Idées › Éditos

13 Mai 2010 : JournalduMali.com fête ses 1 an d’existence !

Comme le temps passe vite! Il y a exactement un an, JournalduMali.com, votre site d’actualité en ligne était lancé sur la toile. Petit frère de Journalducameroun.com, JournalduMali.com se voulait, comme nous l’indiquions dans l’édito de Bienvenue : « un véritable journal en ligne. En phase avec le Mali d’aujourd’hui, il présenterait l’actualité du pays en continu. A la fois reflet de notre société, révélateur de talent, mais aussi initiateur de débats et lieu d’échange, ce nouveau site a pour ambition de vous servir une information claire, objective, fiable et variée sur le Mali ». Le journal a donc pris son envol avec une rédactrice en chef (Mame Diarra Diop ), un directeur de publication ( Mahamadou Camara) et plusieurs plumes qui vous sont maintenant familières ( Hawa Semega, David Dembélé, Modibo Fofana, Diakaridia Dembélé, Lancinet Sangaré etc…) autant de jeunes journalistes motivés et déterminés et qui ont été séduits par ce concept de Journal en ligne. On parle même de « Pure player », indiquait sur RFI, notre consoeur Ingrid Alice Ngounou, rédactrice en chef du Journalducameroun.com. C’est à  dire, un journal qui ne publie qu’en ligne et fonctionne comme une rédaction normale, sauf qu’il n’y a pas impression mais plutôt parlera t-on de mise en ligne quotidienne, un défi permanent dans un environnement pas toujours interconnecté. En un an, JournalduMali.com a séduit les Maliens de l’intérieur comme de l’extérieur. Ses lecteurs ont augmenté, son contenu s’est étoffé et ses publicités sont venues petit à  petit. En ce troisième millénaire, le concept du Webzine, du Journal en ligne, séduit tous les médias. Les plus grands journaux tels le Monde, Libération ou le New York Times ont leur interface web, ceci en raison de la crise de la presse écrite mais aussi pour acquérir une visibilité mondiale, toucher le lecteur du bout du monde. Voilà  la magie de l’Internet et du clic digital ! Merci aux lecteurs ! Vous avez donc été nombreux à  nous écrire, de partout, des Etats-Unis, d’Australie, de France pour contribuer au site, à  son amélioration quotidienne. Votre regard et votre distance de lecteurs nous ont aidé à  nous orienter vers le meilleur. Vos critiques ont été les bienvenues car nous sommes loin de la perfection vers laquelle nous tendons, pourvu qu’on nous en donne les moyens et l’ergonomie. A la fois sur le plan éditorial mais aussi graphique, artistique, rédactionnel et pratique. Une connexion fiable et un matériel de qualité en plus d’une équipe soudée sont la base de la réussite d’une telle aventure. Tout récemment, Malamine Koné, le PDG d’Airness, offrait à  la Maison de la Presse du Mali, une dizaine d’ordinateurs portables et des appareils photos, des outils indispensables aux jeunes journalistes pour effectuer leur travail dans les conditions les meilleures. Car trop souvent le journaliste Malien reste confronté à  la précarité matérielle et financière… Aujourd’hui, JournalduMali.com n’en est qu’à  ses débuts et à  de nombreux défis à  relever : une plus grande visibilité, un contenu encore plus riche, des analyses plus poussées, des reportages, des portraits de talents, l’intégration de la vidéo, du son, du Multimédia, les nouveaux outils. Seul bémol, ai-je envie d’ajouter, les vitesses de connexion restent encore trop aléatoires au Mali. L’installation de la fibre optique devrait améliorer l’intéractivité sur le net. Peut-on oser rêver de l’ADSL d’ici quelques années ? Ce qui explique sans doute que de nombreux médias émettent à  partir de l’étranger. Voilà  donc l’un des défis de l’Internet sur le continent. L’accès à  l’information en ligne, une information sensible qu’il faut vérifier contamment, puisque tout et à  la fois rien, circule sur la toile mondiale. La vigilance reste donc de mise sur Internet. Chers lecteurs, JournalduMali.com vous souhaite un bon anniversaire. Vos remarques, courriers et contributions nous serons d’autant plus utiles qu’une nouvelle année débute pour le Journal. L’équipe sera sans doute amenée à  changer, à  s’étoffer, à  s’agrandir, cela dans un seul but, faire du devoir d’informer et de la liberté d’écrire( pour reprendre l’hebdomadaire Jeune Afrique), un sacerdoce !

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut