Personnalités › Parcours

Nampé Sadio sort « Dégnoumani » et « Barikama », deux bijoux musicaux

La trentaine bien remplie, l’artiste est né à  Kayes dans la première région du Mali. Il est originaire de Ségou o๠il passera la majeure partie de son enfance avec sa mère. C’’est d’ailleurs aux côtés de celle-ci qu’il sera piqué par la fièvre musicale en effet, dans les années 1980, sa maman faisait partie des plus grandes cantatrices de Ségou. Son père aussi était guitariste et jouait dans l’orchestre de la cité des balanzans. l’artiste explique qu’il est artiste certes, mais pas griot. Précisons qu’au Mali, il n’y avait que les griots qui étaient autorisés à  chanter. Mais depuis ces deux dernières décennies, l’univers artistique et musical n’est plus interdit aux « nobles ». Le chant n’exclut pas les études Cependant, malgré l’atmosphère artistique dans lequel il a grandi, le jeune ségovien réussira à  obtenir sa maitrise de Socio-Anthropologie à  la faculté des Lettres, Langues, Arts et Sciences humaines (FLASH) de Bamako, en 2002. Il est célibataire sans enfants mais, précise avoir un projet de mariage courant cette année 2010. A la découverte d’un jeune talent Tout au long de son cursus scolaire et universitaire, l’artiste a pris le temps de s’enrichir de l’expérience de ses ainés. Ainsi en 2005, il sort son premier album « Mama », dédié comme nom l’indique, à  sa mère qui l’a toujours aidé et soutenu dans ses entreprises. Cet album retrace les souffrances et difficultés de la vie de tous les jours. Il y consacre spécialement un titre pour sa maman, qu’il dit adorer plus que tout au monde. Il passera trois années pleines à  circuler à  travers les quatre coins du monde, entre concerts et Play backs. l’album fera un carton et en particulier le morceau phare « déni ». Une chanson o๠il fait l’éloge de la belle femme africaine Un single qui cartonne partout au pays En 2008, Nampé Sadio retourne sur la scène musicale avec un single intitulé « Tatounou ». Une chanson dans laquelle il décrit la méchanceté de l’homme envers son prochain. Selon lui, l’homme est un loup pour l’homme. Plus une personne réussit à  émerger, plus les jaloux font le nécessaire pour l’enfoncer dans le gouffre. Deux albums simultanés Pour cette année 2010, l’artiste revient sur le marché discographique avec deux nouveaux albums. Les albums « Dégnoumani » et « Barikama » sont 2 compositions de genre tout à  fait différent. Dans le premier qui comprend 12 titres, il chante pour lui-même et aussi pour toutes les personnes contre qui, les mauvaises langues ne cessent de porter des jugements trop hâtifs. Des jugements qu’il estime infondés d’ailleurs. Dans l’un des morceaux de cet album, il évoque le cas d’Oumou Sangaré qui avait été calomnié il y a quelques années, dans une histoire de pornographie. Il explique que « les gens racontent toujours des choses pour se faire plaisir. C’’est justement cette mauvaise presse qui doit nous aider à  nous relever et aller de l’avant. » Dans le même album toujours, il chante la beauté et la joie de Bamako pendant la nuit. Il montre que Bamako est une cité d’ambiance, de show, de joie et de fête et qu’on ne s’y ennuie jamais. Concernant le second album « Dégnoumani », il rend hommage à  ses ‘diatiguis’ (hôtes) du Mali, de France, des Etats-Unis et du monde entier. C’’est en quelques sorte une reconnaissance pour les efforts, les soutiens et les cadeaux que ces derniers ne cessent de faire en sa faveur. Il comporte 12 titres comme le 1er. Les deux albums de 24 titres au total ont été réalisés pendant une année. Par ailleurs, le lancement officiel de ses albums est prévu ce mardi 25 mai 2010 au palais de la culture Amadou Hampaté Bâ de Bamako.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut