affaire Camate a ainsi permis la libération de quatre présumés terroristes dont deux sont des ressortissants d’Algérie en échange de Pierre Camate. Par la suite, l’Algérie et la Mauritanie ont rappelé leurs ambassadeurs pour consultation. Cette fois ci, la situation serait plus complexe pour toute éventuelle négociation. Et pour cause des troupes malienne seraient mobilisées pour retrouver le touriste français, septuagénaire et son chauffeur algérien qui ont été enlevé au nord du Niger. [b Offensive militaire ) Si l’intervention des troupes maliennes en état d’alerte, est une stratégie d’anticipation ( celle d’empêcher les djihadistes de fouler le sol malien), des inquiétudes demeurent d’autant que les éléments d’Aqmi agissent selon une stratégie bien rodée: une demande de libération de leurs éléments détenus dans la bande sahélo-saharienne par l’armée malienne. Ce que craignent les autorités: « Nous voulons éviter à  tout prix que les ravisseurs viennent chez nous avec les otages », explique un militaire malien sur RFI. Trop tard. Un autre ajoute que « leur mission est de poursuivre les ravisseurs et de les traquer » chose difficile dans une zone vaste et bien connue des mouvements terroristes, dont AQMI. Coopération militaire sous régionale Le dispositif militaire qui est une alliance formée par quatre pays contre la menace terroriste, a été lancée mercredi 21 avril dans le sud de l’Algérie, à  Tamanrasset. Il s’agit pour ces Etats de regrouper leurs moyens pour améliorer l’efficacité de la surveillance du territoire, et des zones frontalières en particulier. Il faut espérer que le Mali n’ait plus revivre le scénario Pierre Camatte, dont la libération a provoqué les foudres de nos voisins en l’occurrence l’Algérie et la Mauritanie. Mais le Mali étant le lieu de détention habituel des otages, et donc du touriste français et de son chauffeur, cela nécessite obligatoirement l’implication des autorités malienne pour leur libération. D’o๠l’hypothèse d’un scénario Pierre Camatte bis et un déploiement de la diplomatie française. L’on se souvient des déplacements de Bernard Kouchner, ministre français des Affaires Etrangères et du président Sarkozy en personne, lors de la libération de Camatte. Qu’en sera t-il cette fois du touriste français enlevé au Niger ? « Nous sommes pleinement mobilisés, tant à  Paris que sur le terrain, pour obtenir la libération de notre compatriote », a affirmé un porte parole du Quai d’Orsay lors d’un point de presse au journal Le Point. Pour l’heure, le Quai d’Orsay préconise la prudence pour les déplacements de touristes dans la zone du Sahara. Affaire à  suivre…

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut