Politique › Politique Nationale

Concours d’entrée à l’ENA : la grande ruée

Au centre du lycée Askia Mohamed o๠plus de 3000 candidats du corps des inspecteurs des impôts et de celui des finances ont concouru, l’atmosphère était très tendue au moment o๠notre équipe de reportage se trouvait aux environs de 8 heures. Pendant que la plupart des candidats avaient commencé à  traiter la première épreuve, une poignée de leurs collègues étaient bloqués dans la cour, non pas parce qu’ils sont en retard, mais ils n’avaient pas de carte d’identité nationale. Ils avaient tout de même soit un passeport soit un permis de conduire. Le président du centre Youssouf Kéita, visiblement débordé par la situation, avait catégoriquement refusé de les laisser passer. Il avait même ordonné aux policiers de les mettre à  la porte. Ces malheureux candidats qui n’avaient que leurs yeux pour pleurer ont crié à  l’injustice. Certains même avaient commencé à  perdre leur sang froid en face des éléments des forces de l’ordre. « J’ai un permis de conduire en cours de validité et je ne comprends pas pourquoi on m’interdit la salle. Je pense que c’est injuste de leur part car le permis de conduire est un document officiel au même titre que la carte d’identité nationale », a lancé l’un d’entre eux. Une autre candidate, très choquée par son sort, avait les yeux pleins de larmes. Un de ses collègues est venu la consoler. « Même si on avait accès à  la salle, ce n’est pas sûr qu’on va passer », lui dit-il. Le président du jury chargé de superviser le concours, Mama Djénépo et d’autres responsables sont intervenus pour calmer les esprits. Les candidats détenteurs de passeport et de permis de conduite en cours de validité sont-ils autorisés à  concourir ? Ne s’étant pas entendus sur la question, le président du centre et le président du jury se sont lancés dans de chaudes discussions. « Je suis rigoureux et implacable s’il s’agit d’appliquer les règlements à  la lettre », a insisté le président du centre. Le président du jury pense qu' »on peut être rigoureux, mais pas intransigeant ». Le sort des candidats en difficulté a été débloqué lorsque le directeur général de l’ENA, informé de la situation par téléphone, a autorisé tous les détenteurs de passeport et permis de conduire en cours de validité d’accéder à  leurs salles. C’était une demie heure après le démarrage de l’épreuve de culture générale. La même consigne a été donnée aux présidents des autres centres qui étaient confrontés au même problème. A propos de cette situation, l’article 7 de l’arrêté n°10-0836/PM-RM du 25 mars 2010 fixant le nombre de places offertes au concours à  100 précise que « l’accès à  la salle est subordonné à  la présentation d’une carte d’identité nationale en cours de validité ». LA TRANSPARENCE Finalement on aura tout vu au centre du lycée Askia Mohamed. Après le déblocage de la situation des candidats détendeurs de passeport et de permis de conduire, des bruits ont soudainement retenti dans la salle 30. Les candidats qui ont été autorisés à  y entrer ont été mal accueillis par leurs collègues. Ces derniers ont mis en doute leur présence dans leur salle après plusieurs minutes de retard. Le président du centre et le prédisent du jury qui avaient fini à  reprendre leurs esprits sont une fois de plus intervenus pour instaurer le calme. « Nous veillerons à  ce que tout se passe dans la transparence. Ne vous inquiétez pas par rapport à  ça », a assuré le président du centre Youssouf Kéita. Après 1 heure 15, une candidate est sortie de la salle 15. Elle pense que le sujet de culture générale était un peu abordable. « On nous a proposé deux sujets. J’ai choisi le deuxième qui porte sur la lutte contre la corruption. L’atmosphère était très calme dans notre salle. Après avoir terminé, j’ai déposé ma copie et mon brouillon comme l’impose le règlement », a-t-elle commenté.Au centre du lycée Ba Aminata Diallo o๠se trouvaient les candidats aux corps des inspecteurs des douanes et des services économiques, la situation y était très calme et l’atmosphère studieuse. « Au départ, nous avons connu une certaine incompréhension due à  la situation des candidats détenteurs de passeport et de permis de conduire. Maintenant tout est rentré dans l’ordre et c’est le calme qui prévaut en ce moment dans les 39 salles qui sont ici », a assuré le président de ce centre Mamadou Sékou Sissoko.Nous avons croisé dans la cour un candidat qui venait de terminer son épreuve. « Le fait que le sujet soit abordable n’a rien à  avoir avec les résultats. J’ai fait sept fois le concours de la fonction et c’est toujours le même résultat. Cette fois aussi je suis plus ou moins sceptique », a-t-il raconté. La situation de calme était aussi identique au centre du CFP o๠ont concouru les candidats aux corps des inspecteurs des douanes et des planificateurs. « Il y ici 1068 candidats repartis dans 18 salles. Bien sûr il y a eu des cas d’absence. C’est après qu’on va établir la liste complète des absents. Les trois surveillant qui ne se sont pas présentés ont été remplacés », a expliqué le président du centre Brahima Mariko. Les candidats aux corps des administrateurs civils et des administrateurs du travail et de la sécurité sociale étaient à  l’ECICA tandis que leurs collègues au corps des conseillers aux affaires étrangères ont concouru au centre du lycée technique. à€ la date de clôture des inscriptions, le 3 mai, la direction de l’ENA a reçu environ 9 400 dossiers de candidatures. Le président du Jury a expliqué que son organisme est chargé de veiller à  la supervision du concours du début jusqu’à  la proclamation des résultats. « Après les épreuves, il sera procédé immédiatement à  la centralisation des copies. Les copies seront corrigées par les correcteurs désignés par le directeur général de l’ENA. Le jury ne fera que superviser les corrections », a-t-il précisé. Le règlement indique que toutes les copies feront l’objet d’une double correction. Toutefois si un écart de 4 points apparaà®t entre la première et la deuxième correction d’une copie, celle-ci est soumise à  une troisième correction.Le président du jury estime que la proclamation des résultats va prendre du temps, compte tenu de nombre de copies à  corriger.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut